Antoine Pimmelpar Antoine Pimmel  

Allen Iverson n'a même pas joué devant le public de Philadelphia lors de la nouvelle journée de la BIG3 hier soir. La légende est cramée.

Il était très attendu. Il a été acclamé comme la légende vivante qu’il incarne à Philadelphia. Une fois les pieds sur le parquet, il a approché sa main de son oreille, comme il avait pris l’habitude de le faire lors de ses plus glorieuses années. Une manière de demander au public, son public, de faire encore plus de bruit. Et la salle s’est enflammée. « We want A.I. We want A.I. » Ce n’était pourtant pas un match des Sixers mais bien l’une des étapes du tour estival de la BIG3, championnat de trois-contre-trois qui réunit certaines des anciennes gloires de la NBA. En étant juste là, présent, il leur a en quelque sorte donné ce qu’ils, les fans, ses fans, attendaient. Mais à moitié seulement. Car Allen Iverson n’a pas joué à Philadelphia. Et c’est tout sauf une surprise.

Si certains d’entre vous ont eu le courage de trouver des liens pour regarder les matches d’exhibition du tournoi mis en place par Ice Cube, alors vous savez déjà qu’Iverson ne reviendra peut-être même pas sur les parquets de la BIG3. Selon ESPN, l’ex-MVP a manqué l’événement de Philadelphia, celui qu’il attendait sans doute le plus, sur conseil de son médecin. Pour l’instant, pas de précisions supplémentaires. Une blessure ? Après tout, il y en a déjà eu un paquet depuis le coup d’envoi de la tournée. Jason Williams s’est par exemple fait les croisés.

Mais « The Answer » était de toute façon très loin d’être en pleine forme. Car jusqu’ici, ses sorties étaient vraiment très tristes. A 42 ans, il n’est pas le doyen de la compétition. Mais il paraît pourtant terriblement vieux et usé à chaque fois qu’il a trimballé sa carcasse en léger surpoids sur les terrains de la BIG3. Rouillé, fatigué et incapable de suivre le rythme. Il n’est jamais resté très longtemps sur le parquet. Cinq minutes par-ci, cinq autres par-là.

L’excuse est toute trouvée : Allen Iverson assure la double-casquette de coach/joueur. Soit. Mais d’autres parviennent à le faire en brillant. A 40 balais, Chauncey Billups envoie des missiles depuis la ligne à quatre-points. A 41 ans et avec une barbe toute grise, Cuttino Mobley donne encore des leçons de basket. Même Mahmoud Abdul-Rauf, 48 piges, flanque encore des paniers primés. « A.I » ne peut même pas rivaliser avec eux. Et encore moins faire face aux « jeunes » joueurs qui se rapprochent de la quarantaine. Il est largué.

Ce n’est pas qu’il se planque. Il a été recruté pour faire la vitrine de la BIG3. Son nom est le plus prestigieux de tous les participants. Mais lui n’est plus en mesure de jouer. Il fait ses apparitions sur cinq minutes. Ne défend pas. Et marque son petit panier avant de sortir. En trois matches, Allen Iverson affiche des stats bien tristes : trois tirs inscrits au total en treize tentatives. Deux points par rencontre. Il est et restera une icône, quoi qu’il arrive. Son impact a déjà été reconnu. Sa carrière est déjà faite. Ses plus belles années sont derrière lui. C’est juste dommage. Dommage de voir un homme qui été si haut, si près de s’en sortir, retomber si bas. Un homme qui a avoué récemment qu’il était proche d’être fauché. Un basketteur si fort désormais incapable de tenir plus de cinq minutes sur un parquet quand il y a un peu d’intensité…

Des highlights d'Allen Iverson à la BIG3

La BIG3 ne publie que des vidéos de ses Highlights (vous pouvez voir les matches en streaming en direct sur internet). Mais vous pourrez constater sur ces quelques bouts de vidéos qu'Allen Iverson ne joue pas bien longtemps...