Preview NBA : L’avis de Bulls France sur Chicago

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Fred Hoiberg, John Paxson, Gar Forman, le transfert de Jimmy Butler... nous avons fait le point sur la situation des Chicago Bulls.

Pour parler d’une équipe NBA, il n’y a rien de mieux que de sonder l’avis de ceux qui la suivent avec assiduité et passion. C’est pour ça qu’au moment de nous plonger sur les Chicago Bulls, nous avons voulu discuter de la situation de la franchise avec Cédric, l’un des deux Community Manager qui gèrent le compte Bulls France. Ensemble, ils relaient l’actualité des taureaux sur Twitter tout au long de l’année. Zoom sur la (longue, très longue) saison à venir pour les supporteurs de « Chi-Town ».

Antoine (BasketSession) : Bon, on a fait notre Power Ranking sur BS et les Chicago Bulls sont arrivés 29ème. Toi, comment tu vois la saison ?

Cédric (Chicago Bulls France) : Personnellement, je nous vois 29ème, juste devant les Atlanta Hawks même si Mike Budenholzer surclasse Fred Hoiberg au coaching. Nous n’avons aucun meneur au niveau d’un titulaire NBA, même si nous croyons beaucoup en Kris Dunn. Nous n’avons pas de vrai poste trois et encore de joueur de talent à ce poste. Paul Zipser est un bon role player mais pas un titulaire en NBA et Denzel Valentine n’est pas assez athlétique pour jouer sur ce poste.

Nos rotations vont être encore plus floues que l’an dernier, surtout si Nikola Mirotic prolonge. Ce serait une catastrophe pour le développement de Lauri Markkanen et Bobby Portis.

Antoine : Du coup, tu vois quand même les Bulls en-dessous des Suns, des Nets ou des Lakers ? Qu’est-ce que ces équipes ont en plus par rapport à Chicago selon toi ?

Cédric : La structure et l’environnement semblent supérieurs. Nous ne savons toujours pas quoi faire avec Dwyane Wade qui n’est pas vraiment apprécié par les jeunes joueurs de l’équipe. Et le trio formé par Gar Forman (GM), John Paxson (Président) et Fred Hoiberg (coach), qui dictent la ligne directrice de notre franchise, est le pire de la ligue. Les effectifs de Brooklyn, Phoenix et Los Angeles me semblent plus talentueux et mieux construits.

Je comprends leurs projets. Alors que chez nous, ça reste flou. La seule chose qui semble possible pour voir du changement à Chicago serait que les fans se mettent à boycotter les matches. Nous sommes sur 307 sold-out de suite et les Reinsdorf (la famille propriétaire de la franchise) ne s’intéressent qu’aux bénéfices financiers.

Antoine : Seule solution pour que cela change au sein de la direction ? Pour pousser Reinsdorf à vendre ou pour qu’il vire les deux zigotos ?

Cédric : Pour qu’il vire le duo. Je pense qu’il ne vendra pas sa poule aux œufs d’or qui lui rapporte des millions de dollars chaque année. Son fils a déjà pris les rênes du club d’ailleurs. Il faut toucher la seule chose qui l’intéresse pour faire bouger les choses : son portefeuille.

Antoine : Intéressant. J'avais déjà lu quelque part qu'il était effectivement vachement porté sur l’argent. Pour le plan, c'est clair qu'il est incompréhensible. Enfin surtout l'an dernier en fait. Avant l'intersaison 2016, il restait plus que Jimmy Butler et des jeunes, c'était le moment parfait pour reconstruire. Et là, bim, sans que tu saches pourquoi Paxson et Forman font venir Rondo et Wade, foutent en l’air le spacing, explosent l'ambiance et gâchent les opportunités des jeunes. Pour quel résultat : un premier tour de PO et une reconstruction derrière. Trop bizarre. Là au moins, c'est déjà un peu plus clair je pense que ça va être : tanking, pick, prier.

Cédric : Wade, c’est l’exemple typique où on perd notre star commerciale avec le transfert de Derrick Rose et derrière la franchise prend Wade en grande partie pour son attrait marketing. Il n’y avait aucune cohérence au trio Rondo/Wade/Butler dans la NBA actuelle. Et Hoiberg, pour sa défense, était un coach d’attaque en NCAA. Il n’a jamais eu une équipe pour mettre en place son plan de jeu. Et je dis ça alors que je trouve Hoiberg limité et sans charisme.

Fred Hoiberg

Antoine : j'allais justement te relancer sur Hoiberg. Je vois que tu le met dans le trio avec Gar et Pax. La première année, j'étais un défenseur d'Hoiberg parce que je pensais, justement, qu'on lui donnait pas l'effectif pour appliquer sa philosophie. Maintenant, l'an dernier j'ai très peu suivi les Bulls par rapport à d'habitude. Du coup, tu lui reproches quoi ? Les rotations avaient très floues c'est clair. Le cinq changeait constamment.

Cédric : Je pense qu'il n'a pas le charisme pour coacher en NBA et il n'a plus le respect de son vestiaire. Le cas du demi-match de punition pour Butler et Wade lors de leurs déclarations sur le manque de travail des jeunes est un manque criant d'autorité. Et il n'a jamais mis de rotation claire en place en deux saisons. Il a enlevé Rondo pendant une dizaine de match pour ensuite le remettre titulaire. Il a fait la même chose avec Mirotic.

Antoine : impossible qu'un joueur se mette dans le rythme quand tu fais autant jongler son rôle ou son temps de jeu...

Cédric : Wade nous n'en voulons plus, il n'a rien apporté à l'équipe. Aucun leadership et ses prestations était vraiment moyennes.

Antoine : Du coup tu serais pour un buyout ? Ça se tient, il n’a rien à faire dans l'équipe actuelle de toute façon. Autant faire jouer LaVine, Holiday, Valentine, etc.

Cédric : Un buyout oui, et vite. Mais il va falloir qu'il fasse un effort vu l'escroquerie qu'il nous a mise. Et derrière il va rester qui comme vétéran ? Pondexter si on le garde et Robin Lopez. Ça fait juste.

Dwyane Wade

Antoine : Et pour Mirotic ? Tu espères qu'une autre équipe va le signer ?

Cédric : J'espère pour lui qu'il va rentrer en Europe. Il ne peut pas défendre sur des ailier-forts NBA. Pourtant, j'avais de gros espoirs en le voyant performer au Real. Mais il a une sélection de shoots catastrophiques et un énorme manque de confiance.

Antoine : C’est l'un des joueurs qui m'a le plus déçu.

Cédric : Idem.

Antoine : Sur un point plus positif : est-ce qu’il y'a des joueurs que tu es pressé de suivre ? Un truc qui te donne espoir pour Chicago cette saison ?

Cédric : Dunn que j'adorais en NCAA et qui est un gros défenseur athlétique avec une histoire de vie super intéressante. Zach LaVine pour voir s'il va pouvoir revenir de sa blessure et surtout si notre duo va le prolonger (il est restricted free agent à l’issue de la saison). Dans le cas contraire, Jimmy Butler aura était échangé contre rien.

Antoine : Pas Markkanen ? Juste sur le transfert de Butler, tu en as pensé quoi justement ? Tu voulais le garder ? Comment juges-tu la contrepartie obtenue ?

Cédric : Je voulais le laisser partir pour vraiment reconstruire. Mais le tour de draft qu'on a laissé à Minnesota (le seizième choix) m'a achevé. Pour Markkanen je reste prudent même si son Euro m'a rassuré contrairement à sa défense.

Quand je vois la négociation des Cavaliers pour Kyrie Irving et la nôtre pour Butler, j'ai des vertiges. Et la transaction McDermott/Gibson (échangé au Thunder contre Cameron Payne) me donne encore des vertiges. Surtout quand je me souviens du nombre de tours de draft lâchés dans l'histoire entre l'acquisition de McDermott et celle de Payne.  D'ailleurs je me pose des questions sur nos scouts puisqu'il semble que les Bulls se sont rendus comptes de son niveau des le deuxième entrainement (Payne serait ainsi déclaré hors du niveau NBA par sa propre franchise…).

Antoine : Tu touches un point très important. C’est complètement fou l'écart de contrepartie entre Butler et Kyrie alors que Butler est sans doute dans la même tranche que Kyrie – à savoir top 15 player NBA – surtout qu’ils ont le même nombre d'années restantes sur leur contrat.

Cédric : Et le GM venait de prendre son poste ! C'est Irving qui a demandé son trade donc sa valeur aurait dû chuter.

Antoine : C’est clair. Pour Payne, je crois que c le move qui résume le mieux les conneries de Gar Forman et John Paxson. C’est le move le plus triste aussi. Tu lâches ton shooteur alors que tu en as déjà pas beaucoup et ton vétéran "culte" pour un mec qui n'aurait finalement pas le niveau et tu t'en rends compte dès son deuxième entraînement !

Cédric : une honte… et ces mecs restent en poste.

Antoine : On peut peut-être finir sur un petit pronostique du nombre de victoires cette saison ?

Cédric : 23 (NDLR : Comme le numéro de vous-savez-qui).

  • Notre preview NBA des Chicago Bulls pour la saison 2017-2018

Si vous êtes fan des Chicago Bulls – ou même simplement de basket – n’hésitez pas à suivre Bulls France sur Twitter. Vous y retrouverez des comptes-rendus, vidéos, lives-tweets, informations, déclarations et autres partages d’articles utiles pour rester au contact de la franchise au quotidien.