Danny Green, l’arme anti-Curry

Depuis deux matches, Danny Green défend à merveille sur Stephen Curry. Le game 4 devrait à nouveau mettre les deux hommes au duel.

danny-green-large

« Merci, mais je ne préfère pas regarder les chiffres ». Danny Green a bien appris la leçon de modestie à la sauce Popovich. La presse US a beau s’enthousiasmer sur sa capacité statistiquement vérifiée à faire déjouer Stephen Curry depuis deux matches, l’arrière des Spurs ne s’en vante pas.

Hasard ou non, lorsqu’il a fait face au meneur de jeu des Warriors dans les games 2 et 3, l’ancien joueur de Cleveland l’a clairement décontenancé. La nouvelle coqueluche de la NBA n’a rentré qu’un seul de ses 15 shoots tentés lorsque Green défendait sur lui. Pour autant, le Texan est admiratif de son adversaire, lequel avait planté 44 points sur la truffe des Spurs au game 1.

« C’est un challenger. On le traite comme un mini Kevin Durant. Evidemment, il n’est pas aussi grand ou aussi mortel lorsqu’il attaque le panier mais il est capable de finir grâce à des floaters. Sa gachette est ultra-rapide, c’est un scoreur, un pur scoreur ».

« Je le respecte. Être capable de défendre aussi dur sur lui qu’on me le demande, c’est énorme pour moi. Pour faire court, on me demande de rester près de lui, dans sa zone et de le mettre mal à l’aise. C’est tout ».

Si Mark Jackson a concédé que Danny Green avait fait du bon boulot jusqu’ici, l’ancien meneur des Pacers est plutôt partisan de la thèse d’une méforme ponctuelle de sa star. Pas de quoi perturber Green, plus connu auparavant pour la qualité de son shoot à trois points que pour sa défense.

« J’ai entendu les commentaires de Mark à ce sujet. C’est normal, c’est son job de réagir comme ça. C’est un super coach, un New Yorkais comme moi et il soutient ses joueurs. C’est grâce à lui que ses joueurs ont autant de confiance et rentrent leurs shoots ».

Touché à la cheville, Stephen Curry est encore incertain pour le game 4 de cette nuit. Si, comme prévu, il décide d’enfiler ses baskets en accord avec son staff médical, le petit génie des Warriors devra se préparer à un nouveau duel rugueux avec le #4 des Spurs.

 Les stats de Danny Green

SEASON AVERAGES
Playoffs Team G GS MPG FG% 3p% FT% OFF DEF RPG APG SPG BPG TO PF PPG
First Round SAS 4 4 23.3 0.414 0.333 0.000 0.5 3.5 4.0 2.0 0.8 0.5 0.5 1.2 7.0
Conf. Semifinals SAS 3 3 36.3 0.448 0.500 0.000 1.0 2.7 3.7 2.0 1.3 1.3 1.0 2.3 11.7
Playoff Averages SAS 7 7 28.9 0.431 0.433 0.000 0.7 3.1 3.9 2.0 1.0 0.9 0.7 1.7 9.0
Season Team G GS MPG FG% 3p% FT% OFF DEF RPG APG SPG BPG TO PF PPG
12-13 SAS 80 80 27.5 0.448 0.429 0.848 0.5 2.6 3.0 1.8 1.2 0.7 1.2 1.6 10.5
Career 174 118 22.6 0.445 0.424 0.811 0.6 2.3 2.9 1.3 0.9 0.6 1.0 1.4 8.7
Tags : ,
Commenter
Journaliste parti assumer son insomnie à New York City. Fan honteux du Orlando Magic. TV Shows addict.

Commentaires (8)

  1. tortuegéniale

    Curry n'aime pas les écolos.

  2. SpetsnazH

    Qui a dit "Curry vert" ?

  3. Crossman54

    Il défend comme un vache, curry

  4. Abaracadarab

    J'adore ce joueur.
    Il arrive qu'il soit un peu perdu dans les systèmes de Pop, c'est pas le joueur le plus talentueux mais il est conscient de ses forces et faiblesses et joue très juste. Et puis quel shoot. Sa gestuelle est vraiment magnifique.

  5. moloko

    Sinon De Colo n'est plus dans l'équipe? si les Spurs vont au bout il ne sera pas champion?

    • tortuegéniale

      Il faut participer à un match de playoffs pour être considéré comme champion, Nando en a fait 3 (enfin juste 9 minutes en tout) donc c'est bon.

  6. moloko

    Faut faire rentrer T-Mac ! seul lui peut mettre 9pts en 1mn30 :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>