116 Atlanta Hawks ATL
104 New York Knicks NYK
107 Indiana Pacers IND
104 Toronto Raptors TOR
97 Minnesota Timberwolves MIN
109 Miami Heat MIA
104 Denver Nuggets DEN
92 Memphis Grizzlies MEM
91 Phoenix Suns PHO
115 New Orleans Pelicans NOP
118 Boston Celtics BOS
103 Orlando Magic ORL
100 Cleveland Cavaliers CLE
99 Charlotte Hornets CHA
98 Oklahoma City Thunder OKC
99 Detroit Pistons DET
143 Golden State Warriors GSW
94 Chicago Bulls CHI

Benoît Jametpar Benoît Jamet   

Après une première saison où son pourcentage était digne d'un Shaq des grands jours (54,7% de réussite), Dejuan Blair est remonté a 84,2% (avec un beau 16 sur 19) ! Une progression énorme qui, non seulement, le met sur le chemin de sa meilleure saison à ce niveau mais a aussi fait passer le pourcentage […]

Après une première saison où son pourcentage était digne d'un Shaq des grands jours (54,7% de réussite), Dejuan Blair est remonté a 84,2% (avec un beau 16 sur 19) !

Une progression énorme qui, non seulement, le met sur le chemin de sa meilleure saison à ce niveau mais a aussi fait passer le pourcentage général des Spurs à 80%, une des grosses raisons de leur départ canon. L'autre raison de cette amélioration générale est bien entendu le retour d'un Ginobili de feu sur la ligne qui tourne à 90,8%(6ème de la ligue)

Comme TP l'avait fait avec son shoot à 5-6 mètres il y a quelques saisons, Blair a reconstruit sa technique de lancer avec Chip Engelland mais a surtout changé son approche mentale de l'exercice.

Je suis retourné voir comment je shootais avant. Au lycée, je faisais rebondir le ballon cinq fois. A l'université, j'avais un petit rituel. Maintenant, je shoote le plus vite possible. Plus tu vas vite pour shooter, moins tu penses à la façon dont le ballon va quitter ta main.”

L'éthique de travail de ce joueur est encore démontrée ici. Après la réduction de sa masse graisseuse de 14 à 8% cet été, son travail sur ses lancers renforce l'idée que ce pari des Spurs est en passe d'être gagné de belle façon.