102 Detroit Pistons DET
90 Charlotte Hornets CHA
104 Indiana Pacers IND
131 Brooklyn Nets BKN
116 Orlando Magic ORL
109 Miami Heat MIA
100 Boston Celtics BOS
108 Milwaukee Bucks MIL
103 Memphis Grizzlies MEM
91 New Orleans Pelicans NOP
76 Phoenix Suns PHO
124 Portland Trail Blazers POR
111 Dallas Mavericks DAL
117 Atlanta Hawks ATL
106 Utah Jazz UTA
96 Denver Nuggets DEN
100 Sacramento Kings SAC
105 Houston Rockets HOU
107 San Antonio Spurs SAS
99 Minnesota Timberwolves MIN
120 Washington Wizards WAS
115 Philadelphie Sixers PHI

BasketSessionpar BasketSession    

D'après Draymond Green, l'évolution du jeu et de l'arbitrage font qu'il n'est plus nécessaire de devoir jouer "dur" dans la NBA moderne.

Les anciennes gloires de la NBA ne sont pas les seules à être nostalgique de l'époque où les gros bras de la ligue n'hésitaient pas à sortir les muscles pour contrecarrer les plans des attaquants adverses. Régulièrement rappelé à l'ordre par les arbitres en raison de son jeu parfois à la limite de la régulière, Draymond Green pointe du doigt l'évolution d'un jeu qui a perdu en intensité physique au point que la "dureté" ne soit plus selon lui une qualité recherchée par les recruteurs dans le basket moderne.

« Avec la façon dont il faut défendre aujourd'hui en NBA et la manière dont le jeu évolue, je ne pense pas qu'un scout ou un GM pense que la dureté soit l'une des choses à évaluer chez un joueur. Car vous n'avez pas besoin d'être dur pour jouer dans cette ligue de nos jours », a confié Green lors de l'émission The Jump d'ESPN.

Un avis que partage Paul Pierce, également présent sur le plateau, même si "The Truth" a tenu à nuancer les propos tenus par l'ailier-fort des Dubs en expliquant qu'il était toujours indispensable de jouer physique pour espérer s'imposer dans la NBA actuelle.

« Définir la dureté dans le basket... Est-ce c'est prendre des rebonds difficiles ? Est-ce que c'est pousser les joueurs qui sont autour ? », s'interroge le retraité.

« Avant, on considérait comme durs les gars qui commettaient de grosses fautes. Les gars qui commettaient des fautes flagrantes. Et comme il l'a dit, il n'en existe plus désormais donc vous n'en avez pas besoin. C'est un dureté différente aujourd'hui. »

La NBA serait-t-elle devenue trop soft ? La ligue a-t-elle eu raison de faire évoluer ses règles pour protéger les joueurs ? Ce qui est certain, c'est qu'un intérieur aussi sanguin Draymond Green se serait régalé sur les parquets s'il était né vingt ou trente ans plus tôt...