116 Atlanta Hawks ATL
104 New York Knicks NYK
107 Indiana Pacers IND
104 Toronto Raptors TOR
97 Minnesota Timberwolves MIN
109 Miami Heat MIA
104 Denver Nuggets DEN
92 Memphis Grizzlies MEM
91 Phoenix Suns PHO
115 New Orleans Pelicans NOP
118 Boston Celtics BOS
103 Orlando Magic ORL
100 Cleveland Cavaliers CLE
99 Charlotte Hornets CHA
98 Oklahoma City Thunder OKC
99 Detroit Pistons DET
143 Golden State Warriors GSW
94 Chicago Bulls CHI

BasketSessionpar BasketSession   

Chahuté par Joel Embiid en présaison, Hassan Whiteside n'a aucune intention de mettre fin au beef qui l'oppose au pivot des Sixers.

C'est l'un des duels qui risquent d'animer une Conférence Est qui a perdu bon nombre de ses stars au cours de l'intersaison. Après des retrouvailles mouvementées sur le parquet et un échange tout aussi musclé sur les réseaux sociaux, Joel Embiid et Hassan Whiteside n'ont apparemment aucune intention de mettre fin à leur beef. Qualifié de "softee" par "The Process", le pivot du Heat a profité dimanche d'un point presse en fin d'entraînement pour répondre une nouvelle fois aux provocations du Camerounais.

« Je trouve ça drôle. Je réponds quand quelqu'un me fait du trashtalking. Peut-être que ça m'aurait mis un peu plus en colère quand j'étais plus jeune et que ça aurait été un peu plus loin. Mais on sait comment il est. Il fait des blagues. C'est un bon joueur donc je trouve ça fun. Je pourrais y passer la journée », a déclaré le joueur de Miami au Sun Sentinel.

« Embiid ne s'arrête jamais. A ma première faute, il a dit que j'allais finir par me faire éjecter. Je lui ai dit : 'Je ne vais pas jouer plus de 15 minutes. Tu crois vraiment que ces fautes sont importantes ?'. Il ne s'arrête jamais. Mais il est comme ça. Ce n'est pas comme s'il avait parlé de quelqu'un de ma famille. Il n'y a rien de fou là-dedans. C'est juste du baskteball. Il m'a appelé 'softee'. Voyons... Il sait que ça n'est pas vrai. Je serai dans le scouting report de son équipe lors de notre prochain match. »

Et Whiteside de rappeler tout le respect qui existe entre lui et son homologue des Sixers malgré leur rivalité naissante.

« L'an dernier, les premiers mots que j'ai adressé à Embiid ont été : 'Je suis heureux de te revoir sur le terrain'. Il m'a répondu que nous allions ramener le poste de pivot au premier plan. Et après notre victoire, il m'a appelé 'Barbecue Chicken', donc j'avais hâte de rejouer contre lui. »

Un sentiment partagé par Erik Spoelstra qui se réjouit lui aussi de voir ce duel braquer à nouveau la lumière sur le poste de pivot à l'heure où la ligue s'oriente de plus en plus vers un jeu "small ball".

« Je suis ok avec ça. Ce sont deux titans. Ce sont deux compétiteurs qui font partie de deux équipes qui ont de grands espoirs », explique le coach du Heat.

« On leur met de lourdes responsabilités sur les épaules. Ce sont deux pivots. C'est un peu comme si la ligue effectuait un bond arrière avec deux pivots dominants qui ont de l'impact. Je suis totalement pour. En ce qui concerne le trashtalking ? Peu importe... Je me fous de ça. Mais ce sont deux joueurs qui veulent s'affronter et c'est une bonne chose pour ce sport. C'est une bonne chose pour eux et pour les deux franchises. Ce sont des choses que l'on ne voit plus beaucoup à ce poste. »

On est désormais impatient de voir les deux hommes en découdre en saison régulière même s'il faudra patiente jusqu'en février prochain pour assister à un nouveau duel entre les Sixers et le Heat...