Les Warriors pourront-ils garder Jarrett Jack ?

Jarrett Jack a réitéré son souhait de rester aux Golden State Warriors. Problème, la masse salariale et les jeunes pousses pourraient l’en empêcher.

Jarrett-Jack-390-arsJarrett Jack a déjà porté les couleurs de 5 franchises NBA en 8 saisons. Cet été, il se présente à l’intersaison en tant que free-agent mais tester le marché ne l’intéresse pas. Il a trouvé son Eldorado, il compte bien y rester.

« La plupart des gens en NBA n’obtiennent pas la situation idéale. Soit, ils n’auront pas les minutes qu’ils souhaitent, soit l’argent… Je sais que je suis dans une bonne situation ici », a-t-il indiqué à l’Oakland Tribune.

Cette saison, il touchait 5,4 millions de dollars. Sa valeur a très certainement grimpé en flèche en un an et le contrat qu’il désire signer à Golden State cet été sera probablement un peu plus élevé. Bien qu’il ne table pas sur des hauteurs infinies, Jack espère sans doute se rapprocher du montant qu’il mérite en termes de monnaie. Ce qui pourrait poser problème au regard des finances dans la baie d’Oakland. La masse salariale est engluée de quelques gros contrats pesants (Andris Biedrins, Richard Jefferson, et même Andrew Bogut qui s’est réveillé cette nuit néanmoins), plus ceux des deux stars David Lee et Stephen Curry. Ce qui laisse peu de place à un renouvellement de salaire à la hausse pour Jarrett.

Un autre paramètre entre dans l’équation concernant son maintien dans l’effectif, c’est le développement d’Harrison Barnes. La franchise californienne veut donner plus de responsabilités à leur jeune potentiel, ce qui implique une diminution des responsabilités pour Jack, très présent dans les fins de matches. Malgré cela, il reste très confiant quant à son avenir au sein des Warriors.

« Je pense que tout se passera bien. Je veux rester ici et s’ils me veulent, tout rentrera dans l’ordre. »

Qu’importe qu’on le restreigne à un rôle de sixième homme, il fait partie d’un groupe juvénile et ambitieux. A bientôt 30 ans, il apporte un soupçon de sérénité en provenance du banc dans une équipe emmenée par un cavalier fou.

 

Tags : ,
Commenter
Journaliste en basket-casquette. Exilé à Los Angeles pour des raisons météorologiques.

Commentaires (6)