Attendu dans le top 3 de la prochaine draft, Josh Jackson a brillé lors des deux premiers matches du tournoi NCAA.

Josh JacksonUn prospect prometteur n'a pas besoin de la March Madness pour faire grimper sa cote auprès des dirigeants NBA. L'histoire récente le démontre. Ben Simmons a été choisi en première position sans s'être qualifié pour le tournoi. Deux ans plus tôt, Andrew Wiggins, Jabari Parker et Joel Embiid ont été sélectionnés aux trois premières places sans briller en mars. Les meilleurs freshmen sont suivis depuis le lycée. Leurs prestations à l'université importent peu, ou presque. Ceux qui se font remarquer à ce moment de l'année sont plutôt les seniors qui portent leur équipe. Comme Buddy Hield l'an dernier par exemple. Alors imaginez maintenant un freshman tranchant pendant la compétition. Vous obtenez Josh Jackson (ou l'excellent Lonzo Ball).

Comparé de façon flatteuse à Kevin Durant pour sa capacité à scorer, l'ailier de Kansas a fait parler la poudre lors des deux premiers tours. Il a d'abord compilé 17 points à 8/12 tout en captant 7 rebonds en 23 petites minutes lors de la large victoire des Jayhawks en ouverture (100-62). Le duel d'hier soir, contre Michigan State, était déjà plus intéressant. Déjà parce que Jackson a failli rejoindre les Spartans avant d'opter pour le Kansas à sa sortie du lycée. Ensuite parce qu'il était opposé à son ami d'enfance, Miles Bridges, dans un face-à-face qui sentait bon la poudre. Deux futurs bons joueurs NBA opposés.

"Je savais que ça serait un match amusant avant même que la rencontre commence", explique Jackson, suivi par son pote Bridges : "C'est toujours bien de jouer contre Josh. C'est physique. Nous sommes des compétiteurs. C'est un grand joueur donc c'est toujours bien de jouer contre lui."

Miles Bridges a rempli sa part du boulot pour Michigan State. Il a inscrit 22 points et pris 8 rebonds. Mais il est tombé sur plus fort. Maladroit en début de match - il a même manqué un dunk - Josh Jackson a pris l'ascendant en deuxième période. Il a planté 14 de ses 23 points au retour des vestiaires, enterrant les Spartans pour de bon (90-70 score final).

"Josh est un sacré joueur", commentait Tom Izzo, le coach battu, après coup.

Tête de série, Kansas affrontera Purdue au prochain tour. En cas de victoire, les Jayhawks joueront leur place au Final Four face au vainqueur du duel entre Oregon et Michigan. L'occasion pour le jeune homme de continuer à se mettre en valeur.

Car comme Ball, lui aussi peut mine de rien faire grimper sa cote dans les prochaines semaines. Markelle Fultz, le numéro un de draft annoncé, est déjà en vacances. En prouvant son aptitude à se surpasser dans les matches couperets, Josh Jackson peut éventuellement séduire des dirigeants NBA. Il est jeune, il est athlétique, il est complet, il peut défendre, scorer... et il a beaucoup de potentiel. Imaginons qu'une équipe comme les Phoenix Suns récupèrent le premier choix de draft. L'idée de conserver Eric Bledsoe à la mène et d'opter pour un ailier comme lui n'est-elle pas séduisante ? En attendant la loterie et la draft, le natif de San Diego a un titre NCAA à aller chercher. Parce que contrairement à d'autres prospects talentueux et prometteurs, lui est déjà le patron d'une équipe qui gagne.

Les highlights de Josh Jackson