95 Orlando Magic ORL
106 Los Angeles Clippers LAC
93 Washington Wizards WAS
87 Memphis Grizzlies MEM
95 Miami Heat MIA
102 Portland Trail Blazers POR
115 New Orleans Pelicans NOP
108 Milwaukee Bucks MIL
109 Phoenix Suns PHO
115 Toronto Raptors TOR
95 Indiana Pacers IND
100 Oklahoma City Thunder OKC
124 Boston Celtics BOS
118 Denver Nuggets DEN
108 Houston Rockets HOU
96 Charlotte Hornets CHA
103 Chicago Bulls CHI
100 Utah Jazz UTA

FOCUS Euroleague : Le Mans a un pied dans la tombe

jibéPar jibéPublié

Hier soir, c'était un peu le match de la dernière chance pour les Sarthois. Malheureusement les Frenchies n'ont pas été à la hauteur de l'événement et sombrent en deuxième période pour s'incliner lourdement 89-70. La trajectoire du MSB semble avoir atteint son apex voilà deux semaines face à l'Olympiacos. Depuis, les faiblesses de l'effectif sont […]

Terrassé par Cibona dans le 3ème quart-temps, Le Mans n'a jamais réussi à se relever.
Terrassé par le Cibona dans le 3ème quart-temps, Le Mans n'a jamais réussi à se relever.

Hier soir, c'était un peu le match de la dernière chance pour les Sarthois. Malheureusement les Frenchies n'ont pas été à la hauteur de l'événement et sombrent en deuxième période pour s'incliner lourdement 89-70. La trajectoire du MSB semble avoir atteint son apex voilà deux semaines face à l'Olympiacos. Depuis, les faiblesses de l'effectif sont apparues au grand jour et le collectif s'est sérieusement effrité. Dans une team sans leader incontestable, les recrues de l'été sont en perdition. S'il est trop tôt pour tirer un bilan de ces trois saisons d'Euroleague, une chose est acquise ou presque : cette année non plus, à moins d'un impensable concours de circonstances, Le Mans n'ira pas au Top 16...

Cette équipe est malade. Crise de confiance. Une réussite qui la fuit, un bilan catastrophique malgré des matches serrés, et cerise sur le gâteau, une énorme tarte reçue à domicile contre Malaga la semaine dernière (87-55). Dorénavant, l'équipe doute, tremble et cède à la moindre petite accélération de l'adversaire. Le Mans, agonisant, ne peut plus vraiment s'appuyer sur sa défense. Pas plus que sur ses cadres. Hier, on a vu Dewarick Spencer toucher le fond (11 min seulement, 2 pts, aucun panier...). Symptomatique du doute qui s'est emparé de tout l'effectif.

Le Mans n'a jamais trouvé comment contenir Marshall
Le Mans n'a jamais trouvé comment contenir Marshall.

Pourtant, l'affaire n'était pas trop mal engagée. Sous l'impulsion d'un Koffi en plein boom, Le Mans entamait la rencontre de la bonne manière et, malgré des errances défensives, était dans le coup après dix minutes (20-18). Les attaques s'activaient, Zagreb, dans la plus pure tradition du pays, régalait ses spectateurs d'un joli jeu de passes. Les Kus, Andric, Rozic, Prkacin se régalaient. Mais en face, Bluthenthal se réveillait et enquillait un petit paquet de points pour permettre au MSB de passer devant (32-29). Voilà, c'est le dernier moment où JD Jackson aura vraiment pu espérer quelque chose de ce match. Car deux joueurs allaient imposer leur "touch" sur la rencontre : les deux Cainris du Cibona, Earl Calloway et Rawle Marshall. Le premier s'était bien chauffé au first quarter (8 pts) et Marshall prenait le relais en deuxième. A la mi-temps, Le Mans est toujours là, grâce à une défense (parfois) bien en place qui "limite" les Croates à 46 points. Sans quelques cagades, habitude de la maison, la team aux rillettes aurait même pu être devant. (46-41 pour le Cibona)

Au retour des vestiaires, rien ne va plus. Les croates explosent la zone mancelle, montent la défense et la physionomie du match change. A la 27ème minute, l'écart est déjà conséquent (61-47). Le Mans n'a aucune réponse pour endiguer le show Marshall. Quand on voit que Jackson a même essayé d'envoyer Jérémy Leloup au feu, on a tout compris. Le gamin s'est fait méchamment travaillé par "Raoul" Marshall. L'écart grimpait à +17 et il a fallu un shoot du milieu de terrain de Bluthenthal au buzzer pour regonfler un peu le moral des troupes. (72-58 après 30 min)

Mais le momentum était bien en faveur des joueurs de Perasovic. Calloway prenait le relais de Marshall et nous gratifiait de quelques street moves assez rares en Euroleague (sûr que ça change des double-pas d'école de Marin Rozic...). Le Mans lâchait très vite l'affaire et le score prenait encore de l'ampleur. Les gamins de Zagreb participaient à la teuf et la salle était ravie. Les deux Ricains s'amusaient des largesses d'une défense dépressive et servaient du caviar à coups de pelle. Au final, une mini déculottée (89-70).

Prkacin a plus pesé sur le jeu que ses stats ne le laissent deviner.
Prkacin a plus pesé sur le jeu que ses stats ne le laissent deviner.

Côté croate, Marshall sort un énorme match (21 pts à 7/8, 5 rbds, 3 pds, 2 stls, 8 fautes provoquées et 34 d'éval'). Calloway est au diapason (18 pts à 7/10, 3 rbds, 2 pds et 23 d'éval') tandis que Rozic, Vukusic, Kus et Prkacin ont plus pesé sur le game que ne le laissent penser leurs éval' (respectivement 12, 12, 9 et 7).

Velimir Perasovic, coach du Cibona, ne cachait pas sa satisfaction.

"On a réussi ce qu'on voulait, à savoir garder notre destin en main dans la course au Top 16, (...) tous les gars on bien joué ce soir, peu importe qui est le leader, du moment qu'on trouve le moyen de gagner."

Du côté du Mans, beaucoup de déception, mais le (très) mince espoir est dans toutes les têtes, comme en témoigne la réaction de David Bluthenthal.

"On a du talent, un bon coach mais on est bloqué à zéro victoire. La pilule est dure à avaler. Mais on n'est pas encore éliminé, des trucs plus dingues se sont déjà produits." Mouais...

JD Jackson est reparti de Croatie avec des questions plein la tête.
JD Jackson est reparti de Croatie avec des questions plein la tête.

Le problème, c'est que sur le terrain, Le Mans semble régresser. Spencer n'est plus le joueur qu'il a été, Bluthenthal (15 pts, 7 rbds mais une défense plus que suspecte) n'est pas le leader espéré et quand on voit qu'Antoine Diot démarre le game pour épauler Chase (0 d'éval' en 29 min !), on se dit que le problème du Mans cette année est bien au poste 1. Koffi (14 pts et de gros progrès en attaque) et Batista (12 pts, 4 rbds, 3 pds malgré un jump de papy) ont fait ce qu'ils ont pu mais le résultat est là. Le salut du Mans viendra d'une défaite du Maccabi contre Avellino ce soir. Ensuite, il faudra gagner les trois matches restants et que, dans le même temps, les deux équipes déjà citées perdent, elles, leurs trois derniers. Autant espérer que LeBron James atterrisse au Portel en 2010...