126 Indiana Pacers IND
116 Denver Nuggets DEN
87 Sacramento Kings SAC
102 Toronto Raptors TOR
81 Detroit Pistons DET
91 Boston Celtics BOS
131 New Orleans Pelicans NOP
124 Philadelphie Sixers PHI
97 Minnesota Timberwolves MIN
92 Dallas Mavericks DAL
111 New York Knicks NYK
107 Atlanta Hawks ATL

Lonzo Ball, le mental d’un grand

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Constamment mis à l'épreuve, Lonzo Ball sait trouver les ressources mentales nécessaires pour se relever dans les temps les plus difficiles.

Les dizaines et centaines de millions sur la fiche de paye nous font parfois oublier la pression subie par les athlètes professionnels. Oublier qu’ils restent avant tout des hommes. Ou même un jeune homme de vingt ans dans le cas de Lonzo Ball. A peine sorti de l’adolescence, le voilà bombardé phénomène médiatique comme peu – voire pas – de basketteur avant lui. LeBron James ? Les réseaux sociaux n’étaient pas aussi – voire pas du tout – aussi développés en 2003. Il n’y a rien de scandaleux à affirmer que le rookie star des Los Angeles Lakers est le débutant le plus suivi dans toute l’Histoire de la NBA.

Tout le monde avale les titres et les articles des médias US, français, chinois. Certains avec dégoûts, d’autres en demandent encore. Mais il y a-t-il quelqu’un qui réalise vraiment l’impact que peuvent avoir ces discussions permanentes sur l’intéressé lui-même ? Quelqu’un a-t-il la moindre idée de ce qui se trame dans sa tête ? Sans doute aucun d’entre nous.

« C’est mon coéquipier et il est vraiment incompris en tant que personne », confie son ami Kyle Kuzma. « Il y a tout plein de médias et de fans qui s’attendent à ce qu’il soit quelqu’un qu’il n’est pas encore. Et c’est normal, c’est un rookie. Il va devenir un grand joueur dans cette ligue. Mais je n’aime pas la façon dont les médias parlent de lui. Nous sommes arrivés à un point où s’il se prenait les pieds dans un tapis, cela finirait sur ESPN. Mais il gère tout ça avec beaucoup de professionnalisme. »

A-t-on le moindre dossier sur Lonzo Ball ? Le moindre écart de conduite. Là, pas question de parler de son frère LiAngelo et son vol à l’étalage ou de LaMelo et de son attitude d’enfant gâtée (après tout, il a 16 piges) mais bien de l’aîné. Réponse : il n’y a pas. Il est juste exemplaire. Et même ça, c’est controversé ! Le jeune homme a préféré se diriger vers le banc quand Kentavious Caldwell-Pope et certains de ses coéquipiers se sont « embrouillés » avec des joueurs des Phoenix Suns. Et voilà qu’il est passé pour un lâche. Pourtant quand, Dwyane Wade faisait exactement la même chose l’an dernier à Chicago, les internautes et les médias ont souligné l’attitude « trop cool » du vétéran. Deux joueurs, deux personnalités, deux traitements différents.

Il a beau être un futur millionnaire, Lonzo Ball doit tout de même jongler avec des événements que peu d’entre nous vivront un jour. Il y a quelques jours, son petit frère risquait trois à dix ans de prison en Chine (même si, visiblement, l’annonce de possibles peines lourdes étaient plus une manière d’intimider les joueurs d’UCLA). Son père LaVar Ball est en clash ouvert avec le Président des Etats-Unis Donald Trump. A coté de ça, chacun de ses gestes est épié. Analysé. Décortiqué. Que ce soit sa mécanique de tir ou la maladresse qui en découle. Ou même sa coupe de cheveux, sa paire de chaussure, ses hobbies, etc.

« Il a plus de trucs à gérer que n’importe quel gars de son âge », témoigne Luke Walton.

Si toute cette situation n’était pas suffisamment tendue, Lonzo est aussi constamment critiqué. Remis en question. Certains ont proposé de le faire sortir du banc et d’autres ont carrément évoqué la G-League pour reprendre confiance ! Sans compter que le joueur a d’ailleurs été mis sur le banc lors de plusieurs fins de matches serrés. Il est aussi souvent comparé à ses camarades de promotions ou à Ben Simmons, un rookie pourtant hors-norme qui est parti pour réaliser une saison absolument unique pour un début. Le traitement est injuste. Et il est probablement lié à l’attitude de LaVar Ball.

Imaginez donc que votre père se comporte comme le boss de la boite où vous bossez sans qu’il soit en réalité le boss de la boîte. Et bien vous vous retrouvez dans la peau du faux-fils de la boîte, avec le regard des autres que si vous étiez le fils de la boîte, avec tous les inconvénients que ça entraîne mais sans pour autant avoir les avantages dont jouit le vrai fils du boss de la boîte. Telle est la vie de Lonzo Ball.

Et malgré ça, le garçon a la force de caractère pour rester droit. Et pour performer ! Car il est temps de parler un peu du match de cette nuit. Il a donc compilé son deuxième triple-double en carrière. 17 sorties, 2 triple-doubles. Si ça ce n’est pas du propre… 11 points, 16 rebonds et 11 passes avec la victoire en prime contre les Denver Nuggets. Dans ces moments difficiles, il a eu la solidité mentale pour sortir une nouvelle prestation de qualité. Et des perfs de ce genre, il y en a justement suffisamment pour ne pas perdre espoir au sujet du gamin. A l’inverse, c’est il y a vraiment une raison d’y croire, c’est justement grâce à son mental.

Son cerveau reste sa plus grande force sur un terrain. Pas seulement parce qu’il a une vision du jeu hors-normes. Mais aussi parce qu’il sait trouver les ressources pour ne pas sombrer malgré les épreuves et les responsabilités qui s’accumulent. Tous soulignent l’excentricité de LaVar mais combien salue le fait que Lonzo ait su rester humble malgré les déclarations plus absurdes les unes que les autres de son daron ? Regardez donc LiAngelo et LaMelo. Ils n’ont pas la même personnalité. Pas le même recul. Et ils n’auront peut-être pas le même succès. Personne ne sait encore vraiment jusqu’où ira le Big Baller. Mais une chose est sûre : il a la tête suffisamment bien faite pour tenir le choc dans cette ligue où personne ne lui fait de cadeau.

Les highlights de Lonzo Ball