95 Orlando Magic ORL
106 Los Angeles Clippers LAC
93 Washington Wizards WAS
87 Memphis Grizzlies MEM
95 Miami Heat MIA
102 Portland Trail Blazers POR
115 New Orleans Pelicans NOP
108 Milwaukee Bucks MIL
109 Phoenix Suns PHO
115 Toronto Raptors TOR
95 Indiana Pacers IND
100 Oklahoma City Thunder OKC
124 Boston Celtics BOS
118 Denver Nuggets DEN
108 Houston Rockets HOU
96 Charlotte Hornets CHA
103 Chicago Bulls CHI
100 Utah Jazz UTA

[Focus] Malaga facile contre Rome

jibéPar jibéPublié

L'Unicaja est décidément l'équipe en forme du moment. A cheval sur la première phase et le Top 16, Malaga a enregistré hier soir sa huitième victoire consécutive en s'imposant à Rome 88-75. Face a des Romains qui connaissent un coup de mou depuis quelques semaines, la bande d'Aïto n'a pas fait de quartier. La clé […]

Boniface N'Dong a été déterminantL'Unicaja est décidément l'équipe en forme du moment. A cheval sur la première phase et le Top 16, Malaga a enregistré hier soir sa huitième victoire consécutive en s'imposant à Rome 88-75. Face a des Romains qui connaissent un coup de mou depuis quelques semaines, la bande d'Aïto n'a pas fait de quartier.

La clé du jeu de la Lottomatica est le rendement de Sani Becirovic. On a vite compris qu'il allait souffrir. Logiquement ciblé par la défense des Malageños, il était totalement éteint.

Les Italiens, quelque peu brouillons en attaque, parvenaient tout de même à scorer, à l'arrach'. Les Espagnols récupéraient de bons ballons et déroulaient, emmenés par un Marcus Haislip hyperactif. En fin de période, Rome ne trouvait plus moyen de marquer et Malaga s'envolait logiquement au score (26-14).

Haislip a giflé la Roma... au propre comme au figuré
Haislip a giflé la Roma... au propre comme au figuré.

En "l'absence" de Becirovic, c'était un peu le foutoir pour Rome en attaque. La création était confiée au très improbable Giacopo Giachetti, le troisième meneur. Avec sa coupe de moine et ses moves "à la papa", il réussissait presque à rendre le jeu de Gabini sexy... c'est dire. A l'inverse, les solutions étaient multiples à Malaga qui alternait à merveille jeu intérieur/extérieur. N'Dong fracassait tout dessous (son duo avec le revenant Haislip promet beaucoup !) et Kelati arrivait pour mettre le feu au filet de loin. Malgré un Gigli volontaire, la frontline andalouse marquait à l'envi. L'écart grimpait à +16 en faveur de l'Unicaja. Une claquette miraculeuse de Gigli ramenait le score à 48-34 à la pause.

De la Fuente, l'expatrié au jeu très propre, aidé par la mascotte Giachetti, ramenait très vite les siens dans la partie (53-45). Mais Malaga remettait vite la machine en route. Jimenez, en bon sapeur, éteignait l'incendie de loin, tandis qu'Haislip claquait un alley-oop la tête dans le cercle. Le Highflyer est de retour ! Ça commençait vraiment à sentir le pâté pour Rome puisque c'est désormais vingt billes qui séparaient les deux teams ! Becirovic revenait à la vie avec 4 lancers-francs consécutifs mais Jo Gomis, de loin, renvoyait Rome à 15 pions avec dix minutes à jouer.

Brandon Jennings n'a pas encore tout compris... mais ça vientOn se dit alors que Becirovic, qui avait enfin ouvert son compteur, allait justifier son titre officieux de MVP de la première phase. Et bien non... Y'a des jours comme ça où rien ne va. Arrosant tant qu'il pouvait, le pauvre Slovène n'y arrivait décidément pas. Heureusement, ses collègues se lançaient à corps perdus dans la bataille et, avec le soutien d'un public enfin réveillé, semblaient sur le point de faire vaciller Malaga. Jaaber piquait un ballon, sortait une claquette dunk et ramenait les siens à 78-73 ! Aïto demandait alors un temps-mort pour remettre un peu d'ordre dans la maison. La Lottomatica manquait plusieurs occasions de rejoindre l'Unicaja, tandis que Haislip, encore lui, craquait un tomar de dingue en transition. Archibald clôturait le score pour Malaga d'un dunk de mammouth qui faisait tanguer le panneau !

S'il est trop tôt pour tirer des conclusions, les Andalous ont impressionné, leur duo Haislip/N'Dong devrait faire très mal, et seul le Pana semble en mesure de rivaliser dans ce groupe. Gros choc en perspective.

…………………………………………………………………………………………

Les réactions

Aïto Garcia Reneses :

"On a fait un super match. On a bien défendu et mis de bons shoots. On a perdu trop de ballons à la fin, mais nous avons quand même gagné."

Carlos Cabezas :

"On savait qu'on devait être agressifs. On a bien débuté et on les a contenus, même s'ils ont bien joué en deuxième mi-temps. C'est une victoire importante pour nous."

…………………………………………………………………………………………

Les taffeurs :

Côté Malaga:

Boniface N'Dong : 15 pts à 6/9, 8 rbds, 3 ctrs et 22 d'éval'. Dire que lui aussi jouait en Pro A...
Marcus Haislip : 22 pts à 8/16, 6 rbds, 2 steals, 1 ctr mais 7 bps. Malgré un shoot en progrès, l'Américain n'est pas le joueur le plus abouti qui soit. Mais il a de la dynamite dans les jambes. Le grand frère du Marsupilami.
Thomas Kelati : 13 pts à 3/6 à 3 pts. De gros shoots aux bons moments.

Côté Rome :

Rodrigo De La Fuente : 11 pts à 4/4, 5 rbds, 2 pds et 18 d'éval'. C'est propre mais pas sexy non plus.
Angelo Gigli : 9 pts à 4/5, 10 rbds et 17 d'éval'. Un intérieur rital dans la lignée des Marconato et Galanda.
Primos Brezec : 11 pts, 7 rbds. Un pylône qui prend une place énorme dans une raquette. Voilà, c'est à peu près tout.

…………………………………………………………………………………………

C’était pas leur soirée :

Côté Malaga :

Berni Rodriguez : 9 pts à 3/9. N'est pas Rudy qui veut.

Côté Rome :

Sani Becirovic : 6 pts avec un fameux 1/13, 2 rbds, 4 pds et 3 galettes mangées. Une des pires soirées de sa vie. Hier soir, on a vu la mamie à Becirovic déguisée en Becirovic.

…………………………………………………………………………………………

Les highlights