84 Detroit Pistons DET
103 Denver Nuggets DEN
103 Brooklyn Nets BKN
98 Washington Wizards WAS
112 Minnesota Timberwolves MIN
118 Philadelphie Sixers PHI
99 Sacramento Kings SAC
92 Phoenix Suns PHO
113 New York Knicks NYK
109 Los Angeles Lakers LAL
95 Dallas Mavericks DAL
89 San Antonio Spurs SAS
123 Cleveland Cavaliers CLE
114 Atlanta Hawks ATL

Preview NBA : 10e – Milwaukee Bucks, « Hercule »

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Les Milwaukee Bucks sont 10e de notre classement et voici pourquoi.

Le 17 octobre prochain débutera la saison 2017-2018. Après un vote en interne pour classer les 30 équipes de la ligue, un power ranking a vu le jour. Chaque jour jusqu'au début des hostilités, retrouvez la preview NBA de chaque franchise, du 30e jusqu'aux Gold..., euh, jusqu'au 1er. On continue aujourd'hui avec les Milwaukee Bucks.

Le film de leur saison : "Hercule"

Héraclès pour les Grecs, Hercule pour les Romains. Les Bucks s'en fichent du patronyme exact - Yanis, Giannis, peu importe - ils ont choppé leur demi-dieu Antetokounmpo. Divinité aux bras gigantesques qui ne se plie apparemment pas aux lois de la gravité que subissent les êtres humains normaux. Dans le sillage de son général, l'armée des daims veut prendre le contrôle du continent. Mais si les siens ont fait une éruption surprenante à la table des grands rois (les playoffs), le héros devra redoubler d'efforts pour vraiment venir à bout des Dinosaures sauvages de Toronto ou des sorciers maléfiques de Washington.

La tâche s'annonce aussi difficile pour Giannis Antetokounmpo que pour Hercule au moment de réaliser ses fameux douze travaux. Car s'ils veulent vraiment rejoindre l'élite, et donc sauter une autre grande nation de l'Est, le MVP en puissance va devoir se démultiplier. Comme l'an dernier, quand il a fini dans le top 20 aux points, rebonds, passes, interceptions et blocks.

En toute dernière mission ? Descendre aux enfers et déloger LeBron "Cerbère" James, gardien des finales NBA depuis au moins 2000 ans.

Le casting

Le cinq attendu des Milwaukee Bucks : Malcolm Brogdon - Khris Middleton - Giannis Antetokounmpo - Jabari Parker - Thon Maker

Les Bucks repartent à la guerre avec les mêmes soldats, ou presque. L’effectif n’a pas beaucoup bougé par rapport à la saison dernière. Mais à l’Est, c’est un avantage. Milwaukee mise sur la stabilité à l’heure où plusieurs prétendants ont chamboulé leur roster. Tout ce petit monde se connait. Les rôles sont eux aussi bien définis. Bref, c’est l’équipe idéale pour aller chercher la cinquième place. Le décollage, c’est pour bientôt. Mais pas pour tout de suite.

Le scénario

Bizarrement, on voit bien les Bucks démarrer doucement. Subir la pression des attentes et stagner un peu à l’Est, et ce malgré les ouvertures. Mais avec une Conférence aussi faible, Milwaukee va quand même finir dans le top 8 avec la progression constante de tous les jeunes joueurs. Par contre, même tarif que l’an dernier : un premier tour, une belle résistance, des nouvelles promesses et basta. Jusqu'au jour où Giannis prendra réellement conscience qu'il est un être à part. Un peu comme Dwayne Johnson dans Hercule.

L’acteur à suivre : Jabari Parker

Le bras droit d'Hercule. Celui qui peut aussi faire basculer les Bucks dans une autre dimension, c’est lui. Giannis est le patron de l’équipe. Il y a des joueurs de devoir autour. Parker peut être l’électron libre, la seconde lame qui rend moins prévisible Milwaukee et permette au groupe de passer un cap par rapport à la saison dernière. Une lourde tâche à assumer pour un jeune joueur qui revient de sa deuxième blessure grave en trois ans.

Jabari a progressé chaque saison, et ce malgré ses pépins physiques. Il est ce « Carmelo Anthony 2.0 », le physique fragile en plus. S’il revient fort et reste en bonne santé – deux grands si – les Bucks auront peut-être deux All-Stars en février.

La note League Pass

6,5/10. Six points attribués uniquement à Giannis Antetokounmpo, ou presque. Le Grec est l’un des joueurs les plus spectaculaires de la NBA. Rien que pour ça, ça peut valoir le coup de se brancher sur un match de Milwaukee. Après, ça reste la Conférence Est.

Le saviez-vous

Thon Maker a été au cœur d'une polémique assez triste avant son arrivée en NBA. Certains sources US affirmaient qu'il avait menti sur son âge, en prétendant avoir 19 balais quand il en avait en réalité (toujours selon les accusations) 22 ou 23. Des internautes ont même retrouvé un livre d'une classe de terminale dans un lycée australien où figurait une photo du garçon... en 2010. S'il avait 17 ou 18 ans à l'époque, il en aurait 23 ou 24 aujourd'hui... L'affaire s'est étouffée depuis que les Bucks l'ont choisi en dixième position lors de la draft 2016.

Preview NBA : Les autres équipes