118 Charlotte Hornets CHA
102 Minnesota Timberwolves MIN
97 Orlando Magic ORL
105 Indiana Pacers IND
107 Philadelphie Sixers PHI
86 Utah Jazz UTA
107 New York Knicks NYK
85 Los Angeles Clippers LAC
92 Memphis Grizzlies MEM
100 Portland Trail Blazers POR
88 Milwaukee Bucks MIL
99 Washington Wizards WAS
114 New Orleans Pelicans NOP
107 Oklahoma City Thunder OKC
96 San Antonio Spurs SAS
85 Atlanta Hawks ATL
98 Sacramento Kings SAC
114 Denver Nuggets DEN
88 Detroit Pistons DET
116 Cleveland Cavaliers CLE
102 Dallas Mavericks DAL
110 Boston Celtics BOS

Théophile Haumesserpar Théophile Haumesser   

Et elles ont un visiblement un chef de gang : Céline Dumerc.

Rien de facile, jamais, mais toujours victorieuses. Ça pourrait être le thème de l’équipe de France féminine dans ce tournoi olympique. Une fois encore, l’EdF a réussi à puiser dans ses réserves pour aller chercher une quatrième victoire de suite et préserver son invincibilité.

Mais celle là aura peut-être été encore plus âpre que les précédentes. Sans une Céline Dumerc« kobebryantissime », si l’on en croit deux supporteurs de l’EdF nommés Ali T. et Nicolas B., auteur de deux paniers à trois-points incroyables pour forcer la prolongation puis pour prendre le match, les Françaises ne se seraient sans doute pas sorties du piège britannique, mais c’est surtout leur état d’esprit collectif inflexible qui leur a permis de repartir une fois encore avec la victoire.

« J’en ai marre qu’on se fasse peur et qu’on joue avec le feu. Pour l’instant ça nous sourit donc on se saute dessus comme des folles et on est super heureuses, mais en même temps est-ce que ce n’est pas la magie des JO de faire des matches comme ça ? », demandait Caps après le match.

LIRE LA SUITE SUR LADYHOOP