118 Charlotte Hornets CHA
102 Minnesota Timberwolves MIN
97 Orlando Magic ORL
105 Indiana Pacers IND
107 Philadelphie Sixers PHI
86 Utah Jazz UTA
107 New York Knicks NYK
85 Los Angeles Clippers LAC
92 Memphis Grizzlies MEM
100 Portland Trail Blazers POR
88 Milwaukee Bucks MIL
99 Washington Wizards WAS
114 New Orleans Pelicans NOP
107 Oklahoma City Thunder OKC
96 San Antonio Spurs SAS
85 Atlanta Hawks ATL
98 Sacramento Kings SAC
114 Denver Nuggets DEN
88 Detroit Pistons DET
116 Cleveland Cavaliers CLE
102 Dallas Mavericks DAL
110 Boston Celtics BOS

Antoine Pimmelpar Antoine Pimmel 

La ligue reprend ses droits avec deux superbes affiches cette nuit. Voilà quelques points auxquels nous voulons porter particulièrement attention pour cette reprise.

Vous l’avez déjà lu sur un parquet d’autres sites, la vie sociale des amateurs de basket est légèrement mise entre parenthèses à partir de cette nuit. La NBA fait son grand retour et avec elle débarque son lot de matches fous, de scénarios insensés, d’actions spectaculaires, de rumeurs, de débats, de drames, de joies… bref, un condensé d’émotions que seul le sport sait procurer.

Nous allons essayer d’analyser au mieux tout ce qui se trame aux quatre coins des Etats-Unis pendant les huit mois à venir. Mais avant de se plonger pleinement dedans, voici quelques détails concernant les affiches qui ont retenu notre attention.

La nouvelle équipe des Boston Celtics, ça donne quoi ?

Plus que le résultat, est-ce que les joueurs auront déjà des automatismes, comme cela semblait être le cas en pré-saison (quatre victoires et des belles séquences de jeu) ? Le collectif, ça se construit. Et le plus vite les nouveaux Celtics prennent leurs repères, le plus dangereux ils seront en fin de saison. Le même constat s’applique évidemment à Houston mais aussi à Cleveland. Deux autres équipes qui ont effectué des changements cet été.

Mais à Boston, c’est tout de même le vrai noyau dur qui a été modifié. Isaiah Thomas a été remplacé par Kyrie Irving, Avery Bradley a été transféré, Gordon Hayward a signé et le banc a été chamboulé. Bref, c’est le bordel. A priori. Brad Stevens est le coach génial capable de rapidement remettre de l’ordre dans tout ça. Cette nuit, en regardant le match, nous veillerons donc à garder un œil sur les rotations défensives de l’équipe. Il y aura-t-il de la communication entre les joueurs ? Des erreurs d’inattention ? Si oui, à quelle fréquence ? Le jeu offensif sera-t-il fluide ? Autant de petits détails qui permettent de juger la puissance collective d’une équipe et, en conséquence, sa capacité à vraiment se surpasser une fois en playoffs.

Kyrie Irving à la création, enfin

Nous l’avons déjà expliqué dans nos prédictions pour la nouvelle saison : nous voyons la star à plus de sept passes par match cette saison. Kyrie est « un meilleur passeur que ce que les gens pensent », dixit le grand Mike Krzyzewski. Ce sera intéressant de garder un œil sur la façon dont le meneur fait jouer ses troupes. Aura-t-il un comportement de leader, lui qui voulait tant être son propre patron ?

Kyrie Irving et LeBron James (s’il joue ?)… fâchés ?

Chacun a beau assurer que tout est OK entre eux, il est possible qu’il y ait de la rage de vaincre dans un camp comme dans l’autre. Sympa, pour une affiche de reprise.

James Harden et Chris Paul, ensemble

Mike D’Antoni leur a concocté un programme chronométré avec 18 minutes à cohabiter sur le parquet. Les Rockets seront-ils plus performants sur ce laps de temps ? Ou sembleront-ils plus à l’aise avec un meneur (Harden ou Paul) entouré de joueurs de devoir ? Le barbu a été par exemple bien plus performant lors du match de pré-saison qu’il a joué sans son nouveau coéquipier All-Star. Il sera donc intéressant d’analyser les prestations purement individuelle des deux stars avec ou sans l’autre ainsi que de constater le rendu collectif quand elle joue ensemble ou séparément. Le premier test sera compliqué contre les Golden State Warriors.

L’état d’esprit des Warriors, relax ou déjà déterminés ?

Trois saisons éreintantes, deux titres, une nouvelle parade, un sentiment d’invincibilité… les joueurs de Golden State sauront-ils faire preuve de sérieux dès le coup d’envoi de la saison ? L’an dernier, ils avaient pris une rouste contre les San Antonio Spurs. Démonter les Rockets d’emblée peut envoyer un message à toute la ligue. Et démoraliser au passage un concurrent direct dont les leaders ne sont pas réputés pour leur force mental.

Jayson Tatum, titulaire

Le garçon a le talent pour s’imposer comme le meilleur rookie de sa cuvée. Voyons voir comment il répond à la pression des projecteurs.

Le backcourt Derrick Rose et Dwyane Wade

Peuvent-ils défendre ? Mais genre, vraiment défendre ? Et comment les Cavaliers vont étirer le jeu ? Ce sont des questions qui reviendront tout au long de la saison. De leurs réponses dépendront en partie la capacité de la franchise de l’Ohio à aller chercher un titre. Premier élément de réponse cette nuit.

Le programme de la nuit

Boston Celtics @ Cleveland Cavaliers à 2 heures
Houston Rockets @ Golden State Warriors à 4 heures 30

Allez, à ce soir !