Avec Rajon Rondo, il y avait du spectacle

En l’absence de son spectaculaire meneur, Boston se retrouve désarmé face aux Knicks. Les C’s en sont à espérer éviter un sweep ce soir, dans le match 4. Un seul Rondo vous manque…

Rajon Rondo face à Jeremy Lin

« Miss you », chantait Mick Jagger. Sans Rajon Rondo, victime d’une rupture des ligaments croisés le 25 janvier contre Atlanta, les Boston Celtics se font corriger par les New York Knicks, donnant malgré eux un écho aussi conforme que tristounet à leur saison sans relief (41-40, 7èmes à l’Est).

Privée de son meneur à tout faire, privée d’un vrai spécialiste du poste (que n’est pas Avery Bradley), l’équipe de Doc Rivers se rapproche d’une cinglante élimination au premier tour, un truc qui ne lui était plus arrivé depuis la saison 2004-2005 (3-4 contre Indiana, mais les C’s avaient manqué les playoffs en 2006 et 2007). La question est surtout de savoir, maintenant, si Boston saura éviter l’humiliation d’un sweep, ce soir dans le match 4, et sauver l’honneur pour ce qui pourrait être la dernière danse de Paul Pierce et/ou Kevin Garnett sous le maillot vert (à moins que…).

Sans Rondo, voilà le topo : les C’s butent sur Carmelo Anthony (32 pts à 46,2% dans la série), les Celtics font dans le mélo (75 pts de moyenne). Alors… autant y aller à fond en évoquant quatre des plus belles performances en playoffs (une sorte de Big 4, quoi…) du fantasque meneur de Boston depuis ses débuts sous le maillot vert, en 2006.

Rajon n’est pas là, vive Rajon !

9 mai 2010 : Rajon Rondo donne une seconde vie… au Big 3

« MVP!, MVP! », chante le TD Garden. Alors que les C’s sont mal partis dans leur demi-finale face aux Cavs du duo LeBronShaq (1-2, -29 dans le match 3), Rondo prend les choses en main dans le match 4, établissant une performance statistique que seuls Wilt Chamberlain et Oscar Robertson ont réussi avant lui en playoffs : 29 points, 18 rebonds, 13 assists, 2 interceptions en 47 minutes (son 4ème triple-double en playoffs) et une précieuse victoire pour Boston, qui recolle à 2-2.

Un match charnière dans l’histoire récente du Big 3, puisqu’il redonna un peps fou aux C’s (cinq victoires de suite dans la foulée), qui échoueront un mois plus tard à une victoire du titre face aux Lakers (3-4). Qui sait ? Si Cleveland avait remporté ce match puis la série (ce qui aurait sans doute été le cas, à 3-1), le Big 3 de Beantown aurait peut-être dit « stop ». Et LeBron, qu’on imagine mal perdre ensuite face à Orlando, aurait peut-être dit « encore » lors de « The Decision », selon la tournure de la Finale face à LA…

« Rondo a tout fait. Sa performance est incroyable », confiera James.

24 avril 2011 : Rondo sweepe les Knicks et fait taire D’Antoni

Dans la série à sens unique face aux Knicks (c’est de circonstance…), Rajon Rondo se fait bien tailler par Mike D’Antoni avant le match 4, alors que New York est mené… 3-0 et que Rondo vient de sortir un triple-double (15-11-20).

« J’aimerais bien le voir jouer à Minnesota pour voir comment il s’en sortirait. »

« C’est juste son avis », répond Rondo, qui termine le travail sur le parquet du Madison Square Garden : 21 points à 8/12, 12 assists (beaucoup pour KG, MVP du match) et sweep des Celtics.

« Ça faisait longtemps qu’on avait pas « sweepé » une équipe, donc ça fait du bien », dira simplement Rondo, 48 assists sur la série.

 

Son triple-double à 20 assists du match 3 :

 

7 mai 2011 : Rondo en a sous le coude !

Dans ses duels face au Heat, on se souvient de ses 44 points pour rien dans le match 2 des finales de conférence 2012. « C’est inutile. On a perdu. C’est aussi simple que ça », avait-il réagi en conférence de presse, aux côtés de Ray Allen (une image assez bizarre aujourd’hui !). Mais ce qui a marqué les esprits, c’est évidemment son comeback « hollywoodien » après s’être déboîté le coude suite à un accrochage avec Dwyane Wade, dans le troisième quart-temps du match 3 des finales de conf’ 2011. Sa fin de match à une main, le bras gauche le long du corps – sauf pour l’interception qui mène au dunk – restera quoiqu’il arrive l’un des moments forts (le plus marquant, peut-être) de sa carrière.

« (Quand Rondo est revenu), on s’est tous regardés genre : « Qu’est-ce qu’il fout là ? » Est-ce bien intelligent ce qu’il fait ? »‘, dira Kevin Garnett après la partie.

Boston remportera ce jour-là sa seule victoire de la série (1-4). Rondo, lui, se réconciliera au passage avec le public du TD Garden, après un hiver boudeur, en raison du trade de son pote Kendrick Perkins pour OKC.

 

 

26 mai 2012 : Rondo achève les Sixers

La dernière belle aventure des C’s en playoffs, c’était l’an dernier. C’est sans doute pour ça que les joueurs de Doc Rivers ont fait durer le plaisir dans chaque série (20 matches au total) ! En demi-finale, Boston galère face à des Sixers accrocheurs. Quand, dans le match 7, Paul Pierce est sorti pour 6 fautes, alors que Phily est à l’affût (71-68, 4’16 » à jouer), le public du TD Garden retient son souffle. Pas forcément dans un grand soir jusque-là (7 TO), pas forcément dans un grand mois d’ailleurs (expulsion contre Atlanta au premier tour, notamment), Rondo sort alors le grand jeu, plantant 11 points dans le money-time.

« Il a pris l’équipe sur ses épaules », reconnaît Jrue Holiday.

 

« Je ne les vois pas comme un Big 3, mais comme un quatuor de champions (il dit « Championship Four »). Parce que si vous laissez Rondo de côté, vous faites une énorme erreur », souligne Doug Collins.

Le soir du 25ème anniversaire de la fameuse interception de Larry Bird, Rondo signe encore un triple-double (18-10-10), devenant le second Celtic à réaliser pareille performance dans un Game 7 après… Larry Legend.

 

Le boss d’une nouvelle ère ?

Avant la blessure de Rajon Rondo, Boston affichait un bilan négatif (20-23) et les chiffres disent que les C’s ont mieux carburé sans lui ensuite (21-17 pour finir la saison). Mais face à l’épouvantail new-yorkais, son absence se fait clairement ressentir au-delà des statistiques, au regard de l’impact et du leadership qu’il a pu avoir lors de ses cinq précédentes campagnes de playoffs.

Dans le bureau de Danny Ainge, l’été sera chaud.
Dans le bureau de Danny Ainge, l’été sera chaud. A l’orée d’une période transitoire qui rime à la fois avec nostalgie (possible fin de l’ère Pierce, marquée par le titre en 2008) et reconstruction (autour de l’axe Rondo – Green ?), l’absence de Rondo aura eu un impact aussi décisif contre les Knicks que ses triple-double quand il mène le jeu des C’s.

A quand le retour ? Boston croise les doigts. Car à l’instar de D-Rose (Nate Robinson ne sera pas toujours hors-norme comme cette nuit !), Rondo manque à sa franchise. Les absences conjuguées de ces deux meneurs All-Stars rappellent d’ailleurs qu’ils ne se sont rencontrés que neuf fois depuis l’épique série Boston – Chicago, au premier tour des playoffs 2009.

Allez, juste pour le plaisir, en attendant leurs retours…

Tags : , , , , , , , , , , , , ,
Commenter
Membre rouennais de la Reverse/BS' team depuis 2010. Adepte du "Dream Shake" d'Hakeem et des blocks de Dikembe. L'inverse ne marche que dans un sens. J'ai lancé en janvier 2014 United Ballers (unitedballers.fr), site de reportage photographique sur les playgrounds du monde entier.

Commentaires (23)

  1. the jaammmmmmmmmmmm

    rondoooooooooooooooooooooooo !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ( Kevin Harlan )

  2. Evan_Fournier

    C'est fort de faire du 41-40 sur une saison de 82 matchs.

    • Hand Job Master

      Sauf que Boston et Indiana n'ont joué que 81 matchs.

    • fxr

      Le match d'Atlanta n'est pas inclus dedans, en fait. J'ai tenu compte des séries avant et après ce match, d'où le 81.

      • fxr

        Ah ba j'avais mal compté, alors ! :)

    • Jailblazers

      Ils ont joué un match en moins a cause de la tragédie des attentats de Boston.. Avant de clasher autant se renseigner.

      • Bimbamboom

        exacte!
        la nba a préféré annuler le dernier match de Boston suite aux attentats.
        ouais bon ok mon com' ne sert à rien!
        faut que je trouve un forum bidon,et je vais aller troller sur l'immigration des pinguoins en Antartique en période hivernal!là y'a débat! aaarrfff

  3. Back 2 Back

    c'est un joueur vraiment talentueux qui monte en puissance chaque année !

    il va améliorer son shoot à 3 points

  4. Energizer/Doum-air

    C'est clair qu'il manque à son équipe, et c'est clairement le meilleur Celtics actuellement à mon avis.
    Donc très dur pour Boston de réussirquelque chose sans lui.
    C'est dommage tous ces blessés… on pourrait dire la même chose avec Kobe et Westbrook ! Leurs équipes respectives sont vraiment handicapées !

  5. GoKings

    Purée BS vous avez pas peur avec ce genre d'article, notre ami Djigga va nous faire un syncope !

  6. JackIsDead

    Je comprend pourquoi notre ami Djigga déteste Rondo et les C's maintenant ! Ahah

  7. HeatTimes65

    Les gars c'est possible de regarder les matches en streaming avec un ipad ? Hors appli game Time ??

    • JackIsDead

      Non ! Les iPad et iPhone n'ont pas de lecteur flash pour la sécurité !

  8. TheTruth45

    Ce match 4 contre Cleveland, j'en ai encore des frissons…

  9. Rondo_9_CELTICS

    I miss you Rajon Rondo !!!!
    Go Celtics
    Green Army

    • fxr

      I can't get no, satisfaction ! ;) Thanks !

  10. vince5446

    Déçu pour les fans des C's, et pour ne pas avoir le Heat/Celtics dans ces playoffs, ce premier tour a un arrière gout d'inachevé

  11. SpetsnazH

    C'est clair qu'avec Rondo, Sullinger et Barbosa c'eut été tout à fait une autre série contre New York!!

  12. Shaqatak33

    C'est demi finale de conf en 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>