Shawn Kemp : Sex, Drugs and Basketball

Shawn Kemp aurait pu devenir le meilleur. Il s’est contenté de révolutionner le poste 4 en NBA. A Seattle. Entre 2 nuits blanches…

Tout au long de l’été, nous vous ferons redécouvrir (ou découvrir) des articles, interviews, portraits ou dossiers que nous avons publiés dans REVERSE depuis les débuts du magazine. Nous vous proposons aujourd’hui un retour sur l’un des joueurs les plus marquants et spectaculaires de l’histoire, Shawn Kemp, un portrait publié dans REVERSE #12, en septembre 2007.

 

S’il avait marché un peu plus droit, Shawn Kemp aurait pu devenir le meilleur. Il s’est contenté de révolutionner le poste d’ailier fort en NBA. A Seattle. Entre 2 nuits blanches…

Texte : Arnaud Blaizot

Nous sommes à l’été 2003, la chaîne NBA TV (RIP) vient de débarquer en France et passe en boucle les mêmes clips et les mêmes reportages. L’un d’eux concerne le camp d’été des Nuggets qui misent gros sur l’arrivée de leur Baby Star de 19 ans, Carmelo Anthony. La caméra se déplace et l’on voit apparaître un géant en jean’s, le tour de hanche digne de Charles Barkley ou Miss Dominique (ce papier a été publié en 2007 – ndlr). Difficile à imaginer mais ce même type est l’un des joueurs les plus excitants à avoir foulé les parquets NBA. Une dizaine d’années plus tôt, Shawn Kemp était lui-même la Baby Star de la ligue…

 

L’école buissonnière

L’histoire commence dans l’Indiana, comme dans toute bonne histoire sur le basket. Le gamin n’a encore que 18 ans mais déjà une détente de kangourou (un bon mètre), un corps d’homme (2,08m pour 108 kilos) et une gueule qui lui permet de boire une bière dans n’importe quel état d’Amérique. Son jeu est en conséquence : il est élu meilleur lycéen du pays devant des mecs comme Zo Mourning ou Billy Owens. Il ponctue ses années lycée par un McDonald’s All-American Game électrique. Sur une action, il enchaîne une prise de rebond autoritaire par un coast-to-coast supersonique (voir vidéos sur la dernière page – ndlr). A l’arrivée un dunk à 2 mains avec une prise d’appel pas loin des lancers-francs. Maintenant c’est sûr : le public et l’ensemble des médias connaissent le phénomène Kemp.

Enfin surtout les fans des Kentucky Wildcats, la fac pour laquelle il a accepté de signer. Sur le campus, on imagine déjà l’association entre les deux freshmen Shawn Kemp et le futur Cav, Chris Mills. Ces combinaisons ne sortiront jamais de la tête des fans des Wildcats, la faute à un test d’aptitudes loupé. Le gamin est plutôt rat de gymnase que rat de bibliothèque… En d’autres temps, les résultats de Kemp auraient pu être « arrondis ». Seulement, les Wildcats sont déjà sous le coup d’une probation de 2 ans suite à des suspicions de dessous de table. Kemp ne sera jamais un chat sauvage. Et il ne jouera jamais avec Chris Mills qui quittera Cleveland quelques mois avant que Kemp ne s’y installe…

Il tente de finir la saison dans le Texas au Trinity Valley Community College, une université de moindre importance et moins regardante sur le niveau scolaire de ses étudiants. Arrivé trop tard dans la saison, il est contraint d’attendre la saison suivante avant de jouer son premier match universitaire. Kemp n’aura pas cette patience. Il engage l’agent Arn Tellem et s’inscrit à la draft 89 à tout juste 19 ans, avec pour ambition d’imiter Moses Malone (multiple meilleur rebondeur de la ligue, triple MVP et champion NBA 1983 ) et son coéquipier aux Sixers Darryl  « Chocolate Thunder » Dawkins. C’était les années 74-75. A l’époque, les Etats-Unis étaient encore en guerre au Viêt-Nam et le petit Shawn avait 5 ans…

 

Supershawnic

Deux ans après avoir drafté Scottie Pippen (et l’avoir échangé contre Olden Polynice dans la foulée…), les Sonics sélectionnent Shawn en 17ème position entre Dana Barros et BJ Armstrong., deux futurs All-Stars. Seattle à l’époque est une équipe très spectaculaire emmenée par le duo Dale Ellis et Xavier  McDaniel. Le Kid Kemp doit donc se contenter des miettes de jeu laissées par celui que l’on surnomme X-Man.

Dès qu’il retire le survêt’, Kemp fait le spectacle. Il tente des choses hallucinantes et même s’il y a beaucoup de déchet, il devient vite le chouchou du Coliseum. Comme tous les grands champions, il réserve ses meilleurs coups pour le Madison Square Garden. Après un pick-and-roll d’école avec son meneur Dana Barros, il postérise toute la défense new-yorkaise sur un pump arrière monstrueux de puissance et d’amplitude. « Je voulais montrer ma colère de ne pas avoir assez de temps de jeu à travers ce dunk », dira-t-il plus tard. A l’époque, le rookie passe 15 minutes en moyenne sur le parquet et c’est surtout au Slam Dunk Contest du All-Star Game 90 qu’il trouve le moyen de se faire remarquer. Une suite de dunks aussi techniques que violents à l’image de ces claquettes rebonds enchaînées de moulins aussi explosifs que ceux du vainqueur, Dominique Wilkins.

SUITE

Tags : , ,
Commenter

Commentaires (62)

  1. diawshow

    Ma réaction sur son top 10 dunks juste Waouh!!
    Sinon très bon papier, un peu long cela dit ;)

  2. Bapo

    Bill Cartwright ne jouait plus durant les Finals ’96 ! Il faut réimprimer tous les Reverse de l’époque ! :)
    Longley avait pris très cher par contre…

    • maverick

      Si ils réimprime l’article je veux bien l’acheter je le ferrait lire à mes gosses quand je les forceraient à jouer au basket pour qu’ils réalisent la carrière NBA dont j’ai toujours rêvé

      • françois le français

        J’aimerais pas être ton gamin vivre dans la frustration de papa te plaint pas si à 18 ans ils te frappent

        • ai0r0s

          ça sent le vécu … o_O

        • maverick

          Oh mais je les attends les chiards je les attends

  3. maverick

    Yess j’ai pas encore lu mais merci de faire un sujet sur lui +1000 à la rédaction (bon je sais qu’il date de longtemps le papelard mais merci)

  4. Airmax7

    L’été va être long, ça fait plaisir des articles comme ça!

  5. bobby

    Qu’est ce que j’adorais ce joueur et la violence avec laquelle il arrachait les arceaux !!!
    Les finales 96 étaient énormes, et le reverse+dunk2mains sur les épaules de Rodman ultra jouissif !
    Comme Scottie, je concède que les dunks exécutés par un gabarit sec et délié sont plutôt esthétiques.

    • maverick

      Une violence dans ses dunks c’est tellement jouissif et Pippen ne dit pas que des conneries au final ahah

  6. Tiamat

    citer les mecs qu’ont réussi sans NCAA en oubliant KG, alors que c’est le premier de la liste à l’avoir fait…

    • NBAddict

      (article écrit en 2007… ndlr)
      Il n’avait pas gagné le titre encore….

      « Un peu d’humour ne fait jamais de mal » (a faire avé l’accent et en revoyant le sketch des Inconnus « Youpi Matin »….)

      ^^

      • AIRGUH

        Il me semble qu’il dit « un brin d’humour ne fait jamais de mal » mais je peux me tromper!

        • NBAddict

          LOOL exact « un brin » !
          Putin de mémoire qui flanche parfois !

          ^^

      • capflamingo

        @NBAddict

        ‘(article écrit en 2007… ndlr)
        Il n’avait pas gagné le titre encore….’

        T-Mac, Amare et Lebron n’en on toujours pas gagner et ils sont dans la liste…

    • Saor In AIsce

      Euh je sais pas, hop comme ça, au hasard :

      - Moses Malone (multiple meilleur rebondeur de la ligue, triple MVP et champion NBA 1983 ) : l’un des premiers en 1976

      Ah que me dit-on à l’oreille, un certain … Bryant, oui c’est ça Kobe Bryant …

      Et pour finir quelques bons joueurs : T-Mac, Jermaine O’Neal, Chandler

      Y’a Lebron James

      Curry, Kwane Browm (bon ça c’est pour la blague)

  7. francesco

    merci reverse 33 piges pour moi tout ça c’est mon enfance cela fait plaisir de revoir The Reign man en action j’en profite pour faire un big up à votre rédaction et votre magazine je n’en achetais plus depuis un bail mais par hasard je suis tombé sur votre magazine et depuis je suis comblé pertinence,humour bien écrit et surtout old school. Thanks a lot. Francesco13

    • sky hook

      pareil..cela me rappel des souvenirs..j’avais un pote qui jouait comme lui( enfin il avait le jersey..)

  8. ben

    Blake Griffin a joué à Seatle dans une autre vie

    • cypos

      ou alors Shawn est son père.
      Vu qu’il a déposé sa semence un peu partout et qu’il doit être le pater de 120 000 gosses, Blake n’est peut être que l’un d’eux ;-)

  9. The Glove

    Putain nostalgie quand tu nous tiens ;). Les sonics de 94 étaient exceptionnelles

  10. Jah

    Putain, le tandem Kemp-Payton ! Quel méga kiffe, ça c’était du one-two punch qui envoyait ! Du trash-talk, du highlights, de la defense, du charisme, putain, que c’était bon ! ça me rend nostalgique tout ça ! Kemp, c’était un Blake Griffin avant l’heure !

  11. Clemeton

    J’ai commencé à suivre la nba quand tout le monde se foutait de lui, de son poids, etc… Pour avoir vu deux matchs des finals 96, ce mec était une tuerie, totalement impossible à stopper, un KG en plus fort (:p), un stoud puissance 10, etc… Bel hommage en tout cas, il le mérite!

  12. filipandman

    Super article sur mon joueur préféré . Merci !

  13. T-max

    J’aime beaucoup la réaction de Kemp et Gatling dans le top ten de dunk (action n°5)!

    Gatling est genre : « tu m’as mis cher, en plus je fais faute, mais bien joué mon pote! »

    • sky hook

      tout a fait d’accord, en gros c’est « je t’ai déchiré mais je te respect..ce n’est qu’un jeu.. » si le mec va pas au contre parce qu’il a peur du « posteryz » c’est plus la meme action..il lui doit bien ca…

  14. dooong

    Sur le dunk numéro 3 c’est à se demander si le grand dadet est pas payé par stern pour se placer juste où il faut pour améliorer le poster, il doit être maso le type…

  15. kalideus

    j’ai pleuré quand cette franchise a disparu. j’ai du descendre chez portland depuis.
    j’ai détesté mutumbo et ses putains de contres. seattle semblait paumé sur le terrain, déboussolé par une équipe qui avait vraiment envie de gagner. c’était un énorme upset. kemp apparaissait fatigué… mutumbo a été juste énorme dans la raquette. et kemp ne pouvait pas tout faire. payton et kemp étaient géniaux à voir. des bad boys trash et anti conformistes.

    au fait si rodman ne savait pas scorer il savait courrir de même que larry johnson… alors le changement du poste 4 a eu lieu à cette époque et kemp peut être plus que les autres incarnait ce changement mais il n’était pas le seul.

  16. yass68

    si seulement les joueurs d’aujourd’hui
    pouvait s’exprimer comme dans le temps… elle me manque cette époque!!!

  17. yann blavec

    « C’était les années 74-75. A l’époque, les Etats-Unis étaient encore en guerre au Viêt-Nam » La fin de la guerre du viet-nam c’est 1972.

    • francesco

      C était juste les années 90 petit

    • francesco

      Au fait sur le fameux dunk arrière contre New York il y avait ce joueur métis a la coupe affreux je crois qu’il s’appelle kenny walker très bon dunker mais a part ça complétement pourris en transition

  18. Nelson Rogers Prince

    Blake who?

  19. francesco

    Et encore on a rien vu,je me souviens de certains games ou the glove envoyait le ballon a une hauteur incroyable sur des phases de contre attaque et kemp arrivait avec sa detente et une vitesse supersonique a la metrre au fond…

  20. bou

    Le dunk de Dee Brown est le « no look dunk »
    Très bon article !

  21. francesco

    BIG UP A 2K JME LÂCHE TODAY

  22. D-Wade

    Shawn Kemp au HALL AU FAME svp !
    Après tout, Rodman y est bien alors qu’il ne savait rien faire offensivement… 5 pts de moyenne en carrière ! Donc même si Kemp a très mal fini, on pourrait l’intégrer dans cette fabuleuse institution. Merci pour lui.

    • sezni

      euh rodman est juste le meilleur défenseur de l histoire de la nba
      kemp est un joueur très spéctaculaire mais anecdotique en fin de comptes , qui de plus n a rien gagné

  23. diiktracy

    L’action 5 de son top 10 , voila ce que devrait resumer le basketball !

    Le mec ce prend un poster du feu de dieu , il va voir le joueur et le check … RESPECT

    • francesco

      ouais mais a l époque c’etait chaud quand un mec te dunker dessus ca pouvait partir en couilles très vite kemps a l attitude provocatrice après son dunk et l adrénaline qui découle de lui il attend la réaction de gatling mais lui n a pas envie de se fritter donc cool jte check

  24. joe gillian 8

    PUTAIN !!!!!!! les dunks 7,4 et 1 resument le pourqoui de mon kiffe pour kemp ,ce jeu et la NBA…..

  25. Orel

    Juste un grand merci pour cet hommage.

  26. Nacim

    J’aime bien la petite référence cinématographique, ce que j’aime bien avec les gars de Reverse c’est qu’ils ne sont pas incultes (même si c’est pas une référence de ouf sur ce coup ci) mais de temps en temps y a des petits clins d’oeil à des films dans le mag et c’est très bien !

  27. Dirk_95

    J’adorais Kemp, joueur hyper athlétique et spectaculaire. Griffin est un peu son digne successeur.

    • Shrek

      Griffin est une fillette à côté de Kemp, il ne lui arrive pas à la cheville ! Aucune intensité par rapport au ReignMan, qui était même à bloc pendant les temps morts…

      Kemp (mon premier jersey, snif) avait une attitude qui était le prolongement de son jeu électrisant. Il avait le regard, le trash talking, et les partenaires idéaux (Payton, Schrempf, Mc Millan qui savait le calmer de temps en temps…) pour être vraiment un joueur à part.

      Certes Griffin est impressionnant quand il part au dunk, mais son charisme d’huitre et son profil qui plaît à Stern le met à un autre niveau que Kemp… pour le moment au moins.

      • AldoRaine69

        Pas d’accord du tout ! t’as regardé les clippers cette année au moins ???

        Ca faisait longtemps que j’avais pas vu un mec jouer avec autant d’intensité !!!!
        Certes il n’a pas le niveau de Kemp; mais Griffin va faire tres mal pendant des années !
        Griffin n’a rien d’une fillette…

  28. francesco

    Griffin c est griffin Kemp c est Kemp

  29. Nacim

    Schnouffe, booze, dunks and pussies, au fond Kemp était un grand épicurien !

  30. godard

    Kemp pour ceux qui lont pas connu cest un melange de blake griffin et kevin granett

    • francesco

      Oui ben si tu l a vraiment connu c ni in mélange de de KG ni de Blake juste the motherfuckingkemp

  31. Don Beninio

    Ahhhh toute ma jeunesse, les nuits blanche à mater les finales ’96 … J’étais pro-bullsà l’époque, mais pendant ces finales là, j’avoue avoir eu envie à certains moment de voir les Sonics prendre le titre.

    Kemp, un de mes joueurs favoris, heureusement avec le temps j’ai pu me payer 2 jerseys (USA 96 et sonics vert). Ceux-là resteront bien au chaud faites moi confiance.
    Ce qui m’a toujours fait halluciner chez ce mec, ce sont ces chevilles, fines comme celles de mon fils !!!

    Une bise à Reverse pour le plaisir que ça fait de lire un article comme ça.

  32. jordanesque

    un joueur que l’on est pas pret d’oublier dans le monde du basket!!!!!
    a l’époque des extra terrestre bref merci et encore merci d’avoir fais ce reportage de feu !!!
    on etais une trentaine pour voir les videos continuer!!!!

  33. tortuegéniale

    « Le dunk est vraiment le trademark de Kemp, qui bouleverse l’image classique du power forward balourd et besogneux aux mains carrées et à la mobilité réduite »

    « L’ennui, c’est que les jeunes générations pourraient vite oublier deux ou trois petits trucs : qu’il a prouvé que le poste 4 pouvait aussi courir, dribbler et shooter. »

    Sympa pour les Karl Malone , Charles Barkley, Kevin McHale, Larry Nance, Nate Thurmond, Connie Hawkins, Elvin Hayes, Tom Heinsohn, Spencer Haywood et Tom Chambers dis donc!!! Si on avait voulu glorifier Shawn Kemp au détriment de tous ces ailiers forts, on ne se serait pas pris autrement.

    Même un Kemp sans problème de drogue n’aurait pas pu rentrer dans le top 5 des meilleurs ailiers forts NBA.

    • francesco

      Pas mal ta culture basket mais sur sa génération c’est le top five

      • Cypress

        Je ne vois que Malone et Barkley au dessus de Kemp à l’époque (et Rodman dans un autre style)

  34. Lameria83

    CE JOUEUR ETAIT UN KIF A LUI TOUT SEUL!!
    oooooooooooh c'étaiiiiiiiit mieuuuuuuuuuux avaaaaaant!!!

    (C'est aussi maintenant, je déconnais)

  35. Lamertia83

    *aussi bien!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>