Shaï Mamoupar Shaï Mamou    

Les Sixers vont très probablement hériter du 1st pick et sélectionner Markelle Fultz. Avec le meneur rookie, Ben Simmons et Joel Embiid, Philadelphie dispose d'un noyau dur incroyablement excitant.

Markelle Fultz n'avait pas prévu de rendre visite aux Sixers.

Le meneur de Washington savait qu'il serait pris en première position de la Draft et, jusqu'ici, Boston semblait devoir garder son pick. En apprenant que les Celtics étaient finalement prêts à changer de position via un trade, Fultz a donc accepté de se déplacer à Philadelphie. C'est sur place qu'on lui a confirmé que la transaction aurait bien lieu et qu'il devrait élire domicile en Pennsylvanie.

Ni une, ni deux, Joel Embiid a saison l'occasion et publié cette photo.

This should be legendary if it happens #TheProcess

Une publication partagée par Joel "The Process" Embiid (@joelembiid) le

Au côté de Robert Covington, Ben Simmons, Markelle Fultz et le Camerounais posent comme s'ils étaient déjà coéquipiers. Le "Process", par prudence, s'est contenté d'une légende au conditionnel.

"Ce devrait être légendaire si ça arrive".

Ce à quoi Markelle Fultz a répondu :

"Trust the Process".

La saison prochaine, les Sixers présenteront donc a priori l'un des noyaux durs les plus excitants de la Conférence Est, pour ne pas dire de la ligue. On ne va pas commencer à parler de playoffs. Surtout avec des joueurs qui ont déjà connu des blessures fâcheuses et longue durée depuis leur début de carrière. Mais imaginez un peu.

Markelle Fultz à la mène. Une sorte de Tracy McGrady dans le corps d'un meneur, comme l'a décrit Bill Simmons de The Ringer.

Ben Simmons dans un rôle de point forward. L'Australien est un passeur et un athlète formidable qui doit encore développer son shoot, mais le talent est là.

Joel Embiid au poste 5. L'intérieur moderne par excellence. Si sa santé ne lui joue pas des tours, Embiid est un prospect effrayant capable de shooter à mi et longue-distance, de tétaniser l'adversaire près du cercle et de faire le show en mêem temps.

Au-delà de ce trio, on trouve un talent plus discret mais pas moins important : Dario Saric. Le Croate sera peut-être élu rookie de l'année dans quelques jours, grâce à une palette déjà complète et une capacité à jouer poste 3 ou poste 4.

Derrière, Timothé Luwawu a son mot à dire dans un rôle de "3 and D". Jahlil Okafor, même s'il n'est pas odeur de sainteté, est toujours là et constitue un back up de qualité. Sans parler des quelques recrues qui débarqueront après la Draft.

Brett Brown va avoir de quoi se faire plaisir et orchestrer la progression de ce groupe déjà intéressant la saison passée.