95 Orlando Magic ORL
106 Los Angeles Clippers LAC
93 Washington Wizards WAS
87 Memphis Grizzlies MEM
95 Miami Heat MIA
102 Portland Trail Blazers POR
115 New Orleans Pelicans NOP
108 Milwaukee Bucks MIL
109 Phoenix Suns PHO
115 Toronto Raptors TOR
95 Indiana Pacers IND
100 Oklahoma City Thunder OKC
124 Boston Celtics BOS
118 Denver Nuggets DEN
108 Houston Rockets HOU
96 Charlotte Hornets CHA
103 Chicago Bulls CHI
100 Utah Jazz UTA

Stanley Johnson, le nouveau Ron Artest selon Avery Bradley

Alexis RabutéPar Alexis Rabuté Publié

Avery Bradley est le nouveau patron de la défense des Pistons. Il veut en profiter pour transformer Stanley Johnson en un Ron Artest moderne.

A peine arrivé aux Detroit Pistons, Avery Bradley a déjà pris ses marques. Il est d’ores et déjà le nouveau patron défensif de l’équipe. Il compte d’ailleurs emmener Stanley Johnson dans son sillage.

En récupérant Bradley, la franchise du Michigan a obtenu l’un des tous meilleurs défenseurs sur les postes arrières. Il était déjà le leader défensif aux Boston Celtics, celui qui défendait sur le meilleur joueur adverse. Il compte donc continuer à Detroit.

« C’est ce que je recherche chaque soir. Même s’il ne me le dit pas, c’est quelque chose dont je vais probablement parler. J’aime ce type de challenge, je ne recule devant personne », affirme-t-il. « C’est pour ça que je joue, affronter les meilleurs arrières et leur tenir tête à un haut niveau chaque soir. »

Nul doute que Stan Van Gundy l’imagine déjà en spécialiste défensif. De plus, l’effectif des Pistons dispose d’éléments qui ne demandent qu’à apprendre, à l’image d’un Stanley Johnson.

« Nous devons nous asseoir et avoir une vraie discussion car je trouve que Stan (Johnson) est très talentueux. S’il est capable d’accepter ce rôle, je pense que ça lui permettra de s’épanouir et de devenir le joueur qu’il veut être. Il peut devenir un défenseur d’élite à mes yeux », déclare Bradley. « Même à Boston, je le voyais et je me disais que c’était un monstre. Il me rappelle Ron Artest. »

On a tendance à croire Avery Bradley quand il parle de défense. Désormais, c’est à Stanley Johnson de répondre aux attentes de son coéquipier.