102 Detroit Pistons DET
90 Charlotte Hornets CHA
104 Indiana Pacers IND
131 Brooklyn Nets BKN
116 Orlando Magic ORL
109 Miami Heat MIA
100 Boston Celtics BOS
108 Milwaukee Bucks MIL
103 Memphis Grizzlies MEM
91 New Orleans Pelicans NOP
76 Phoenix Suns PHO
124 Portland Trail Blazers POR
111 Dallas Mavericks DAL
117 Atlanta Hawks ATL
106 Utah Jazz UTA
96 Denver Nuggets DEN
100 Sacramento Kings SAC
105 Houston Rockets HOU
107 San Antonio Spurs SAS
99 Minnesota Timberwolves MIN
120 Washington Wizards WAS
115 Philadelphie Sixers PHI

Alexis Rabutépar Alexis Rabuté    

Le Miami Heat a une vision à long terme concernant son évolution. Et heureusement, cela ne devrait pas passer par le tanking.

Le Miami Heat sait exactement ce qu’il fait. Pat Riley ne dispose pas encore d’une équipe capable de jouer le titre. Pour autant, le general manager a un plan pour les deux, trois prochaines années.

Par chance, le tanking ne devrait pas traverser son esprit. Riley estime qu’au vu du passé de la franchise, du business à gérer et de la reconnaissances des fans, il ne peut pas se permettre d’être une mauvaise équipe.

Cet été, malgré l’échec Gordon Hayward, le Heat estime avoir réussi son intersaison. Dion Waiters, Josh Richardson et James Johnson, essentiels la saison dernière, ont prolongé en Floride. De plus, Kelly Olynyk est venu renforcer le secteur intérieur.

Si ce sont certes de bons joueurs, il n’y a pas de superstar dans cet effectif. Les leaders devraient alors toujours être Goran Dragic et Hassan Whiteside. Par contre, le Heat a tout mis de son côté pour passer à l’échelon supérieur, celui des équipes capables de jouer le titre.

Cela peut paraître surprenant quand on voit la multiplication des nouveaux contrats. Il ne devrait plus rester assez de cap space pour signer un gros agent libre lors de l’été 2018. Tant mieux, le Heat ne comptait pas le faire.

Parmi les gros noms disponibles l’été prochain, on doute que LeBron James revienne bosser avec Riley. Les dossiers Russell Westbrook et Chris Paul seraient trop compliqués. Paul George se dirige vers les Lakers. Pour ce qui est de DeMarcus Cousins ou DeAndre Jordan, Miami juge que ce ne serait pas un recrutement nécessaire pour une équipe qui dispose déjà de Whiteside.

Par conséquent, l’objectif serait d’attendre 2019 et la présence sur le marché de certains joueurs comme Klay Thompson ou Kawhi Leonard. En attendant cette date, le Heat se tient donc prêt à bouger.

Hormis le contrat de Whiteside ou peut-être de Tyler Johnson, Miami possède des assets très intéressants. Que cela soit sur les postes extérieurs (Dragic, Richardson, Waiters) ou intérieurs (Johnson, Olynyk), la franchise a du matériel à offrir si l’opportunité de récupérer une star se présente.