Les trophées : Masai, les Knicks et Pablo

Voici nos NBA awards du 11 décembre 2013. Masai Ujiri, les New York Knicks et Pablo Prigioni ont bien mérité les leurs.

awards-111213

Chaque soirée NBA a son lot de surprises, de perfs, de dégringolades, d’humiliations et/ou de révélations. Comme ce n’est pas toujours simple de s’y retrouver en un coup d’œil, voici ceux qui, selon nous, se sont le plus distingués… pour le meilleur ou pour le pire. Ce sont les NBA awards de BasketSession.

Oscar Eraser/Arnold Schwarzenegger de celui qui laisse aucune trace : Masai Ujiri

A situation délicate, sauveur exceptionnel. Les Toronto Raptors sont empêtrés dans un sacré bazar depuis leur création. La franchise ne parvient pas à garder ses stars en devenir (Stoudemire, Camby, Vince Carter, Chris Bosh) et elle souffre de la concurrence des Maple Leafs (NHL) à l’échelle locale. Il fallait un génie pour sortir les Canadiens du ventre-mou de la Conférence Est aussi intéressant qu’un débat sur la chaîne Non Stop People. Avec Masai Ujiri, les Raptors ont mis la main sur l’homme idéal pour ce genre de mission. L’ancien meilleur dirigeant de la saison (en 2012) est un type qui a échangé Carmelo Anthony contre Timofey Mozgov, Wilson Chandler, Raymond Felton, Danilo Gallinari et trois tours de draft. Du génie. Le mec a réussi à chopper Andre Iguodala à Philadelphie lors du transfert… de Dwight Howard ! Du génie (bis). Le nouveau « boss » est chargé d’effacer toutes les conneries passées de Bryan Colangelo, l’ancien GM. Il n’a pas tardé à se mettre au boulot. Dès cet été, Ujiri a mis une quenelle aux Knicks en bazardant Andrea Bargnani aux Knicks contre plusieurs tours de draft. Il fallait également du génie pour réussir à transférer Rudy Gay et son ENOOOORMEEEEEEE contrat. Masai Ujiri l’a fait avant même le 15 décembre. DeMar DeRozan, Kyle Lowry, Landry Fields et Dwyane Casey n’ont qu’à bien se tenir, ils sont les prochains sur sa liste.

On ne sait pas si le guerrier « Masai » flanque un calibre sur la tempe de ses confrères comme Arnold Schwarzenegger dans l’Effaceur mais le dirigeants a visiblement des arguments de taille. Ce bon vieux « Swarzy » sait lui aussi faire le ménage. Dans le film sorti en 96, l’acteur Autrichien incarne John Kruger, un flic (pour changer) chargé de la protection des témoins. Et comme Masai Ujiri, il ne fait pas de détails.

 

 

Remerciements à mbaye88, qui a indirectement aidé à trouver l’idée, même si ses talents nous faisaient plutôt penser qu’ils nous aideraient pour les trophées sur le cinéma d’Art et d’Essai, Thierry Normandie voyant dans certains de ses comm’ la marque d’un vrai talent.

Tags : , , ,
Commenter

Commentaires (5)

  1. Ksyban

    Ujiri a été désigné meilleur dirigeant la saison dernière, soit 2013 et non 2012 !

  2. double0teamed

    Ujiri a meme reussi a refiler Aaron Gray au SAC !! UNe autre belle perf

    • Touronto_Raptor

      Mouai il était en fin de contrat, c'est surement Sac qui l'a voulu…

  3. Mbaye88

    C'est trop d'honneur que vous me faites ! Je suis également touché par la reconnaissance de mes humbles connaissances en matière de cinéma d'art et d'essai par le plus éminent spécialiste en la matière : MONSIEUR Thierry Normandie. Toutefois, ma science est encore loin d'atteindre le niveau de celle de titi ! Il va falloir que je travaille davantage ma vision du jeu et mon handle qui laisse encore à désirer. A l'instar de D-Rose, je suis plutôt un joueur de drive et de percussion qui aime pénétrer dans la défense adverse pour aller écraser un poster dunk rageur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>