Le jour où Black Thought a cassé le rap

Le jour où Black Thought a cassé le rap

En un freestyle, Black Thought a fracassé le rap en mille morceaux. Au passage, il a rappelé à tout le monde qu'il avait bien sa place au Panthéon du game.

Théophile HaumesserPar Théophile Haumesser  | Publié  | BasketSession.com / HOOP CULTURE / Culture

Pour ceux qui n'y prêtaient pas vraiment attention, Black Thought, c'était un peu le Tony Parker du rap game. Un mec universellement salué pour son talent et ses performances, mais dont certains se demandaient toujours s'il était à ce niveau parce qu'il faisait partie des Roots ou si les Roots étaient à ce niveau grâce à lui. Fin décembre 2017, il a répondu une bonne fois pour toutes à ces questions en signant une boucherie de freestyle déjà qualifiée de légendaire.

Pendant presque dix minutes, Tariq Trotter s'est employé à démonter le microphone avec autant de férocité et de minutie que Russell Westbrook montant au dunk, enchaînant mesure sur mesure sans jamais faiblir. Au passage, il a littéralement cassé le rap et Twitter, devenant du jour au lendemain le rappeur préféré de tout le monde alors que le gars a passé sa carrière à aligner les couplets et les performances de tueur à gages sans que personne (ou presque) ne pense à l'inclure dans les discussions sur le GOAT.

Sweat Black Thought
Retrouvez le sweat et le t-shirt Black Thought sur notre boutique

Le freestyle hallucinant de Black Thought

Il était temps de revenir sur cette démonstration de force de l’un des meilleurs lyricistes que le Hip Hop ait connu. Voici 5 raisons pour lesquelles la perf de Black Thought est plus mémorable que celles de vos rappeurs préférés.

Voilà comment bosse un professionnel

Le mec n’a pas le temps. L’instru de « Burn » (anciennement de Mobb Deep, vu qu’après ce qu’il lui a fait, c’est devenu « Burn » de Black Thought) n’a pas commencé depuis une mesure entière que BT attaque la bête à la machette. Pas de « Hey yo, yo, yo », pas de « Yo Flex, ya ready ? », pas de « Ya heard ?! », pas de temps à perdre. Le gars est en mission, il a 70235 mesures à balancer sans s’arrêter avec un contrôle du souffle digne de Miles Davis, Michael Phelps ou Tom Thibodeau quand il regardait des vidéos de séquences défensives des Wolves. Et dans la foulée, il enchaîne non-stop sans la moindre erreur, sans hypeman et sans avoir besoin de faire une deuxième ou une 45ème prise. Un exploit pour n’importe quel rappeur, mais un jour au taf comme les autres pour Black Thought.

Hip Hop culture

Tesla, F. Scott Fitzgerald, Einstein, « Guerre et paix », le Tibre et l’Euphrate, Abel et Caïn, le royaume d’Hadès, Henry Kissinger, Kafka, Excalibur, Henrietta Lacks, Horatio et Yorick, Voltaire, César et Brutus, Shakespeare… Voici une courte liste des références qu’on peut retrouver dans ce couplet. Pas sûr que la moitié des rappeurs en activité en comprenne la moitié ou que Donald Trump en connaisse le quart.

Là où c’est d’autant plus fort, c’est que ça ne fait pas non plus démonstration forcée de culture générale à la Sam Hinkie dans sa démission du genre « Et ouais mon gars, je maîtrise Google quotes ». On retrouve d’ailleurs mis sur le même plan Kool G. Rap, Pharoahe Monch, Rakim, Chase Infinite ou D.O.C. Tariq démontre simplement toute la largeur de sa palette et de son champ lexical, sans donner dans le rap de nerd pour nerd. C’est pas Jul qui pourrait en faire autant.

La tête de Funk Master Flex

Funk Master Flex Black Thought freestyle Hot 97

C’est probablement la chose la plus marrante de toute la vidéo : voir la gueule de Funk Master Flex passer de l’ébahissement béat à la grimace féroce et à l’éclat de rire d’incrédulité devant autant de maîtrise. Flex a quand même vu passer un paquet de MC’s dans sa carrière, mais lui-même ne s’attendait pas à ce que Black Thought puisse hausser la barre à ce point.

Une performance d’exception, mais pas pour Black Thought

Voir à quel point ce passage de Black Thought a eu d’impact montre surtout à quel point il a été sous-coté jusqu'ici. N’en déplaise à DJ Vlad, le rimeur d'Iladelph s’est fait une habitude de faire tomber des têtes depuis des années et figure clairement parmi les MC’s les plus redoutés. Pour ceux qui seraient passés à côté de certaines de ces sorties, voici quatre preuves indiscutables que BT « ain’t nutin’ ta fuck wit ».

1 - Le mec fait des mixtapes… en live !

Avec son compère J.Period, Black Thought s’est offert un nouveau type de kif : le mec fait des mixtapes en live. Pendant plus de 35 minutes, sur scène, il enchaîne couplet sur couplet sur tous les sons que lui balance son DJ. Pas d’interruption, pas de bafouillage, pas d’excuse.

Et comme si ce n’était pas suffisamment compliqué déjà, le duo s’offre en plus le luxe de se donner des contraintes, comme par exemple cette mixtape en forme d’hommage à James Brown.

2 - Aussi dangereux sur disque qu’en impro

Même avec Common et Pharoahe Monch à ses côtés, Tariq démonte le mic… en pure improvisation ! Il faut être totalement dingue pour se pointer en impro dans un freestyle de ce level.

3 - Ne pas se laisser berner par l’image soft des Roots

Les Roots ont peut-être une image de groupe à la cool pour bobos branchés, mais derrière le masque du leader de groupe estampillé néo soul s’est toujours caché un assassin sans pitié.

4 - Même confiné, le mec reste un tueur

La facilité et le charisme dont Black Thought fait preuve alors qu'IL RAPPE EN CLAQUETTES devraient donner à bien des rappeurs l'idée soudaine de changer définitivement de carrière.

Qui pour passer derrière ?

La grande question maintenant, c’est de savoir qui pourra passer derrière Black Thought. Eminem (à voir), Kendrik Lamar (pourquoi pas), Redman (sans doute), Lupe Fiasco, Logic ou King Los (pas sûr) ? Pour l'instant, on ne voit que trois rappeurs encore en vie qui pourraient relever le défi en combinant un tel niveau de prestance, de technique et de substance.

Royce Da 5’9

A l’image de BT, Royce est probablement l’un des rappeurs les plus sous-cotés du game. Un temps coincé dans l'ombre d'Eminem, il a depuis fait une belle carrière solo (et en groupe avec Slaughter House), mais semble toujours manquer de reconnaissance. Pourtant, le talent est indéniable.

Depuis la publication originelle de cet article, il a d'ailleurs lui aussi eu l'occasion de passer dans l'émission de Funk Master Flex.

Pharoahe Monch

Dans la catégorie des Aliens potentiels du rap, Pharoahe Monch se place direct parmi les mecs les plus susceptibles d’avoir été envoyés sur terre par une espèce plus évoluée que la nôtre. Maîtrise technique, contenu, flow, le gars est sur sa propre planète.

L'aisance indécente à 5 min ici :

Crooked I alias Kxng Crooked

Il n’y pas que sur la Côte Est que les mecs savent rapper. Lyriciste parmi les lyricistes, Crooked I (lui aussi membre de Slaughter House) aka Kxng Crooked n’a pas son pareil pour débiter des couplets de 50 mesures sur commande et pour s’adapter à n’importe quel tempo.

Tout ce qu’on peut espérer, en tout cas, c’est que tout le buzz généré par Black Thought depuis ce freestyle lui permettra de retrouver la place qui lui revient dans l’esprit des auditeurs et que ce nouvel engouement pour les lyrics et la technique ne retombera pas aussi vite qu’il est né. "Do You Want More?!!!??!" Hell yeah !

Bonus : les lyrics du freestyle de Black Thought

Comme la culture basket ne s'arrête pas aux lignes du terrain et que l'actualité est grandement ralentie, BasketSession a décidé d'ouvrir ses horizons en vous proposant des contenus « hoop culture » qui peuvent rebondir plus loin que le ballon orange qui nous passionne.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest