Le jour où LeBron James s’est dit : “Je suis le GOAT”

Le jour où LeBron James s’est dit : “Je suis le GOAT”

LeBron James, 37 ans aujourd'hui, a déjà eu le sentiment d'être le GOAT. Voici ce qu'il avait expliqué à ce sujet.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

LeBron James fête ses 37 ans aujourd'hui. On espère que le King a encore de belles années devant lui pour continuer à marquer l'histoire de la NBA à coups de record et de performances iconiques. Lui reste-t-il cela dit assez de temps pour changer l'opinion des sceptiques dans le débat sur le GOAT ?

LeBron fait bien sûr partie des prétendants et, pour beaucoup, le "King" est ce qui se rapproche le plus de MJ en termes de grandeur. S'il a généralement fait preuve d'humilité et de modestie sur cette question, LeBron a tout de même évoqué une fois ce sentiment d'être possiblement le meilleur basketteur de tous les temps.

Il l'avait raconté dans le programme "More than an athlete" sur ESPN en décembre 2018. Cette impression était évidemment liée à la fantastique et inattendue victoire des Cleveland Cavaliers lors des Finales 2016 contre les Golden State Warriors après avoir été menés 3 à 1.

LeBron a 37 ans, retour sur ses 10 matches de playoffs les plus fous

"Cette victoire-là, c'est celle qui a fait de moi le plus grand joueur de tous les temps. C'est comme ça que je l'ai ressentie. J'étais en extase d'avoir pu gagner un titre pour Cleveland, après 52 ans sans victoire (tous sports confondus, NDLR). Vraiment, j'étais en extase.

La première émotion qui m'est venue, lorsque tout le monde m'a vu pleurer, c'était pour la ville. Quand j'ai arrêté de pleurer, je me suis dit : ce que tu viens de faire, ça fait de toi le GOAT".

Tout le monde disait que les Warriors étaient la meilleure équipe de tous les temps, la meilleure jamais assemblée. Le fait qu'on revienne dans la série et qu'on gagne de cette façon, ça m'a fait comprendre que j'avais fait quelque chose de vraiment spécial.

C'est l'une des rares fois dans ma carrière où j'ai eu ce sentiment. Je n'ai jamais vraiment pris le temps d'y repenser, mais c'était un moment incroyable".

Chacun a ses propres critères sur ce qui permet de prétendre au titre complètement subjectif de GOAT. LeBron James préfère, à juste titre, que l'on se penche sur ses exploits - celui-là en particulier - que sur son nombre de Finales NBA perdues ou sur ses changements d'équipes pour parvenir à ses fins. Lorsqu'il aura raccroché, le plus tard possible on l'espère, ces Finales 2016 seront clairement son argument le plus solide.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest