10 bonnes affaires à saisir pour les candidats aux playoffs

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Plusieurs vétérans talentueux sont aujourd'hui bloqués dans des franchises peu ambitieuses. Autant de joueurs susceptibles d'être disponibles pour pas cher.

Officieusement, le marché des transferts NBA ouvre ses portes ce soir à minuit. Les équipes de la ligue peuvent conclure des échanges mais la date du 15 décembre est importante parce que c’est à partir de ce moment-là que les joueurs signés l’été dernier sont éligibles à un trade. Autrement dit, c’est à partir du 15 décembre que les dirigeants qui se sont plantés en juillet peuvent corriger leur(s) erreur(s) en se séparant de leur(s) recrue(s). Il y a rarement de nombreux mouvements avant les fêtes. Mais des basketteurs englués dans de mauvaises situations peuvent être rendus disponibles sans que leur équipe réclame une contrepartie trop importante. Il y a alors quelques belles affaires à saisir et ce sur quoi nous allons essayer de nous concentrer.

Attention, il ne faut pas confondre cette liste avec celle des joueurs susceptibles d’être échangés d’ici la deadline (nous ferons un papier autour de la mi-janvier, début février). Et ce même si certains éléments seront communs aux deux articles. Là, le profil type, c’est un habituellement un vétéran qui ne joue quasiment plus au sein de sa formation et qui cherche à rebondir ailleurs. Un bon basketteur qui s’est perdu dans une franchise en reconstruction parce qu’il voulait miser sur les dollars plutôt que le succès pendant l’été. Dont le contrat arrive généralement à expiration à la fin de la saison.

Ces gars-là sont généralement assez faciles à dénicher à partir du 15 décembre. Parce que leur front office est prêt pour des seconds tours de draft souvent anecdotiques. Elles leur offrent parfois même leur bon de sortie via un buyout. Plusieurs membres que nous allons cités sont d’ailleurs susceptibles d’être coupés à l’approche (ou surtout après) la deadline des transferts de février si jamais leur franchise n’avait pas trouvé preneur d’ici là. Allez, c’est parti, mettons en lumière d’éventuels joueurs de rotation capables de renforcer un candidat aux playoffs – ou au titre – dans les prochaines semaines.

Trevor Ariza (Phoenix Suns)

L’exemple ultime. Trevor Ariza était un joueur très important aux Houston Rockets l’an dernier – et le bilan de la franchise texane, treizième à l’Ouest, depuis son départ en atteste. Il a quitté les finalistes de Conférence pour rejoindre la (très) modeste équipe des Phoenix Suns. Pour encadrer le vestiaire, pour jouer avec des jeunes stars montantes mais aussi pour récupérer un bon paquet de blé. 15 millions de dollars sur un an. Sauf que voilà, les Suns ne décollent pas et il s’ennuie probablement.

Ariza est loin de son niveau habituel (37% aux tirs, un PER de 10,3) mais c’est sans doute plus lié à sa situation qu’à une vraie régression. Il a besoin de très bons joueurs autour de lui pour vraiment apporter sur le parquet. Il reste un joueur étiqueté « 3 and D » idéal pour n’importe quel candidat aux playoffs. Les équipes n’ont jamais trop d’ailiers de ce profil. Il intéresse donc les Los Angeles Lakers mais aussi probablement d’autres franchises.

Lire la suite