41 points pour Nate Robinson

Nate Robinson a mis la misère aux Hawks. Difficile de le formuler autrement. Déjà bien en vue jusque là dans le match, Kryptonate est devenu totalement inconscient dans les 17 dernières minutes, arrachant la prolongation presque à lui tout seul avant de profiter de l'OT pour bien ridiculiser la défense d'Atlanta et s'imposer 112-108. Alors […]

Jean-Sébastien BlondelPar Jean-Sébastien Blondel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Nate Robinson a mis la misère aux Hawks. Difficile de le formuler autrement. Déjà bien en vue jusque là dans le match, Kryptonate est devenu totalement inconscient dans les 17 dernières minutes, arrachant la prolongation presque à lui tout seul avant de profiter de l'OT pour bien ridiculiser la défense d'Atlanta et s'imposer 112-108. Alors que lui et son agent sont en plein bras de fer avec le front office des Knicks, Nate repart de ATL avec 41 points (15 dans le 4e quart, 11 des 13 des Knicks dans l'OT...) à 18/24, 6 rebonds, 8 passes, et un joli message quant à sa forme du moment ! Atlanta pensait pourtant avoir fait le nécessaire en troisième quart-temps pour distancer New York, en prenant 13 points d'avance alors que les Knicks s'étaient accrochés toute la première mi-temps. Les starters des Hawks, qui n'ont pas grand chose à se rapprocher, n'ont juste pas eu le relais habituel du banc. Jamal Crawford, l'energizer habituel et gros favori pour le titre de meilleur sixième homme, avait dû laisser un peu trop de forces en boîte la veille. Son vilain 2/12 fait tâche après son 3/12 contre les Cavs, d'autant que son équipe avait vraiment besoin de ses points pour éviter de perdre trois matches de suite pour la première fois de la saison. Joe Johnson (28-8-5, mais 12/30 aux tirs), Al Horford (22-19-4-3) et Josh Smith (24-10-3-2) ont pris leurs responsabilités, et Johnson pensait même avoir sauvé la soirée avec son petit fade-away sur Jared Jeffries à moins de dix secondes de la fin. Mais difficile de gagner quand les remplaçants ne marquent que 12 points... et que le 6e homme adverse en plante 41.
Crawford avait l'air plus blasé que surpris. "Je le vois faire ça depuis le lycée", expliquait-il. "Quand il est chaud, il est aussi bon que  n'importe qui... ce soir, il faisait ce qu'il voulait."
Robinson avait probablement plus envie que jamais de montrer à Donnie Walsh et aux dirigeants des Knicks qu'il mérite une belle extension, et et de rappeler aux 29 autres GM qu'il mérite une belle série de zéros sur leurs carnets de chèques.
Même D'Antoni était soufflé : "Ces derniers temps, on a essayé de le pousser à se concentrer exclusivement sur le fait de gagner, ce soir, c'était clairement le cas."
Intenable en fin de match, Nate a donné le tournis à Joe Johnson, Marvin Willians, Horford et compagnie avec des pénétrations tout simplement incroyables pour un joueur de sa taille, et un petit assortiment de floaters, de finger-rolls et de tirs de loin à le faire passer pour Iverson. Bien aidé par Wilson Chandler (24 points, 4 passes et 17 rebonds!), Danilo Gallinari (13 et 6) et Al Harrington, toujours aussi bon finisseur, Robinson a pris les Knicks sur ses épaules en prolongation, marquant 11 des 13 points de New York, avec en prime l'assist sur les deux autres points ! On pourra facilement reprocher aux Hawks de n'avoir pas su finir le travail dans le 4e quart-temps, mais pour le reste, Nate était seul au monde.
"Je voulais prouver au monde que je peux jouer à ce niveau", a-t-il lâché aux journalistes avant de leur confier qu'il espérait toujours signer une extension de contrat avec New York.
"C'est ici que je veux jouer et j'espère que je pourrais rester... c'est une nouvelle année, un nouveau départ pour moi et je n'ai pas l'intention de regarder derrière moi."
C'est aussi ça qui nous fait aimer la NBA : quand un joueur comme ça prend feu, il n'y a pas grand chose d'autre à faire qu'à le regarder s'enflammer.
Afficher les commentaires (43)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest