6 prolongations et une « bataille historique » en NCAA

C'est ce qu'il aura fallu pour départager Syracuse et Connecticut hier au Madison Square Garden. Pour ceux qui ont vraiment du mal en calcul mental, le public du Garden a donc eu droit à six prolongations. SIX PROLONGATIONS ! Pour un match du tournoi de la Big East en plus, à élimination directe et tout […]

Jean-Sébastien BlondelPar Jean-Sébastien Blondel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article
C'est ce qu'il aura fallu pour départager Syracuse et Connecticut hier au Madison Square Garden. Pour ceux qui ont vraiment du mal en calcul mental, le public du Garden a donc eu droit à six prolongations. SIX PROLONGATIONS ! Pour un match du tournoi de la Big East en plus, à élimination directe et tout et tout. Les deux équipes, coachées par deux monuments du basket universitaire (Jim Boheim et Jim Calhoun), sont allées au bout de la nuit.Sans pour autant établir le record NCAA (7 prolongations), mais, après tout, on s'en cogne. La "Championship Week", qui couronne les champions de conférence avec généralement en jeu une place dans les 65 pour le tournoi final, est sensée nous préparer au mois de suspense que nous offre la March Madness, et ce match-là a réussi son coup! D'autant que ce sont les Orangemen de Syracuse, classés 20e du pays, qui sont venus à bout (127-117 !) des Huskies de Connecticut, 4e du Top 25. Deux équipes dont la tradition basket n'est plus à démontrer : les premiers ont vu passer des joueurs comme Carmelo Anthony, Derrick Coleman ou Dave Bing, tandis que 13 joueurs NBA en activité (dont Ray Allen, Rip Hamilton et Ben Gordon) sont passés par UConn. Chez les vainqueurs, les plus en vue ont été Johnny Flynn (34 points et 11 passes en... 67 minutes!!!), Paul Harris (29 points, 22 rebonds), Andy Rautins (six gros tirs primés) et Eric Devendorf, qui a bien failli gagner le match au buzzer du quatrième quart-temps (voir photo) avant que les arbitres ne refusent (à raison, mais c'était tellement proche!) son fabuleux tir.
"Cela aurait été beaucoup mieux si les refs avaient accordé le panier d'Eric, on aurait pu rentrer à la maison deux heures plus tôt", ironisait Boeheim après coup.
Mais ils ne l'ont pas fait, et la série de prolongations a pu commencer. Et là, bizarrement, plus de buzzerbeaters, mais deux équipes qui ont rivalisé de maladresse sur les nombreuses possessions décisives qu'elles ont eues. Les stats des 6 OT sont édifiantes : 15/43 aux tirs, 5 ballons perdus, et 23/26 aux lancers pour Syracuse, 15/49 aux tirs, 9 turnovers et 13/20 aux lancers pour Connecticut. Les dix points d'écart final se retrouvent aux lancers. Les intérieurs des Huskies peuvent s'en mordre les doigts : s'ils prennent 14 rebonds chacun, Jeff Adrien (12 points, 7 passes et 3 contres), Stanley Robinson (28 points) et Hasheem Thabeet (19 points, 6 contres) cumulent un terrible 12/26 sur la ligne. A.J. Price (33 points et 10 passes en 61 minutes), maladroit de bout en bout, n'aura rien pu faire.
"C'est une défaite", lâchera un Jim Calhoun dépité. "Je suis sûr que cet été je réaliserai que c'était une bataille historique, mais tout de suite ça n'est qu'une défaite."
Mais une défaite superbe qui nous pousse à attendre le tournoi NCAA avec encore plus d'impatience que d'habitude...
Afficher les commentaires (5)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest