Aaron Brooks ressort de l’ombre

Appelé à remplacer Ty Lawson à quelques minutes du coup d'envoi face à Detroit, Aaron Brooks a sorti une partie assez incroyable avec 27 points et 17 passes décisives. On en avait presque oublié que l'ancien MIP était capable de ce genre de prestations...

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Aaron Brooks ressort de l’ombre
C'est l'histoire d'un mec qui apprend juste avant le coup d'envoi d'un match qu'il doit remplacer au pied levé le meneur titulaire et accessoirement le meilleur joueur de l'équipe. Arrivé dans le Colorado au mois de février, Aaron Brooks a montré cette nuit pourquoi les dirigeants des Nuggets l'ont fait venir en échange de Jordan Hamilton juste avant la deadline. Jusqu'ici, on l'avait évidemment surtout vu en doublure de l'excellent Ty Lawson, apportant son expérience et des statistiques plutôt satisfaisantes avec 9.8 points et 4 passes en 23 minutes de moyenne par match. Face à Detroit, on a retrouvé le joueur qui avait remporté le titre de MIP en 2009-2010, lorsqu'il portait le maillot des Rockets. [superquote pos="d"]"J'ai dit à Ty d'arrêter de déconner et d'aller sur le terrain".[/superquote]Jamais les Pistons ne sont parvenus à solutionner le problème posé par le point guard de 29 ans. Avec 27 points et 17 (!) passes décisives à 10/19, le natif de Seattle a sorti une partie assez phénoménale pour pallier au forfait de dernière minute de Lawson, encombré au niveau des sinus. Certes, l'intéressé a eu 47 minutes pour s'exprimer en raison de la pénurie de guards dans le roster de Brian Shaw. Mais la facilité avec laquelle il a transpercé les lignes adverses et distribué les caviars à Kenneth Faried et consorts n'en est pas moins impressionnante.
"Lorsque Ty m'a dit dans le vestiaire qu'il ne se sentait pas assez bien pour jouer et que j'allais prendre sa place, j'ai cru qu'il me faisait une blague. Je lui ai dit : 'Arrête de déconner et va sur le terrain'. Finalement j'y suis allé et j'ai réussi à prendre les choses en main, comme tout le monde dans l'équipe. C'est marrant parce que je n'ai pas eu l'impression de forcer ou de faire quelque chose de particulier", a expliqué Brooks après la rencontre.

Barré par Beverley et Lin à Houston

Les fans de Detroit qui se sont exprimés sur Twitter, particulièrement ceux qui ne suivent la NBA que depuis "The Decision", ont été assez choqués que leur équipe soit autant en difficulté face à un joueur qu'ils connaissent à peine. Peu d'entre eux se souviennent de la superbe saison d'Aaron Brooks dans le Texas, lorsqu'il avait enregistré 19.8 pts et 5.3 pds de moyenne au sein d'une équipe dont la seule star était un Tracy McGrady constamment à l'infirmerie. Car après ce bel exercice, on avait un peu perdu de vue l'ancien de la fac d'Oregon tradé à Phoenix, puis Sacramento (avec une escapade en Chine chez les Guangdong Southern Tigers durant le lockout) avant un retour peu probant à Houston. La direction des Rockets lui a clairement signifié qu'il lui serait très difficile d'avoir un temps de jeu conséquent. Avec Patrick Beverley, indispensable en défense, et Jeremy Lin trop populaire et mine de rien utile offensivement, les chances étaient en effet minces de sortir fréquemment du banc. Lorsqu'il est arrivé chez les Nuggets, beaucoup se sont plaint de la venue d'un meneur dont la priorité était de shooter, alors qu'un gestionnaire manquait à l'équipe. Les critiques se sont nettement calmées depuis que les fans ont constaté que sur certaines séquences, l'association Lawson-Brooks faisait des ravages. Il y a en effet peu de backcourts aussi rapides dans la ligue lorsque les deux sont sur le parquet en même temps. Un paramètre à prendre en compte pour Denver lorsqu'il s'agira de prolonger ou non celui qui sera free-agent à la fin de la saison...  
Afficher les commentaires (4)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest