126 NYK
107 ATL
116 TOR
104 CLE
112 HOU
131 NOP
112 CHA
113 MIL
103 DET
100 BKN
111 IND
83 MEM
104 ORL
101 MIA
112 SAS
108 MIN
117 SAC
123 UTA
98 LAC
107 DEN
121 PHO
100 DAL

La NBA réfléchit sérieusement à une réforme des playoffs

BasketSessionPar BasketSession Publié

A force d'être demandé avec insistance, un changement de format des playoffs pourrait finir par voir le jour. Adam Silver a évoqué cette possibilité hier.

A force d'en parler, cela va finir par arriver. Adam Silver a profité du All-Star weekend pour évoquer une nouvelle fois une éventuelle réforme du format des playoffs. Sauf que cette fois-ci, ce serait sérieux. Rien d'imminent mais la NBA réfléchirait de plus en plus à la possibilité de changer quelques règles. Les franchises (notamment de l'Ouest) militaient pour que les seize meilleures équipes soient qualifiées en playoffs, et ce quelle que soit leur provenance géographique. Ce qui aurait donc aboli les Conférences. Une mesure réclamée en raison du déséquilibre récurrent entre les équipes de l'Ouest et celles de l'Est.

Silver préfère visiblement une autre alternative. Il garderait huit organisations de chaque Conférence. Sauf qu'elles seraient classées de 1-16 selon leur bilan. En clair : Houston et Golden State seraient les deux têtes de série si la saison s'arrêtait aujourd'hui (et si les règles avaient été changées).

"On veut un format où les deux meilleures équipes de la ligue peuvent s'affronter en finale", assure le commissionnaire.

Les Rockets et les Warriors semblent un ton au-dessus de toutes les autres équipes cette année. Pourtant, elles ne pourront pas se défier pour le titre. C'est justement ces éventuelles "finales avant l'heure" que la NBA veut éviter.

La réforme n'est pas pour tout de suite. Mais elle pourrait (sans doute) s'accélérer si LeBron James venait à lui aussi rejoindre la Conférence Ouest. Que ce soit aux Rockets ou aux Lakers. Ce sont là juste des spéculations. Mais l'Est serait un véritable chantier si le King désertait ce côté du pays. La ligue n'a sans doute pas envie de revivre le début des années 2000, quand Shaquille O'Neal, Kobe Bryant ou les San Antonio Spurs massacraient des équipes fades en finales. Les taux d'audience étaient alors au plus bas. Et tout ce qui est mauvais pour le business est souvent éradiqué en NBA.