103 NYK
104 IND
141 PHI
94 CLE
115 HOU
109 PHO
126 UTA
112 MEM

Horford, la kryptonite du Greek Freak ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Al Horford a livré une prestation asourdissante dans le game 1 entre Bostonet Milwaukee. Rarement Giannis Antetokounmpo avait été autant mis en difficulté.

La vérité d'un match, surtout le premier, n'est pas forcément celle d'une série. Mais s'il faut chercher des arguments pour croire à une qualification des Boston Celtics face aux Milwaukee Bucks, cette rencontre inaugurale en a fourni des solides. Dimanche, dans le Wisconsin, les Celtics ont retrouvé la force défensive qui les a portés jusqu'en finale de Conférence la saison dernière, sans Kyrie Irving, ni Gordon Hayward. Cette fois, les deux hommes sont là et bien intégrés aux schémas de Brad Stevens. C'est néanmoins la présence d'Al Horford et sa prestation sur ce premier match qui a marqué les esprits.

Le défi, lorsqu'une équipe affronte Milwaukee cette saison et sans doute pour la décennie à venir, c'est évidemment de limiter l'impact de Giannis Antetokounmpo. Candidat très, très sérieux à la succession de James Harden pour le titre de MVP, le Grec est un rouleau compresseur terrifiant depuis le mois d'octobre. Une sorte de réincarnation du Shaq d'Orlando, avec une qualité de passe, des prouesses athlétiques et une maturité encore supérieures. Dans ce game 1, Giannis a été en difficulté comme rarement à la finition (22 points, mais à 7/21) lui qui a shooté à un peu moins de 58% en saison régulière. C'est évidemment collectivement que Boston a pourri la vie du Greek Freak, mais Al Horford a toujours ou presque été le maillon le plus visible de la chaîne.

Le placement intelligent du Dominicain et sa capacité à ne jamais mettre Antetokounmpo à l'aise ont été couronnées de succès au-delà de toute espérance. Il y a les statistiques, bien sûr, avec cette maladresse inhabituelle du n°34 des Bucks, mais aussi l'impression visuelle. La séquence où Horford contre Giannis deux fois assez lourdement dans le 3e quart-temps est sans doute l'action défensive la plus étonnante de ce début de playoffs. On savait l'ancien intérieur des Hawks capable de choses de ce genre. Pas que Giannis Antetokounmpo pouvait être l'une de ses victimes.

Comme si être la clé de voûte de l'édifice défensif bostonien ne suffisait pas, Al Horford a aussi été un joyau en attaque. Le quintuple All-Star de 32 ans a trouvé les ressources pour peser des deux côtés du terrain. Son adresse extérieure (3/5 à 3 points) et sa contribution globale au scoring (20 points à 8/16 avec 11 rebonds et 3 passes) grâce aux petits shoots à mi-distance qui ont longtemps été son fonds de commerce, ont été extrêmement précieux. Si Horford est capable de rendre des copies de ce genre sur les 2 ou 3 prochains matches, sans subir le tonnerre de Zeus, fâché de voir son enfant chéri être mis en difficulté, alors Boston ne sera pas loin de bouter Milwaukee hors des playoffs pour la deuxième saison consécutive.