Al Jefferson, la force tranquille

On n'entend pas souvent parler d'Al Jefferson. L'intérieur star des Charlotte Bobcats est plutôt discret. Mais une fois dans la raquette, ça déménage.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Al Jefferson, la force tranquille
Les Charlotte Bobcats sont un sujet de moqueries permanent. Depuis leur première saison NBA (2004), les Cats se sont taillé une image de cancre. Même quand la franchise gagne dès match – actuellement septième de la faible Conférence Est –, elle est raillée pour les cartons que lui flanquent les meilleurs joueurs de la ligue (61 points pour LeBron James, 62 pions pour Carmelo Anthony, 2 pts pour Paul George). S’il y’a bien un membre des Bobcats de qui on ne veut pas se moquer, c’est Al Jefferson. D’abord parce que la star est considérée comme une crème par ses anciens coaches, coéquipiers et dirigeants mais aussi par les journalistes qui ont l’occasion de papoter régulièrement avec lui. Et puis, c’est également une force de la nature. Les Indiana Pacers en ont encore eu la confirmation cette nuit. Impossible à bouger une fois qu’il a les pieds ancrés dans la raquette, Al Jefferson a fait souffrir Roy Hibbert et David West, pourtant pas des peintres dans la raquette. « Big Al » a fait le boulot, comme à son habitude. 34 points, 8 rebonds, 3 passes. Et une superbe victoire de 22 points face au leader de la Conférence, pas habitué à se prendre des fessées.
« Je ne veux plus que nos adversaires pensent qu’ils vont pouvoir se reposer lorsqu’ils nous affrontent », balance la star des Charlotte Bobcats.
Al Jefferson n’a pas envie de rire. Sa présence dans la peinture est un cauchemar pour les défenses adverses. En plus de sa puissance physique, l’ancien joueur du Jazz a une palette de mouvements intéressante. Ce qui lui vaut une comparaison avec Kevin McHale selon Frank Vogel, le coach des Pacers. Ce dernier ne tarissait pas d’éloge sur le héros du soir.
« Je pense que l’on devrait demander à ceux qui votent pourquoi Al Jefferson n’a pas été All-Star au sein de la Conférence Est. »
Effectivement, le joueur de 29 ans méritait d’y aller. Hormis quelques matches ratés, il affiche une régularité impressionnante depuis plus de trois mois. Il est l’un des quatre joueurs (avec Kevin Love, LaMarcus Aldridge et DeMarcus Cousins) à cumuler plus de 20 points et 10 rebonds de moyenne cette saison (21,2 pts et 10,4 rbds). Souvent oublié, souvent discret, on n’a pourtant pas fini d’apprécier les performances de mammouth d’Al Jefferson.

Les highlights d'Al Jefferson face aux Pacers

[youtube hd="0"]http://www.youtube.com/watch?v=IyfD7xuSgy0[/youtube]

Les statistiques d'Al Jefferson cette saison

2013-14 CHA 52 33:56 9.3 18.5 50.1 0.1 0.1 42.9 2.6 3.8 67.2 2.0 8.4 10.4 2.1 1.5 1.0 1.1 2.6 21.2
Afficher les commentaires (49)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest