Alvin Gentry : « Les contrats ne veulent plus rien dire »

N.SPar N.SPublié

Après cette Free Agency totalement dingue, Alvin Gentry estime qu'il n'est désormais plus nécessaire de donner de longs contrats aux joueurs

"Je suis réaliste. Dès qu'Anthony Davis a signé chez Klutch Sports, je savais qu'il allait partir". Alvin Gentry n'a pas fait dans la dentelle au moment de s'exprimer sur l'été fou en NBA. Il a été, malgré lui, l'une des parties prenantes avec le trade d'AD vers les Lakers. Le premier domino d'un folle Free Agency. En l'espace de quelques jours, la ligue a été totalement bouleversé, dont ses Pelicans qui vont afficher un visage jeune et prometteur. Mais avec cette prise de pouvoir des stars, le coach de NOLA estime qu'il est désormais compliqué de voir à long terme.

"Vous avez Paul George, un joueur de premier plan très bien payé par sa franchise et qui dit subitement : 'je veux être tradé'. Vous n'avez aucune alternative si ce n'est de monter le meilleur deal possible. J'entends les joueurs demander en quoi est-ce différent que de les transférer ? Parce qu'on n'est pas au football, si on ne joue pas bien, on est coupé ou et plus payé. En NBA, les contrats sont garantis. (les contrats) ne veulent plus rien dire aujourd'hui. Donnez-leur des contrats de deux ans et ça nous enlèvera des maux de têtes. Vous ne pouvez plus voir au-delà d'une saison"

Il faut dire que l'exemple d'Alvin Gentry, à savoir Paul George, a demandé deux fois en deux ans à quitter sa franchise. Sa deuxième requête l'a été seulement un an après avoir obtenu le max de la part du Thunder sur quatre ans. Quant à Anthony Davis, il a quasiment pris les Pelicans en otage pendant de longs mois, rendant son cas extrêmement difficile à gérer. Résultat, le GM de New Orleans Dell Demps avait été remercié en pleine saison.