Au fait, ils deviennent quoi ? Dumas, Threatt, Miller, Smits & Van Exel

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

On vous donne des nouvelles de cinq joueurs qui vous ont peut-être marqué dans les années 90, même s'ils n'entreront jamais au Hall of Fame.

Richard Dumas

Pour beaucoup de fans, les Finales 1993 font partie des plus belles de l'histoire. En termes de niveau de jeu et d'intensité, les Phoenix Suns de Charles Barkley ont marqué les esprits malgré leur défaite contre les invincibles Bulls de qui vous savez. Dans cette équipe des Suns, un rookie est sorti du lot là où peu de débutants parviennent généralement à oublier la pression : Richard Dumas.

A 23 ans, l'ailier originaire de l'Oklahoma (46e pick de la Draft 1991), sortait du purgatoire après une suspension consécutive à sa consommation de cocaïne. Un problème qui le hantera tout au long de sa carrière et l'obligera à suivre une cure de désintoxication en 1995). Contraint de s'exiler en Israël pour plusieurs mois à l'Hapoel Holon, Dumas fait finalement ses débuts avec les Suns en décembre 1992, 19 matches après le début de la saison, une fois sa peine purgée. L'impact est immédiat et il aide Phoenix à signer le meilleur bilan de la ligue (62 victoires) et à se frayer un chemin jusqu'aux Finales, avec 15.8 points de moyenne. Il est élu dans la All-Rookie Second Team avec Latrell Sprewell et Robert Horry notamment.

Lors de ces Finales, il signe notamment un game 5 assez mémorable avec 25 points à 12/14 face à Scottie Pippen. Son talent aurait dû lui permettre de répéter des performances de ce genre au plus haut niveau, mais la suite n'a pas été aussi idyllique. Paul Westphal, l'un de ses anciens coaches, l'imaginait en membre de la prochaine Dream Team. D'autres parlaient de lui comme de "Julius Erving avec un shoot". Il n'en sera rien.

Après un passage par les Sixers où John Lucas, coutumier des problèmes de drogue, tente de le relancer, il ne trouve plus de contrats dans la ligue et entame un long et pénible exil : Porto Rico, la France (à Montpellier, qu'il décrira plus tard comme son meilleur souvenir à l'étranger en termes de qualité de vie), la Pologne, la Grèce, la Bosnie, etc...

Son dernier contrat remonte à 2003 avec Westchester dans une ligue mineure, à 34 ans.

Ce qu'il est devenu

Après sa retraite, Dumas a connu une trajectoire assez déprimante. Confronté à des difficultés financières, il travaille pendant un an dans une usine de fabrique d'étagères dans l'Oklahoma et dans un service de conciergerie, avant de s'occuper d'une structure pour jeunes sportifs à Litchfield Park, en Arizona. Il fait profil bas pendant quelques années, jusqu'à son arrestation en 2013 pour vol à l'étalage. Dumas avait dérobé des cigarettes, de la nourriture, de l'alcool, des chaussures et des DVD dans un magasin rattaché à une base militaire de l'Arizona. Devant un juge, il plaide coupable et trouve un arrangement pour écoper de trois ans en liberté conditionnelle.

Dans une interview consécutive à ses problèmes judiciaires, il déclarait en vouloir à Nancy Reagan, l'ancienne First Lady, pour l'avoir indirectement incité à consommer de la cocaïne.

"Dans ce spot de prévention à la télé, elle disait : 'Dites simplement non !'. Ça m'a intrigué. J'avais 17 ans. Ça a mis le sujet sur le devant de la scène alors qu'on n'avait pas de problèmes de drogues avant. Nancy nous a dit de dire non alors qu'on ne savait même pas ce que c'était".

Lire la suite