125 WAS
130 BOS
124 PHI
127 BKN
113 IND
97 MIL
113 CLE
106 NYK
108 CHA
107 DET
92 MEM
83 POR
118 NOP
114 OKC
114 DAL
107 ATL
111 UTA
84 MIA
141 SAC
130 MIN
93 GSW
113 TOR

Barack Obama : « J’ai crossé Chris Paul »

Théophile HaumesserPar Théophile Haumesser Publié

Barak Obama a accordé une interview à Bill Simmons dans laquelle il lâche des anecdotes sur CP3, Jordan, Jeremy Lin et "The Wire" !

Ce n'est pas tous les jours qu'un journaliste sportif a l'occasion d'interroger le président des Etats-Unis, mais connaissant la passion de Barack Obama pour le basket, Bill Simmons a réussi à décrocher une très belle interview dans laquelle le "prési" lâche pas mal de choses savoureuses.

Morceaux choisis :

Bill Simmons : J’imagine que vous avez vu que vous n’êtes désormais plus la plus grand célébrité à avoir eu son diplôme d’Harvard…
Barack Obama : Jeremy Lin se débrouille très bien, mais je le connaissais avant vous et avant tout le monde, parce que mon secrétaire d’état à l’éducation, Arne Duncan, a été capitaine de l’équipe d’Harvard. Il y a longtemps déjà, on jouait avec Arne et il me disait « Je te le dis, on a un super arrière qui s’appelle Jeremy Lin à Harvard en ce moment ». Et le fils de l’un de mes meilleurs amis est un freshman à Harvard et lorsqu’il était allé visiter la fac avant de faire son choix, il avait vu Lin à l’œuvre. Donc ça fait déjà un moment que je le suis. […]

BS : Je suis étonné que vous n’ayez pas essayé de le faire venir aux Bulls (rires).
BO : Disons que nous avons un meneur qui est plutôt pas mal à Chicago, donc je ne suis pas sûr qu’il aurait pu avoir autant de temps de jeu. Mais franchement, c’est une superbe histoire. Ce qui est intéressant, c’est que les gens ne se soient pas rendu compte de ses capacités à l’entraînement. On peut quand même imaginer que même en practice il devait déjà plutôt bien jouer le pick & roll. C’est une histoire fabuleuse et il a l’air d’être un jeune homme formidable. Ça permet d’élever ce sport encore un peu plus. Ça ne peut pas nuire aux audiences du basket en Chine.

BS: Mais en même temps, ça doit vous inquiéter un peu en tant que fan des Bulls, parce qu’il joue dans la Conférence Est et que tout à coup New York peut devenir une menace.
BO : Je ne suis pas du tout inquiet. Même quand Rose n’était pas là, ou quand Deng n’était pas là, les Bulls ont quand même réussi à conserver l’un des meilleurs bilans de toute la ligue.

"J'ai un solide crossover."

BS : Donc vous aimez votre équipe.
BO : C’est une équipe très bien coachée et je sais que vous êtes un grand fan des Celtics, non ?

BS : Oui.
BO : Alors merci pour Tom Thibodeau qui est un coach extraordinaire.

BS : Ça fait mal ça.
BO : Doc Rivers est aussi un grand coach, mais ce gars a fait un travail formidable avec les pièces que nous avions.

BS : Qu’est-ce qui vous rend si optimiste cette année au sujet des Bulls par rapport au printemps dernier, où en gros Derrick Rose devait jouer à 1 contre 5 en playoffs ? Qu’est-ce qui vous fait penser que ça sera mieux cette année ?
BO : Deng a l’air plus en confiance, Boozer est en meilleure forme. Derrick Rose a gagné en maturité. Ce qui m’inquiète un peu c’est de voir s’ils arriveront à le laisser se reposer suffisamment avec les problèmes de dos qu’il a connus. Mais je pense que les Bulls sont parmi les équipes qui ont le plus de chances de gagner le titre. Le Heat joue mieux que quiconque en ce moment. Et quand ils peuvent contre-attaquer, c’est mort. Mais en playoffs, le rythme ralentit et il faut arriver à jouer sur demi-terrain. Et dans cette situation, je pense que les Bulls ont leurs chances.

BS : Ces 5 dernières années, combien de fois est-ce que vous vous êtes imaginé accueillir les Bulls en tant que champions NBA à la Maison Blanche ?
BO : Chaque année. Ça ne s’est pas encore produit, mais ça va se passer.

BS : ça va se passer ? Donc vous faites comme Joe Namath, vous le garantissez.
BO : Disons que j’ai encore 5 ans de plus à passer ici (rires)…

BS : Vous garantissez ça aussi ! (rires)
BO : … et qu’à un moment où un autre, mes Bulls finiront par passer ici. Absolument. […]

Lire la suite