Baron Davis sur la situation de D’Angelo Russell : « Ça m’avait rendu affamé ! »

Avec un temps de jeu réduit aux Los Angeles Lakers pour sa saison rookie, D'Angelo Russell peut s'inspirer de l'expérience vécue par Baron Davis.

Damien Da SilvaPar Damien Da Silva | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Baron Davis sur la situation de D’Angelo Russell : « Ça m’avait rendu affamé ! »
Sélectionné au #2 pick de la dernière draft par les Los Angeles Lakers, D'Angelo Russell était attendu au tournant sur ce début de saison. Dans la galère des Angelenos, le jeune meneur ne brille clairement pas. Pire, son entraîneur Byron Scott a eu la merveilleuse idée de limiter son temps de jeu et de le faire débuter sur le banc... Néanmoins, il ne faut pas encore enterrer le jeune meneur de jeu, il a d'ailleurs enchaîné deux performances intéressantes la semaine dernière (23 points et 24 points). Pour l'ancien joueur Baron Davis, cette première expérience compliquée pour D'Angelo Russell pourrait être finalement bénéfique à sa progression. Placé sur le banc lors de sa saison rookie aux New Orleans Pelicans (pour 19 minutes de moyenne), le #3 pick de la draft 1999 se souvient encore de ce qu'il ressentait dans cette situation.
"Je suis toujours en colère à ce sujet. Mais j'ai appris de cette expérience, je suis devenu plus humble et ça m'a rendu affamé. Je ne voulais pas être le #3 pick de la draft et sortir du banc. Pour cette raison, j'ai passé tout l'été suivant dans un gymnase à bosser. J'avais tellement à prouver. (...) Ce que je pourrais lui dire ? Des jours meilleurs vont arriver. Ses plus belles années sont devant lui", a confié Baron Davis à ESPN.
Et si l'ancien joueur des Los Angeles Clippers comprend parfaitement la frustration de D'Angelo Russell, il lui conseille tout de même de rester patient et de travailler dur en attendant son heure.
"Je me souviens être un rookie sur le banc. Tu es tellement frustré car tu veux aider, tu veux trouver ton rythme. Dans le même temps, il est encore tôt dans la saison. Il doit encore trouver le moyen d'imposer sa personnalité dans le jeu."
Même si D'Angelo Russell est effectivement encore un peu tendre, il est tout de même incroyable de voir la gestion de Byron Scott alors que son équipe doit préparer l'avenir. Avec Julius Randle et Jordan Clarkson, le meneur incarne le futur des Angelenos et il va devoir prendre son mal en patience avant de pouvoir endosser des responsabilités importantes.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest