120 TOR
102 MIL

Boston, une équipe plus « dure » que l’an dernier

BasketSessionPar BasketSession Publié

Les Boston Celtics ont recruté avec un objectif précis. Devenir suffisamment "tough" pour faire mieux que la saison passée.

Les Boston Celtics pouvaient difficilement faire mieux que finalistes de Conférence. Brad Stevens a tiré le maximum de son groupe avant de chuter face aux Cleveland Cavaliers. Pour espérer bousculer un peu plus la hiérarchie, Danny Ainge a ciblé une qualité bien particulière chez ses recrues estivales, du moins chez deux d'entre elles : la dureté.

Gordon Hayward est arrivé pour ses qualités globales, pas nécessairement celle-ci. Marcus Morris et Aron Baynes, en revanche, ne seront pas là pour apporter du glamour au jeu des Celtics.

Mike Zarren, l'assistant GM, a ainsi expliqué au sujet de l'Australien dans le Boston Globe :

"Aron apporte du rebond et de la dureté. Pile ce dont notre équipe a vraiment besoin. Red Auerbach disait qu'il valait mieux avoir les initiateurs (des embrouilles, NDLR) que ceux qui leurs répondaient. Aron est un initiateur, c'est certain".

Quant à Marcus Morris, il a lui-même fait sa pub pour promettre aux fans des C's un engagement et une combativité sans faille.

"Je pense que les gens ici vont vraiment prendre du plaisir en voyant ce que j'apporte à l'équation. Je colle parfaitement avec cet effectif. La dureté, ce n'est pas quelque chose que vous travaillez. Vous avez cette qualité ou pas. Je crois que je l'ai en moi. Il n'y aura pas à s'inquiéter de ça lorsque je serai sur le terrain". 

Tout un programme.

La dureté permettra peut-être à Boston de retrouver la finale de Conférence. Mais face, probablement, à Cleveland, y aura-t-il suffisamment de talent en magasin pour mettre fin à la série de Finales consécutives de LeBron James ?