Brian Roberts, de l’ombre à la lumière

Brian Roberts s'est fait un nom en NBA en un seul match. Il faudra confirmer mais ses 18 passes hier ne sont pas passés inaperçues.

Edwin MalboeufPar Edwin Malboeuf  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Brian Roberts, de l’ombre à la lumière
Non-drafté, le rookie, Brian Roberts âgé de 27 ans, des New Orleans Hornets émerge depuis quelques temps dans la rotation. Hier soir, il a profité de l’absence de Greivis Vasquez à la mène pour aligner une performance digne d’un All-Star : 13 points, 18 passes et 5 rebonds. Les futurs Pélicans ont explosé les Nuggets (110-86) et également mis fin à leur série de victoires en prime, les empêchant ainsi de battre le record de la franchise. C’est bien dommage que la saison NBA touche à sa fin car Brian Roberts aurait pu connaître une success-story à la Jeremy Lin. Il n’est pas d’origine asiatique, ne joue pas à New York, n’a pas fait Harvard mais il vient également d’une petite fac sur le plan basket. Venu de nulle part, c'est le genre de joueur dont la page Wikipédia comporte six lignes dont deux sur son exploit d'hier. Sur Basketball Reference, le lien pour son compte Twitter est dirigé sur celui d'un homonyme, joueur de baseball pour les Baltimore Orioles. Roberts joue 4 ans aux Dayton Flyers dans son Ohio natal, avec des moyennes de points plutôt bonnes (15,7 en moyenne sur son cursus complet). Il a le profil d’un meneur-scoreur à l’époque plus qu’un passeur (il n’a jamais eu un match à plus de 10 passes à Dayton). A sa sortie de l’université en 2008, la NBA se refusant à lui, il s’exporte en Europe, passant par l'Israël et le Brose Basket en Allemagne. Chez les germains, il joue l'Euroleague et se fait réperer grâce à ses bonnes performances, dont un match à 27 points contre l'Olympiakos. Cet été, il obtient le précieux sésame : un contrat NBA. Signé pour deux ans au minimum salarial en août (473 604 $ cette saison), il jouait très peu jusqu’à cette fin de saison où le coach Monty Williams a commencé à lui accorder sa confiance. Avant le match d'hier, il avait prévenu son meneur remplaçant qu’il devrait se tenir prêt pour prendre la relève du Vénézuélien dans le cinq. C’était par ailleurs la deuxième titularisation de Roberts cette année. Après la rencontre, le rookie s’est montré humble, mettant en avant le « nous » à la place du « je » dans son discours.
« Nous sommes venus et nous avons combattu. Nous savions qu’il manquait quelques joueurs, mais le groupe présent voulait combattre. Les gars ont joué très dur, et c'est cela qui nous a donné la victoire je pense », indique-t-il au Times Picayune.
Puis finalement, après la réponse prémâchée typique du joueur NBA, il avoue que sa performance est tout même impressionnante, avec la première personne du singulier plus présente cette fois.
« C’est fou de réaliser cela, 18 passes décisives. Il y a des gars qui jouent des années sans faire avoir autant de passes. Quelqu’un a d’ailleurs noté que j’ai fait plus de passes que l’autre équipe (14 ndlr). Pour ma part, venir dans ma deuxième titularisation et faire cela est seulement la preuve que mes coéquipiers ont rentré leurs tirs. »  

Les highlights de Brian Roberts cette nuit

[youtube hd="0"]http://www.youtube.com/watch?v=Djk2bPJa5Ok[/youtube]

Ses stats cette saison

 
BRIAN ROBERTS SEASON AVERAGES
Season Team G GS MPG FG% 3p% FT% OFF DEF RPG APG SPG BPG TO PF PPG
12-13 NOH 67 2 15.1 0.412 0.358 0.923 0.2 0.8 1.0 2.6 0.5 0.0 0.8 1.1 6.5
Career 67 2 15.1 0.412 0.358 0.923 0.2 0.8 1.0 2.6 0.5 0.0 0.8 1.1 6.5
Afficher les commentaires (6)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest