Le jour de gloire de Brook Lopez

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Impérial et décisif sur ce Game 1 des finales de Conférence Est, Brook Lopez, 29 points, a été le sauveur des Milwaukee Bucks hier soir.

Pour une fois, les honneurs ne reviendront pas de suite à Giannis Antetokounmpo, pourtant auteur d’une belle ligne statistiques (24 pts, 16 rbds, 6 pds). Parce que le héros de la soirée, dans le Wisconsin, c’est Brook Lopez. 29 points. Record en carrière en playoffs. Surtout, 13 points dans le quatrième quart temps. Le timing est presque plus important que la performance globale. Parce que les Milwaukee Bucks ont été dominés pendant toute la partie, ou presque, par les Toronto Raptors. Ils ont finalement effacé leur déficit dans les douze dernières minutes.

Avec justement un Lopez omniprésent, appliqué, énergique. Décisif. C’est sur l’un de ses dunks que son équipe est repassée devant au tableau d’affichage, à un peu plus de deux minutes du buzzer final. Une poignée de secondes plus tard, il enfonçait les Canadiens avec un nouveau tir primé. Le quatrième de la soirée, pour donner quatre longueurs d’avance aux siens (104-100). Il n’y a plus eu de paniers marqués ensuite. Juste quatre lancers convertis par des Bucks qui ont fini le match sur un 10-0.

Voir l’ancien All-Star à ce niveau n’est pas non plus surprenant, même si ce n’était sans doute pas la performance la plus attendue de la soirée. Il a toujours été un bon joueur NBA – et parfois même un peu plus que ça. Il est d’ailleurs très précieux depuis son arrivée à Milwaukee lors de la dernière intersaison. S’il n’est plus la première option de l’équipe, comme c’était le cas aux New Jersey puis Brooklyn Nets, il est tout de même l’un des membres clés du cinq majeur.

Un facteur X capable de sortir de bons matches quand la situation l’exige. Il avait été particulièrement discret lors du tour précédent contre les Boston Celtics (5,4 pts à 28% aux tirs, 22% à trois-points) mais son équipe n’avait pas nécessairement besoin de lui pour gagner à ce moment-là. Hier soir, il a sorti la prestation parfaite au moment opportun. Et ça aussi, c’est fort.

Brook Lopez a donné un sens nouveau à sa carrière en développant son tir à trois-points. Il avait l’habitude de prendre de longs deux-points, à peine un mètre à l’intérieur de la ligne. Il a appris à reculer d’un pas tout en restant efficace. Entre 2008 et 2016, il n’avait tenté que 31 fois sa chance derrière l’arc. Pour 3 réussites (10%). En huit saisons ! Dès l’exercice suivant, il bombardait 387 trois-points pour 134 paniers (34%).

Chapeau à Mike Budenholzer qui l’a encouragé à aller encore plus loin. Le coach des Bucks a imaginé un système avec quatre shooteurs autour de Giannis Antetokounmpo afin de laisser le maximum d’espaces à la superstar grecque. Une manœuvre dans l’ère du temps, ce qui échappait aux précédents « tacticiens » à la tête de l’équipe. Il a fait de Lopez un cinq fuyant en attaque. Ce dernier a tenté 512 tirs extérieurs cette saison. Pour son nouveau record, 187 marqués (36%). En défense, en revanche, il continue de protéger le cercle. Hier soir, il avait autant de blocks (4) que de paniers primés au compteur par exemple.

Voilà éventuellement un modèle à suivre pour les intérieurs de sept pieds qui veulent conserver une place dans cette ligue ou même se rendre utile à une franchise ambitieuse.