Brooklyn Nets : Adam Silver regrette l’absence d’un « hard cap »

Les Brooklyn Nets dépassent les 100 millions de dollars de masse salariale... De quoi faire réfléchir la NBA sur l'instauration d'un "hard cap" ?

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Lors des négociations du dernier CBA, les propriétaires se sont voulus de plus en plus sévères envers les franchises soumises à la Luxury Tax. Malgré cela, aucun "hard cap" n'a pu être mis en place par la ligue. Du coup, un proprio a l'entière liberté de dépenser autant d'argent qu'il le souhaite pour renforcer son équipe. C'est évidemment le cas de Mikhail Prokhorov, le milliardaire russe à la tête des Brooklyn Nets. Cet été, la franchise de Big Apple a recruté Paul Pierce, Kevin Garnett, Jason Terry, Andrei Kirilenko, Shaun Livingston, Alan Anderson, etc. La masse salariale dépasse même les 100 millions de dollars mais peu importe, Prokhorov veut gagner le titre dès maintenant. Ce qui fait regretter l'absence d'un "hard cap" à Adam Silver, bras droit de David Stern et prochain commissionnaire de la NBA en février prochain.
"Ce n'est pas un secret, nous voulions mettre en place un hard cap lors des dernières négociations du CBA", conçoit-il à The New York Post. "Pour la santé de notre ligue à long terme, nous aurions voulu faire plus pour équilibrer les forces en présence et ainsi permettre aux équipes de posséder le même nombre de jetons et ce malgré les différences de ressources."
Avec un hard cap fixé à 100 millions, les Brooklyn Nets auraient dû se résoudre à recruter un ou deux joueurs de moins... ou moins chers. Et malgré les doutes de suspicion de la part de certains propriétaires (jaloux ?) sur les méthodes employées par la franchise, Adam Silver confirme que Mikhail Prokhorov et ses dirigeants ont respecté les règles en vigueur, tout simplement.
"Ce que l'on voit avec les Nets, c'est qu'il n'y aucune restriction si vous êtes prêt à signer une énorme taxe. Il n'y rien qui les interdisait de signer les joueurs qu'ils ont recruté. Les nouvelles règles limitent le nombre de joueurs qu'une franchise peut signer lorsque celle-ci est sujette à la Luxury Tax donc nous verrons bien."
Avec la mise en place des nouvelles règles, les équipes au-dessus de la Luxury Tax devront verser de plus en plus d'argent à la ligue (dans un pot commun ensuite réparti entre les différentes franchises qui ne payent pas cette taxe). Si les Brooklyn Nets dépensent sans compter et surtout sans se soucier des sanctions, d'autres équipes ont dû faire des sacrifices pour éviter de se retrouver au-dessus de la Luxury Tax. Le Thunder, par exemple, a transféré James Harden à Houston dans l'optique de ne pas payer de taxes... Y'aurait-il donc un déséquilibre entre BK et d'autres candidats au titre ?
"Est-ce que une équipe qui peut dépenser plus à un avantage ? Absolument. Mais même si je suis pour l'instauration d'un hard cap, tout ne va pas s'écrouler parce qu'une équipe fait ce qui lui est autorisé. Ils (Les Brooklyn Nets) n'ont pu recruté que certains joueurs. Il y a une corrélation entre ce qu'une équipe dépense et son succès sur le parquet mais ce n'est pas une corrélation parfaite, on verra bien si ça leur apporte le succès qu'ils espèrent."
En cas de succès des Brooklyn Nets, on verra bien la NBA réfléchira plus sérieusement ou non à l'instauration d'un "hard cap"...
Afficher les commentaires (28)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest