Butler signe son retour en Finale, Mack et Howard ‘l’assurance vie’

UndercovaPar UndercovaPublié

Butler : La Mid Major qui n'a de cesse de prouver son niveau de Power House

Le quart de finale de finale de Virginia face à Kansas le week end dernier avait laissé croire à pas mal d’analystes et de fans que Butler vivrait hier soir ses dernières heures dans le tournoi NCAA. Avec 12/25 à 3 pts et un intérieur dénommé Jamie Skeen capable ‘’d’artiller’’ lui aussi à souhait à longue distance, beaucoup ne donnaient pas cher de la peau des Bulldogs. Brad Stevens, le coach de Butler, est resté zen tout au long de la rencontre même quand Virginia semblait dominer les débats en début de rencontre rappelant que le plus important n’est pas le départ, mais le score final.

La Tactique de Brad Stevens

Les premières minutes de cette rencontre décisive ont permis à Brad Stevens, fin stratège de Butler de prendre la température avant de faire les ajustements adéquats.

Avant cette rencontre, toutes les chaines de télévision et tous les chroniqueurs que ce soit en presse écrite ou web, avaient mis en avant le point fort de VCU : sa réussite dans les tirs longues distances. Les Rams avaient en effet jusqu’ici marqué 11 paniers à 3 pts en moyenne par match avec plus de 44% de réussite dans l’exercice. VCU a d’ailleurs battu le record de 3 pts marqués par une équipe dans une même participation à un tournoi NCAA (61).

Après que Shelvin Mack (24, 6, 1 à 8/11) ait donné le ton en inscrivant les 5 premiers points du match pour Butler, les Rams ont répondu par leur arme favorite le ‘missile longue portée’ qui a atteint 4 fois la cible dont 3 fois de suite dans les trois premières minutes du matchs soit un 11-0 si on y ajoute un lay up de Skeen. Le coach de Butler a alors gentiment attendu le temps mort officiel réservé à la pub après 5 minutes de jeu pour drastiquement changer la donne. Bradford Burgess (15, 9, 2, 2 blk) déjà à trois tirs rentrés de derrière la ligne après 6 min de jeu, n’en a plus marqué qu’un seul pour le restant du match. La défense des Bulldogs a fermé les portes depuis la ligne à trois points en cessant l’aide défensive et maintenant l’homme à homme stricte.

Ed Nixon "Ils ont essayé de nous en empêcher (de tirer à 3 pts) c’est sûr. On attaquait et personne n’aidait. Ils étaient disciplinés."

Ed Nixon (2, 2, 2) l’arrière n’en a mis aucun, Joey Rodriguez (3pts, 8 pds, 2 int.) le meneur n’en a rentré qu’un sur cinq tentés qui lui ont donné son total de points sur le match. Enfin Brandon Rozzell (2, 5) qui avait égalisé son record de 3 pts face à Georgetown (6) n’a pas une seule fois trouvé la mire. Avec autant d’échecs (8/22) là où ils avaient eu tant de réussite jusqu’ici, les Rams se sont effondrés 62-70.

Joey Rodriguez "Certains de nos shoots ne sont pas rentrés. Des shoots ouverts que nous avions réussis jusqu’ici. Je pense que si on revient en arrière et que l’on regarde la vidéo, vous verrez que certains d’entre eux rentraient et sortaient. On avait presque l’impression que ça ne devait pas arriver ou quelque chose du genre."

La force de Brad Stevens a été de savoir mettre un terme au scoring longue distance de ses adversaires du jour, mais surtout à bétonner le rebond derrière pour pouvoir lancer des contre attaques. Il a su muscler ses matchups prouvant une fois de plus que Butler avait sa place dans le dernier carré et que le championnat universitaire n’avait jamais autant été ouvert que cette année (cf. Reverse #30). Les Bulldogs ont arraché 16 rebonds de plus que les Rams (46-30) qu’ils ont converti en contre attaques.

Habituellement Butler marquait 5.8 pts par match en transition contre 8 paniers réussis hier soir dans ce registre et au total 14 pts de plus que VCU.

 

Les joueurs du match

Shelvin Mack "L’an passé on est pas allé au bout, donc c’est dans un coint de mon esprit."

Mack le Most Outstanding Player de la région Sud Est a délivré un véritable récital avec des paniers de ‘Go to player’, 5/6 à trois points, 8/11 au total, et 6 rebonds portant les siens vers une victoire méritée.

Matt Howard (17, 8, 2, 2) est toujours aussi impressionnant de contrôle. Et en dépit de ses 4 fautes obtenues après 30 minutes de jeu, il a réussi à terminer le match. A défaut de réussir ses tirs extérieurs, il a provoqué des fautes et converti 11 lancers francs sur 12. Il est avec Mack l’assurance vie de Butler, même s’il y a un réel travail collectif de fond.

Matt Howard "On veut gagner. On  ne regarde pas ça comme une Mid Major qui veut gagner".

Jamie Skeen : 27 pts, 6 rbds, 3 pds a fait son meilleur match au meilleur moment, mais sa performance restera insuffisante.

 

En définitive, Butler aura réussi un exploit pas donné à tout le monde. Quelques Power Houses ont réussi l’exploit de revenir en finale deux années de suite mais les rosters étaient quelque peu différents.

Florida en 06 et 07 (Horford, Brewer, Noah), Kentucky 97 et 98 (Rick Pitino), le Fab Five de Michigan face à Duke puis UNC en 92 et 93, Georgetown de Pat Ewing ou UNC de Michael Jordan dans les années 80 autant de noms et d’équipes qui prouvent qu’il n’est pas donné à n’importe qui d’atteindre ce niveau de compétition.

Butler affrontera les Huskies de Connecticut qui s’en sorti face à Kentucky dans un match caractérisé par un manque de réussite aux tirs 56-55.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=N7P7xL0no-c&feature=related[/youtube]