107 CHA
122 ATL
110 MIA
105 CHI
110 PHI
104 TOR
119 WAS
135 LAC
106 DAL
110 SAC
96 POR
108 OKC
142 LAL
125 MIN

Carmelo Anthony rouillé ? Bah ouais, logique

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Absent des parquets pendant un an, Carmelo Anthony a effectué un retour poussif pour sa première avec les Portland Trail Blazers hier soir.

Soirée spéciale en NBA. Celle du grand retour de Carmelo Anthony ! L’ancien All-Star n’avait plus joué depuis le 8 novembre 2018. Il était alors aux Houston Rockets. Mais l’aventure dans le Texas s’est vite terminée. La franchise a décidé de le mettre à l’écart après seulement dix matches. Il a été transféré puis coupé beaucoup plus tard. Depuis, plus rien. Des rumeurs d’une signature aux Los Angeles Lakers ou aux Brooklyn Nets. Mais pas de concret. Jusqu’à cette signature annoncée aux Portland Trail Blazers. Finalement officialisée hier. Puis « Melo » disputait son premier match avec sa nouvelle équipe dans la foulée. Contre les New Orleans Pelicans. Une rencontre conclue par une nouvelle défaite pour les hommes de Terry Stotts (104-115).

Aligné dans le cinq majeur dès ses débuts, Anthony a fini avec 10 points. Mais l’ensemble de la copie était plutôt moyenne : 4 sur 14 aux tirs, 5 balles perdues et un différentiel de -20, le plus mauvais du match. Pas de miracle. Pas d’envolées à 30 pions. Et donc pas de scénario épique comme la NBA sait en produire. Juste la réalité. Celle du terrain. Un joueur de 35 ans, forcément rouillé après un an d’absence. Bah ouais. Logique.

Tout n’était pas à jeter pour autant. Déjà, il y avait une vraie volonté de le servir en attaque. Avec un Damian Lillard forfait, les Blazers ont essayé de rapidement mettre Carmelo Anthony dans le bain. Il a été intégré au flow offensif de Terry Stotts. Il a manqué son premier tir mais il a inscrit les premiers points de son équipe. Un trois-points démarqué dans l’aile après un pick-and-pop. Exactement le type d’actions et d’angles qu’il est susceptible de retrouver à de nombreuses reprises à Portland. Les défenses adverses ont l’habitude de trapper sur le porteur de balle – Lillard ou C.J. McCollum – sur les écrans. Ça laisse des espaces aux autres joueurs et le vétéran pourrait en profiter. Son 2 sur 3 derrière l’arc est déjà intéressant.

https://twitter.com/NBA/status/1197024461108723712

« Pour être honnête, je l’ai trouvé bon », notait son nouveau coach. « Il a eu des bons tirs en attaque. Il a provoqué des fautes [aucune n'ont été sifflées par les arbitres - NDLR]. Ça n’a pas toujours été payant et c’est ce qui a impacté sa ligne de statistiques. Mais pour un gars qui a juste fait le shootaround du matin, c’était plutôt bon. »

Carmelo Anthony a besoin de reprendre du rythme

La narrative aurait pu être tout à fait différente s’il avait simplement rentré deux tirs de plus. Ajoutez-y au moins deux lancers offerts – les arbitres n’ont pas été tendres avec lui – et le regard changeait complètement. Ce qui est sûr, c’est qu’il a besoin de reprendre du rythme. Et ça ne se fera pas du jour au lendemain. Anthony n’est plus tout jeune, 35 balais, et il nécessite logiquement un temps d’adaptation. Ce serait donc très précipité de tirer une conclusion définitive sur sa signature à Portland après seulement 23 minutes de jeu. Ça va venir. Il y aura d’autres matches. Certains seront pires. D’autres beaucoup mieux. Même s’il ne faudrait pas qu’il tarde trop à s’ajuster vu le marasme dans lequel est plongé son équipe, avant-dernière à l’Ouest avec cinq succès en quinze rencontres.

« Ça fait du bien d’être de retour sur les terrains et de rejouer. Juste reprendre ma routine des dix-sept dernières années : les voyages en bus avec l’équipe, les repas, squatter dans le vestiaire… ça fait du bien », commentait pour sa part l’intéressé.

Après tout, l’essentiel ce n’était peut-être pas les statistiques ou le résultat de ce premier match. Mais juste sa présence. Il est heureux. Content de revenir. C’est peut-être surtout ça qui compte pour le moment.