111 CLE
133 ATL
100 DEN
98 GSW
120 OKC
131 SAC
115 LAC
112 HOU

L’ancien GM des Cavs raconte le trashtalking de LeBron James

Alexis RabutéPar Alexis Rabuté Publié

Ancien general manager des Cleveland Cavaliers, David Griffin raconte à quel point LeBron James a humilié les Toronto Raptors.

LeBron James n’éprouve aucune peine envers les Toronto Raptors depuis trois saisons. Bourreau de la franchise, il vient d’enchaîner deux sweeps face aux Canadiens qu’il aime bien charrier.

General Manager des Cleveland Cavaliers jusqu’à l’été 2017, David Griffin a assisté à cette domination au plus près. Il se rappelle notamment d’un James qui n’hésitait pas à se moquer des Raptors.

« Contre Toronto, je l’ai vu dire à Patrick Patterson où il devait se placer sur l’action qu’ils voulaient exécuter en fin de quatrième quart-temps », raconte Griffin. « Il disait genre « Non Pat, tu dois te tenir ici et poser un écran pour DeMar (DeRozan). »

Tu galères, tu te retrouves sans solution et ton bourreau fait semblant de te filer un coup de main.. Terrible à vivre. Spoiler : cette aide n’a rien changé, hormis ajouter encore un peu plus de honte au scalp de Toronto.

Dans ce long entretien avec Bill Simmons, l’ancien dirigeant des Cavaliers exprime aussi sa vision concernant l’avenir de James. De son côté, il ne croit pas vraiment aux rumeurs de départ du King.

« Il est persuadé que, peu importe l’endroit, sa présence le rend au moins contender au titre. Donc je ne pense pas que sa décision se basera nécessairement sur où il a le plus de chances de gagner », explique Griffin. « Quand LeBron est chaque année en fin de contrat, tu ne peux pas réellement viser sur du long terme.. Il faut gagner maintenant et le mettre en position de croire qu’il va pouvoir gagner à l’avenir. Il se fiche de savoir si Cleveland se retrouve sans rien en cas de départ. Il veut surtout que Cleveland croit assez en lui pour investir et je pense que c’est ce qu’ils ont fait. »

La fin de saison s’annonce donc décisive pour pousser LeBron James à rester dans l’Ohio. Une mauvaise surprise face aux Boston Celtics ferait tâche.