117 CHA
119 MEM
112 ORL
97 PHI
140 BOS
133 WAS
102 HOU
93 LAC
129 MIN
114 SAS
120 LAL
94 GSW
106 POR
114 TOR

Ces 5 joueurs qui animent le sprint final

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

La lutte pour les playoffs bat son plein. Certains joueurs se révèlent particulièrement précieux et déterminés dans cette période charnière.

Il ne reste que 10 ou 11 matches à jouer pour la plupart des équipes avant la fin de la saison régulière. La lutte est intense des deux côtés du pays pour les derniers spots en playoffs ou pour le meilleur classement possible dans le top 8. Depuis le début de ce sprint final, certains joueurs s'avèrent être beaucou plus performants que d'autres, presque faits pour des moments comme ceux-là.

1- Khris Middleton (Milwaukee Bucks)

Il aurait été dommage qu'on ne revoit pas Khris Middleton en action avant la saison prochaine. Après sa grave blessure aux ischio-jambiers, l'ailier des Bucks a cravaché pour revenir dans les temps. Bien lui en a pris, puisque la rupture des ligaments croisés de Jabari Parker a rendu sa présence essentielle. Depuis son retour, Middleton ne déçoit pas, c'est le moins que l'on puisse dire.

Alors que Milwaukee était dans un gros creux le mois dernier et enchaînait les défaites à tel point que le ticket pour la post-saison était en train de partir en fumée, l'ancien Piston a été parfait. Dans un rôle de lieutenant du Greek Freak, et au relais de ce dernier pendant son petit passage à vide, Middleton a montré qu'il était un two-way player d'élite. Excellent sur pick and roll, redoutable à 3 points (48%), étouffant en défense et efficace dans le money time de rencontres serrées, l'ailier de 25 ans rayonne alors même qu'il n'est pas encore à 100% de ses moyens physiques.

Les Bucks ont gagné 10 de leurs 12 derniers matches et s'ils finissent 6e (leur place actuelle) devant les Pacers, le Heat, les Bulls et les Pistons, évitant ainsi les Cavs au 1er tour, il faudra presque filer un bonus à "KM"...

2- Bradley Beal (Washington Wizards)

Beal n'a manqué que quatre matches cette saison et ça fait évidemment toute la différence au niveau de son impact sur le jeu des Wizards. Maintenant qu'il a pris conscience qu'il ne pouvait pas se battre sans cesse avec John Wall pour le leadership de l'équipe, l'arrière carbure à plein régime.

Depuis une dizaine de matches, l'ancien de Florida tourne à 24.6 points de moyenne, est le 5e shooteur extérieur le plus prolifique de la ligue et artille à près de 42%. On le voit de plus en plus prendre ses responsabilités en fin de partie et son énergie permet aujourd'hui à Washington de rêver encore à une 2e place à l'Est.

Beal a montré par le passé qu'il était fort sous pression. Les prochaines semaines devraient lui permettre de confirmer.

3- Damian Lillard (Portland Trail Blazers)

On ne présente plus Damian Lillard, star sous-cotée sans que l'on sache vraiment bien pourquoi, mais il arrive encore à nous surprendre. Alors que les Blazers étaient à la dérive et filaient vers une terrible régression, le meneur a passé la seconde et la troisième en même temps. Depuis début mars, seul Russell Westbrook score plus que lui (31.9 pts contre 31.1), mais "Dame" ajoute à sa production une adresse redoutable (49.5% en global et 43.2% à 3 points sur les 15 derniers matches).

Grâce à la chaleur de leur franchise player (et au trade finalement favorable entre Jusuf Nurkic et Mason Plumlee...), les Blazers tiennent la cadence imposée par Denver et ne pointent qu'à une seule victoire derrière.

En pro du crunch time, Lillard devrait faire encore parler de lui dans ce mano a mano pour avoir le redoutable privilège d'affronter les Warriors au 1er tour...

4- Gary Harris (Denver Nuggets)

Garry Harris n'a disputé que 46 matches cette saison mais n'en est pas moins devenu un incontournable pour Mike Malone. Titulaire à 45 reprises, l'ancien arrière de Michigan State a augmenté drastiquement sa production ces dernières semaines au moment où son équipe en avait le plus besoin. Sur les 8 derniers matches des Nuggets, le meilleur scoreur n'est pas Nikola Jokic, comme on pourrait le penser, mais bien Harris avec 18.7 points et 51% de réussite.

La mise sur le banc d'Emmanuel Mudiay et la blessure de Danilo Gallinari ont amélioré la circulation du ballon et la répartition des shoots dans une période cruciale où Denver a dû résister plus que jamais à la pression de ses poursuivants. Harris en a profité et apporte une énergie et une adresse salvatrices contre des équipes forcément focalisées sur Jokic.

5- Hassan Whiteside (Miami)

L'entaille impressionnante subie par le pivot du Heat a fait craindre le pire pendant quelques heures. En serrant les dents et après 13 points de suture, Whiteside a repris sa place et confirmé sa forme du moment. Avec la blessure de Dion Waiters, Miami a provisoirement perdu son homme providentiel et c'est l'ancien exilé au Proche-Orient qui s'est attelé à la tâche.

Estampillé pivot défensif, notamment grâce à ses qualités de contreur, Whiteside tourne depuis 7 matches à 19.6 points de moyenne, sans que cela ait d'incidence sur sa faculté à capter des rebonds (14.9/match). Mieux, il est au-dessus de ses standards en termes d'adresse globale (60% contre 56), d'adresse sur la ligne (85.2%) et de blocks (2.4 contre 2.1 en temps normal). Le Heat a besoin que l'intérieur de 26 ans ait un impact fort sur les rencontres et se montre digne de la confiance que lui a accordé Pat Riley à l'intersaison.

C'est exactement ce qu'il est en train de faire, avec pour mission de qualifier les Floridiens pour une campagne de playoffs complètement inespérée avant le All-Star Game.