Les Bobcats ont-ils vraiment de l’avenir dans la ligue ?

Avec l’arrivée d’Al Jefferson, les Bobcats ont une toute autre gueule et commencent à ressembler à une équipe NBA. Y’a-t-il un avenir pour eux dans la ligue ?

Syra SyllaPar Syra Sylla | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Les Bobcats ont-ils vraiment de l’avenir dans la ligue ?
Il y a deux ans, les Charlotte Bobcats étaient la risée de la ligue. L’équipe de Michael Jordan a hérité, à juste titre, de l’étiquette de pire équipe de l’histoire de la NBA. Avec un bilan de 7 victoires seulement pour 59 défaites, ils ont logiquement terminé bons derniers. En novembre dernier, Michael Kidd-Gilchrist intégrait l’effectif après la draft. Mike Dunlap débarquait en tant que head coach et l’équipe remportait 7 de ses 12 premiers matches. La suite ? 21 victoires et 61 défaites pour finir la saison. Les Charlotte Bobcats n’ont pas réussi à faire pire que la saison passée (difficile en même temps) mais sont toujours aussi nuls. L’équipe de MJ est-elle condamnée à rester la risée de la ligue ? La signature d’Al Jefferson, l’un des meilleurs big men de NBA, cette nuit pourrait changer la donne.

Al Jefferson comme pierre angulaire

41 millions sur 3 ans, c’est ce que touchera l’intérieur de 28 ans pour rejoindre Charlotte. La saison dernière à Utah, Jefferson alignait 17,8 pts et 9,2 rbds de moyenne pour 33 minutes de jeu. Dans deux mois, c’est avec Cody Zeller et Bismack Biyombo en coéquipiers qu’il tentera de faire vivre la raquette des Cats. Nouveau franchise player de l’équipe, Al Jefferson serait-il celui grâce à qui les Charlotte Bobcats peuvent de nouveau se mettre à rêver de victoires ? Tom Sorensen, journaliste pour le Charlotte Observer, pense que l’équipe a le potentiel pour faire les playoffs.
"Les Bobcats 2013-2014 ont de quoi, saison après saison, être plus que la meilleure équipe que la franchise n’ait jamais eu. Ils ont le potentiel pour faire les playoffs et faire quelque chose là-bas", a-t-il écrit dans sa dernière colonne.
La franchise, qui laissait entendre qu’elle miserait tout sur la draft 2014 et qu’elle pratiquerait donc le tanking à outrance, a visiblement changé de cap et décidé de reconstruire dès cette saison. Plutôt que de détruire son effectif pour aligner l'équipe la moins compétitive la saison prochaine et se donner une chance de récupérer l'un des nombreux potentiels annoncés à la prochaine draft, les Bobcats ont décidé de se renforcer mais également de s'offrir une nouvelle image. En attirant Al Jefferson dans leurs filets, les Charlotte Bobcats ont également gagné en crédibilité. Qui aurait pensé qu’un joueur de son statut, l'un des tous meilleurs big men, accepterait de rejoindre cette équipe ?

Une nouvelle image, un nouveau départ

[caption id="attachment_118139" align="alignright" width="300"] Cody Zeller formera un front court très complémentaire avec Al Jefferson.[/caption] Les Bobcats vont sûrement devoir tirer un trait sur la draft d’Andrew Wiggins l’été prochain. Mais ils s’offrent, en contre-partie, une chance de ne plus finir dernier de la classe. Kemba Walker et Al Jefferson formeront le meilleur duo offensif de l’histoire de la franchise. A leurs côtés, Michael Kidd-Gilchrist devrait pouvoir trouver sa place après une saison rookie compliquée (9 pts, 5,8 rbds et 1,5 pds de moyenne). Avec un shooteur en périphérie (Gerald Henderson ?), l’équipe aura de quoi présenter un 5 majeur tout à fait correct. Al Jefferson est l’intérieur scoreur qui manquait aux Bobcats. Il pourrait également être la pièce qui manquait à l’équipe pour enfin se faire une place dans la ligue et ne plus être la risée du sport pro US. Bref, tout semble bien parti pour un nouveau départ. Car au delà de cette belle acquisition, les Cats pourraient enchainer assez rapidement sur le marché. En effet, l'équipe a encore énormément de flexibilité financière puisqu'avec seulement 40 millions de masse salariale (sans compter le nouveau contrat de Jefferson, mais sans non plus compter le fait que Tyrus Thomas a été amnistié cette nuit) et seulement 11 millions une fois que les Ben Gordon and co auront quitté le navire dans un an, Charlotte s'offre l'opportunité de recruter d'autres free agents de qualité cet été et la saison prochaine. Si on rajoute à cela le fait que le nom de Hornets pourrait leur revenir de droit sous peu, la franchise pourrait vraiment enfin connaître un nouveau départ.  

La masse salariale des Charlotte Bobcats

Player 2013/14 2014/15 2015/16 2016/17 2017/18
Ben Gordon $13,200,000 $0 $0 $0 $0
Tyrus Thomas $8,694,215 $9,388,430 $0 $0 $0
Ramon Sessions $5,000,000 $0 $0 $0 $0
Michael Kidd-Gilchrist $4,809,840 $5,016,960 $6,331,403 $8,262,481 $0
Gerald Henderson $4,267,424 $0 $0 $0 $0
Bismack Biyombo $3,217,680 $4,086,453 $5,479,933 $0 $0
Kemba Walker $2,709,720 $3,452,183 $4,677,708 $0 $0
Brendan Haywood $2,000,000 $2,000,000 $0 $0 $0
Jeff Adrien $916,099 $0 $0 $0 $0
Jeffery Taylor $788,872 $915,243 $0 $0 $0
TOTALS: $40,420,327 $11,388,430 $0 $0 $0
Afficher les commentaires (27)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest