Les Bulls peuvent-ils faire venir une superstar ?

Alors que certaines franchises comptent sur leur meilleur joueur pour rameuter des stars, Derrick Rose ne recrute pas pour ses Chicago Bulls.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Les Bulls peuvent-ils faire venir une superstar ?
[caption id="attachment_126544" align="alignnone" width="625"] Qui viendra épauler Derrick Rose aux Chicago Bulls ?[/caption] En 2010, les Chicago Bulls gardaient un œil attentif sur Dwyane Wade, natif de la « Windy City », LeBron James, Chris Bosh ou encore Amar’e Stoudemire, tous free agents. Les trois amigos ont préféré se réunir à Miami. Le « Stoud » a rejoint New York. Les Bulls ont donc misé leurs billets sur Carlos Boozer, recruté pour 75 millions de dollars sur cinq ans. Quatre ans plus tard, la franchise se retrouve dans une situation à peu près similaire. En effet, James, Bosh, Wade mais surtout Carmelo Anthony sont susceptibles de changer d’équipe cet été. Mais après essuyé plusieurs échecs en 2010, les dirigeants parviendront-ils à convaincre une superstar de signer à Chicago ? Les joueurs les plus influents de la ligue ont pris l’habitude de se concerter avant de rejoindre une franchise. Or, Derrick Rose préfère laisser ses dirigeants gérer ce qui se passe en coulisses sans intervenir. Une position du plus jeune MVP de l’histoire qui satisfait John Paxson, le vice-président des Bulls.
« En tant que joueur, ça m’aurait mis mal à l’aise de recruter un autre joueur. Donc j’apprécie la façon de penser de Derrick », explique Paxson sur la radio ESPN. « Je ne dirais à un joueur de faire ça et ne je pense pas que Gar (Forman, le manager) ou Jerry (Reinsdorf, le propriétaire) soient du genre à imposer à l’un de nos joueurs de faire ça ou ça. »   « Je sais que Derrick est proche de beaucoup de monde dans cette ligue. Il passe ses étés à Los Angeles où il travaille avec d’autres joueurs. Je pense que vous pouvez vous « vendre » juste en restant vous-mêmes. Et on sait tous que Derrick est un gars génial. Au bout du compte, les gens savent qui il est et beaucoup de joueurs aimeraient évoluer à ses côtés. »
Entre ses campagnes avec Team USA et ses invitations au All-Star Game, Derrick Rose est devenu proche de la plupart des superstars de la ligue. Mais hors de question de faire jouer ses relations.
« Je ne recrute pas. Si quelqu’un veut venir jouer avec moi, ça ne me dérange pas. Mais je ne recruterai jamais quelqu’un », expliquait « D-Rose ».
Après s’être séparés de Luol Deng, les Chicago Bulls pourraient faire de la place cet été en libérant Carlos Boozer via la clause d’amnistie. Rose, Joakim Noah, Taj Gibson et Jimmy Butler seront encore sous contrat mais la franchise a désormais suffisamment de marge de manœuvre pour attirer un ou deux bons joueurs.
« Le but n’est pas nécessairement de faire venir une superstar », prévient John Paxson. « Nous avons plusieurs contrats à court termes susceptibles d’être échangés. Le trade de Luol ne nous permet pas d’ajouter un contrat maximum mais nous avons désormais la possibilité de recruter plusieurs joueurs. Nous avons différentes options à notre disposition. »
Effectivement, si les Chicago Bulls n'étaient pas en mesure de recruter Carmelo Anthony en juillet, la franchise peut se tourner vers Lance Stephenson ou encore Greg Monroe. Quoi qu'il arrive, les Bulls chercheront à renforcer l'effectif. Même sans l'aide de Derrick Rose.
Afficher les commentaires (20)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest