Chris Bosh, comme au bon vieux temps

Propulsé franchise player, Chris Bosh joue gros cette année et il répond parfaitement aux attentes sur ce début de saison.

Damien Da SilvaPar Damien Da Silva | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Chris Bosh, comme au bon vieux temps
Depuis plusieurs semaines, la même question revient toujours concernant le Miami Heat : Comment cette équipe va-t-elle réagir sans LeBron James ? Pour le moment, le Heat s'en sort très bien. En effet, la franchise floridienne est actuellement la seule encore invaincue au sein de la Conférence Est avec des victoires probantes contre les Washington Wizards ou encore les Toronto Raptors, deux équipes largement capables d'atteindre les playoffs. Les raisons de cet excellent début de saison sont nombreuses : le renouveau de Dwyane Wade, l'apport de certaines recrues, le statut de starter de Norris Cole, mais aussi la domination de Chris Bosh. Prolongé pour 118 millions de dollars sur 5 ans, l'intérieur est le franchise player désigné du Miami Heat et il se montre à la hauteur sur ces trois premiers matches avec 25,7 points, 11,3 rebonds et 4 passes par match. Oui, le patron du Heat c'est bien lui.

Chris Bosh, une importance décuplée

Si vous avez regardé un match du Miami Heat sur ce début de saison, ça ne vous a sûrement pas échappé, Chris Bosh est recherché sur toutes les actions. Il est constamment impliqué dans les systèmes de son équipe, dans un rôle de scoreur ou alors de facilitateur. Après le départ de LeBron James, l'ailier-fort a été désigné le leader naturel de la franchise à cause de la signature de son nouveau contrat (118 millions). Avec un Dwyane Wade vieillissant (même s'il est performant sur ce début de saison), Pat Riley et Erik Spoelstra ont logiquement donné les clés de la formation à Bosh. Depuis des années, l'entraîneur du Heat ne cesse de clamer l'importance du poste 4 dans son équipe, il l'avait d'ailleurs désigné comme le joueur le plus important de son effectif avant même de découvrir la vie sans LeBron James.
"Je ne demande pas aux gens de le comprendre. Mais dans notre jeu, dans nos systèmes, dans ce dont on a besoin sur le parquet pour réussir des deux côtés du parquet, Chris Bosh est notre joueur le plus important, c'est comme ça que je vois les choses."
4 ans après son départ des Toronto Raptors, l'intérieur retrouve ce statut de franchise player et il prouve sur ces 3 premiers matches qu'il est capable d'assumer ses responsabilités. Dès la préparation, il s'est comporté comme un leader notamment dans ses déclarations, on se souvient des propos sur LeBron James ("j'ai du temps seulement pour mes coéquipiers"), mais il démontre aussi par les actes qu'il est le véritable patron de cette équipe. Preuve de son implication de tous les instants au sein du jeu des Floridiens, Chris Bosh est redevenu l'option offensive numéro 1 comme à sa plus grande époque aux Raptors : il prend aujourd'hui 16 tirs par match...alors qu'il avait pris l'habitude d'en prendre seulement 12 dans l'ombre de LBJ. Pour le joueur de 30 ans, il était temps de passer à autre chose et de faire évoluer son jeu :
"Je savais que je pourrais pas rester dans la même position que les quatre dernières années, en flottant à l’extérieur pour shooter quelques jump-shots. Je savais que je devais changer un peu. Plus que tout le reste, je suis un facilitateur maintenant. Je peux trouver plus facilement les gars ouverts, je peux développer une meilleure alchimie dans l'équipe. Je peux travailler sur les départs après réception du ballon, je peux jouer sans ballon, toutes ces choses me rendent un peu plus complet", a expliqué Chris Bosh à ESPN.
[superquote pos="g"]"Je vais surtout devoir me montrer régulier"[/superquote]Un peu plus complet ? C'est un euphémisme. Même si ce n'est qu'un début de saison, même si ce ne sont que 3 rencontres, les statistiques de Chris Bosh sont tout simplement exceptionnelles : 25,7 points de moyenne (record en carrière : 24), 4 passes décisives de moyenne (record en carrière : 2,6), 11,3 rebonds de moyenne (record en carrière : 10,8). On va arrêter cette liste, mais il faut savoir qu'il est aussi en avance sur ses standards concernant le pourcentage de réussite à 3 points et sur la ligue, concernant les interceptions mais aussi les turnovers (il fallait bien un bémol). Car c'est peut être le plus grand défi de l'intérieur, plus qu'un gros départ, il va devoir se montrer constant sur le long terme pour véritablement se montrer à la hauteur de son nouveau statut au Heat. La clé pour être régulier ? La forme physique.
"Pour moi, cette année je vais surtout devoir me montrer régulier. Avant, j’avais des bons départs, mais je ne parvenais pas à maintenir le niveau. J’étais à court de jus, je me concentre sur un match à la fois maintenant et je m’assure que je vais pouvoir maintenir mon effort."
Après une semaine de compétition, Chris Bosh devrait logiquement être nommé meilleur joueur de la conférence Est, mais il ne va sûrement pas se contenter de cette distinction. L'intérieur voit bien plus loin que ça et il compte s'épanouir dans son nouveau rôle.

Et en plus, il s'éclate !

Dans l'ombre de LeBron James, Chris Bosh a récolté deux bagues de champion, mais il s'est aussi adapté aux exigences du rôle de lieutenant. Bien évidemment, le Texans savait pertinemment qu'il allait être relégué au second plan lors de la formation du Big 3 en 2010, mais il n'est jamais évident de changer de statut. Visiblement, la transition lieutenant - franchise player est bien plus facile à gérer pour CB cette année, il faut dire qu'il avait occupé ce rôle pendant de nombreuses années aux Toronto Raptors. Dans une période riche en succès, l'intérieur a même avoué cette semaine qu'il prenait énormément de plaisir dans la peau d'un franchise player :
"C’est amusant, je ne vais pas mentir. C’est le début de la saison et pour le moment nous n’avons pas eu de moment difficile, mais ils vont venir. Il va y avoir des moments où ce ne sera pas amusant, mais jusqu'à maintenant c'est ok. Amusant ou pas, je tente de rester le même autant que possible et de ne pas m’enflammer. Je joue au basket et je veux juste faire le boulot", a commenté Chris Bosh au Palm Beach Post.
[superquote pos="d"]"C’est amusant, je ne vais pas mentir"[/superquote]Pourtant, être un leader dans le vestiaire n'est pas vraiment naturel pour Chris Bosh. L'intérieur l'a d'ailleurs confié à plusieurs reprises, il est bien plus à l'aise en menant par les actes que par la parole. Mais pour l'instant, il force sa nature, il se fait entendre car il a conscience qu'il doit incarner le leadership au sein du groupe avec Dwyane Wade. Mais plus que par de longs discours, il espère inspirer ses partenaires grâce à son attitude et son intensité sur le parquet :
"C’est naturel pour moi d’être agressif et d’attaquer le panier. L’équipe n’avait pas besoin de moi dans ce rôle sur les quatre dernières années, mais j’ai toujours pensé que je pouvais montrer à tout le monde ce dont j'étais capable de faire, maintenant c'est ma chance. J’accepte humblement ce rôle et je travaille autant que possible."
Ambitieux, performant et heureux, Chris Bosh se retrouve dans des conditions idéales pour réaliser une grande saison. De quoi faire oublier un certain LeBron ?

Les Highlights de Chris Bosh cette nuit contre les Raptors

[youtube hd="0"]https://www.youtube.com/watch?v=MwLQNi5er3s[/youtube]
Afficher les commentaires (20)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest