Miami veut que Chris Bosh se bouge le c** au rebond

Chris Bosh est le pire pivot de ces playoffs en termes de rebonds. Une statistique qui inquiète le staff du Heat, qui le pousse à s'arracher sous les panneaux.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Miami veut que Chris Bosh se bouge le c** au rebond
Chris Bosh n’a jamais été réputé pour sa défense, ni même sa capacité à gober les rebonds durant ses premières années en NBA sous la tunique des Toronto Raptors. L’intérieur All-Star était plutôt le genre à enfiler les paniers de près et à mi-distance (plusieurs saisons au-dessus des 20 points). Venu à Miami pour gagner des titres, il a dû se réinventer pour s’adapter au système du Heat. Deuxième lieutenant de LeBron James, il est la troisième option offensive des champions en titre. Un role player de luxe, en somme. Pour les besoins des Floridiens, Chris Bosh a également dû se décaler au poste de pivot. Nous allons donc le considérer de la sorte dans les lignes qui vont suivre. Vu l’évolution de la ligue, et l’expansion du « small ball » CB1 a toute les qualités physiques pour véritablement jouer le rôle d’un center (2,11 m tout de même mais un peu léger, 107 kg). Il n’empêche qu’en début de saison, de nombreux observateurs pointaient du doigt la raquette du Heat. Le secteur intérieur, et surtout le rebond, serait la principale faiblesse des hommes d’Erik Spoelstra. Sur le banc des accusés : Chris Bosh, évidemment.
« On est tout le temps sur lui », rappelle David Fizdale, un assistant de Miami, au Miami Herald à propos des performances aux rebonds de son intérieur. « On va continuer de lui en demander beaucoup. On a besoin qu’il fasse des gros matches aux rebonds. On sait ça. Et il sait que c’est notre boulot de coacher et le sien d’exécuter. »
Le genre de discours que Chris Bosh n’avait pas forcément l’habitude d’entendre au Canada, là où il était le franchise player désigné des Raptors. Les temps changent, mais le joueur s’adapte.
« Il n’a aucun problème avec ça », poursuit Fizdale. « Il est facile à coacher. Il se pousse bien plus que ce que nous le faisons. Ca le rend fou s’il sent qu’il n’aide pas ses coéquipiers. »
Depuis le début des playoffs, Chris Bosh capte 6,5 ballons par match, bien loin de ses 7,9 de moyenne en carrière (toujours en playoffs). Toujours en prenant en compte son poste de pivot, il est le big man qui chope le moins de rebonds (seuls les pivots ayant joué plus de 27 minutes par match sont comptabilisés) durant les playoffs. Les 10 prises du Floridien cette nuit – sa troisième meilleure performance en playoffs cette saison – ont donc pu rassurer le staff de Miami. Chris Bosh devra continuer dans ce sens lors des prochains matches afin de faciliter la vie de son équipe.
Afficher les commentaires (19)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest