Que faire avec le banc de touche des Cleveland Cavaliers ?

Alexis RabutéPar Alexis Rabuté Publié

Passé tout proche de l’exploit, les Cleveland Cavaliers doivent de nouveau jouer le match parfait. Mais avec quels joueurs ?

Les Cleveland Cavaliers ont réussi le match presque parfait lors du Game 1. Parfait si seulement George Hill n’avait pas tremblé sur son dernier lancer, si J.R Smith était un esprit sain et stable.. Deux conditions non remplies qui ont fait chuter un château de cartes assemblé alors à la perfection. Après un tel séisme, l’équipe de Tyronn Lue doit trouver le moyen de réciter une partition aussi juste. Mais comment ? Et surtout, avec qui ?

Le cinq de départ ne devrait pas subir de changements. Outre LeBron James et Kevin Love, Hill et Tristan Thompson s’avèrent trop importants défensivement. Enfin, Smith dispose encore de crédit auprès de son coach. Il ne veut pas tuer son fantasque arrière en le sanctionnant immédiatement pour son coup de folie du Game 1. Les ajustements vont donc devoir venir du banc de touche.

A la recherche des anciens

On ne compte plus les limites de ses Cavaliers. Par contre, s’il y a bien une chose sur laquelle ils peuvent compter, c’est l’expérience. La second unit cumule un certain nombre de saisons NBA avec des carrières comme celles de Jeff Green, Kyle Korver ou même José Calderon. Dans le cas de l’Espagnol, la marche apparait comme trop haute pour l’utiliser. L’intensité risque de le dépasser.

Le cas Green reste complexe à analyser. L’ailier a beaucoup joué au Game 1 (35 minutes) pour au final livrer une prestation contrastée. Forcément très usé par sa défense sur Kevin Durant, il n’est pas parvenu à se mettre au niveau en attaque. Cleveland peut survir sans un Green à 20 points. Mais ce dernier doit tout de même représenter une certaine menace. 3 sur 9 aux tirs, 1 sur 6 derrière la ligne à trois points : un bilan trop faible pour réellement peser. Allier un apport offensif à sa bonne défense, un défi à la hauteur de l’exploit que doit réussir son équipe.

Kyle Korver a longtemps été le facteur X des Cavs durant cette campagne de playoffs 2018. Malgré cela, Lue n’a pas réellement souhaité miser sur lui lors du premier match face à Golden State, ne lui accordant que 17 petites minutes. Pourtant, l’arrière a prouvé face à Boston qu’il pouvait bien défendre sur des joueurs plus athlétiques que lui. Jaylen Brown peut en témoigner. En attaque, il apporterait un spacing nécessaire au jeu de Cleveland. Au moindre drive, LeBron James se retrouve avec plusieurs joueurs tentant de lui fermer l’accès au cercle. Avec un Korver à trois points, combiné à la vision du jeu du King, la défense des Warriors serait alors sanctionné.

Des paris à tenter

Au début de l’année 2018, les Cavaliers ont fait exploser leur équipe à la surprise générale. Mais au mois de juin, que reste-t-il de tout ce chantier (hormis Hill) ? Rodney Hood s’est lui-même éliminé en jouant en dilettante et refusant même d’entrer lors d’un match. Adrien Rabiot valide cette attitude, Tyronn Lue un peu moins. L’ancien du Utah Jazz se retrouve donc exclu de la rotation.

Jordan Clarkson reste une énigme qu’on a de moins en moins envie de résoudre. Étonnamment correct en défense, il se déchire dans les grandes largeurs en attaque. Lue doit arrêter le massacre pendant qu’il en est encore temps. LeBron James jouant plus de 40 minutes avec à chaque fois le rôle de playmaker, le remplaçant de l’ancien des Lakers n’a pas besoin d’être un meneur de jeu. Plus de minutes à Korver devrait faire l’affaire. En dernière initiative, le volontaire Cedi Osman pourrait apporter de l’énergie et de l’intelligence de jeu sur de courtes séquences.

Dernière pièce restante de la trade deadline, Larry Nance Jr a convaincu lors du Game 1. Sans se réinventer, il a su apporter ce qu’il sait faire : de la densité physique, du sacrifice et un véritable sens du rebond, notamment offensif. Le type de soldat capable d’avoir un impact sur une rencontre sans passer par le scoring. Il faut que les Cavaliers prient pour qu’il se maintienne à ce niveau.

Sur le simple talent du cinq de départ, Cleveland n’a pas les moyens de rivaliser avec l’incroyable armada de Golden State. Le succès doit forcément passer par un banc performant face à celui des Warriors, probablement une nouvelle fois amputé d’Andre Iguodala. Un défi de taille pour le si décrié Tyronn Lue..