4 points clés pour que les Cavaliers remportent le Game 2

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Les Cleveland Cavaliers ne sont pas passés loin de décrocher le Game 1 des finales NBA 2018. La tâche s’annonce une nouvelle fois très compliquée cette nuit pour le deuxième duel. Voilà quatre clés de la rencontre.

Tyronn Lue et les Cleveland Cavaliers ont mis au point un plan de jeu plutôt efficace lors du Game 1 des finales NBA 2018. Ils se sont tout de même inclinés sur le fil. Après prolongation. Et après bavures de George Hill et J.R. Smith. Ils vont devoir conserver la même ligne directrice. Avec si possible encore plus d’intensité et de sérieux. Sans parler de vrais ajustements, voilà quatre points qui nous semblent primordiaux pour la franchise de l’Ohio sur ce Game 2 (ce soir, 2 heures du matin).

Kevin Love doit garder le même impact

LeBron James ne pourra pas planter 51 points tous les soirs. Enfin, a priori. Le King est déterminé à briller sur ces finales. Mais sa prestation lors du Game 1 était un chef d’œuvre difficile à reproduire. C’est pour ça qu’il est d’autant plus frustrant pour les Cleveland Cavaliers d’avoir perdu la partie. 51, c’est énorme. 21, c’est déjà plus abordable. Auteur de 21 pions, Kevin Love doit absolument réitérer la performance. Son match est passé inaperçu mais l’intérieur All-Star a été intéressant dans son rôle.

Déjà, il a passé 39 minutes sur le parquet. C’est très rare pour lui contre Golden State. Il avait même perdu sa place de titulaire lors des finales 2016 remportées par les Cavaliers ! Love est un excellent joueur mais son profil ne colle pas contre les Warriors. Ses lacunes défensives sont d’ordinaires exploitées jusqu’à l’explosion de son équipe à chaque fois qu’il croise la route de Stephen Curry et compagnie. Ses 39 minutes démontrent donc une certaine capacité à ne pas pénaliser les siens lors du Game 1. Mieux encore, il a même rétabli une certaine balance : Curry lui a planté des trois-points sur la truffe mais KL a donc marqué 21 points et pris 13 rebonds.

Il doit punir quand un adversaire plus petit se retrouve sur lui. Les Warriors changent de vis-à-vis sur tous les écrans et c’est à lui d’en profiter. Comme lors du Game 1. Il est le lieutenant de luxe de James. S’il n’assume pas ce rôle, son équipe sera débordée. D’autant plus qu’avec un 1/8 à trois-points lors du Game 1, il peut encore faire mieux.

Les Cleveland Cavaliers doivent mettre leurs tirs ouverts

Cela semble évidemment logique. Mais c’est là aussi une clé sous-estimée après le premier match. Les Cavaliers n’ont converti que 6 de leurs 20 tentatives ouvertes à trois-points. C’est bien trop peu. Avec un poil plus de réussite, cette rencontre ne serait jamais allée en prolongation. L’attention de la défense est tellement centrée vers James que les autres joueurs de Cleveland se retrouvent généralement démarqués derrière la ligne. S’ils font mouche, le match prend une toute autre physionomie. Il y a des jours avec et des jours sans. Ils ont eu leur jour sans. Ce soir, il faut mettre dedans.

Concéder moins de contre-attaques

Ça, c’est une question d’efforts. La franchise de l’Ohio joue une finale. Pas un match de saison régulière. Les hommes de Tyronn Lue étaient plutôt concernés par le repli défensif dans le premier quart temps mais ils ont lâché prise ensuite. La fatigue joue évidemment un rôle. Mais c’est à eux de se faire violence. Quitte à ce que le coach fasse plus tourner son effectif – Cedi Osman et Rodney Hood pouvant être relancés. Les Cleveland Cavaliers ont encaissé 28 points sur contre-attaques. C’est beaucoup trop. Surtout contre Golden State, l’une des équipes les plus efficaces de la NBA en transition.

Offrir moins de paniers faciles

Ça, c’est une question de communication. Les Cavaliers ont des lacunes défensives bien connues de tous. Mais parfois, ce n’est pas un déficit athlétique. Juste un problème de concentration. Il faut parler, regarder, se replacer. C’est justement le point fort des Warriors. Ils défendent en équipe. James et ses partenaires n’étaient pas forcément mauvais dans ce domaine lors du Game 1. Mais ils peuvent évidemment faire mieux. Ils ont concédé quelques dunks en serrant à deux sur le même joueur – par erreur, pas par volonté de faire prise-à-deux. Il n’y a pas de secret contre GS. Pas de miracle. Il faut jouer 48 minutes pleines pour compenser l’écart de talent.