Cleveland : Jouer plus vite pour enfin gagner ?

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Mis à mal par la défense des Boston Celtics, les Cleveland Cavaliers doivent être plus agressifs pour déstabiliser leurs adversaires. Tyronn Lue veut hausser le rythme.

Les Cleveland Cavaliers sont d’abord une équipe d’attaque. Pour la simple et bonne raison qu’ils sont nuls en défense. Les triples-finalistes font régulièrement partie des formations les plus offensives – et les plus efficaces – de la NBA depuis le retour de LeBron James en 2014. Mais ils n’ont marqué que 88,5 points à 40% aux tirs depuis le début des finales de Conférence Est contre les Boston Celtics. Avec bien sûr deux défaites à la clé. Les Cavaliers doivent absolument réagir lors du Game 3 – disputé ce soir – pour éviter de se retrouver au bord de la catastrophe. Pour Tyronn Lue, ça passe par un premier changement d’attitude.

« Nous devons jouer avec un sentiment d’urgence et attaquer d’entrée. Nous ne devons pas nous la couler douce. »

Le coach veut ainsi que ses joueurs accélérèrent la cadence. Jouer vite a toujours été sa philosophie première depuis son arrivée sur le banc. En effet, jusqu’à présent, les Cleveland Cavaliers jouent assez lentement. 95 possessions sur 48 minutes. C’est faible, même si ça reste plus qu’au tour précédent contre les Toronto Raptors. Sauf que les Celtics défendent beaucoup mieux.

« Ils ont des joueurs polyvalents. Ils changent sur tous les écrans. Il n’y a pas de prises-à-deux sur LeBron James. Nous n’avons donc aucun tir grand ouvert », explique Kyle Korver.

Sans vraie bonne position, les shooteurs des Cavs peinent à se mettre dans le rythme. D’où le faible pourcentage d’adresse. Ce qui explique aussi le peu de soutien dont dispose James. Parmi ses coéquipiers, seul Kevin Love tourne à plus de 10 points par match depuis le début de la série. Les autres ne sont pas vraiment à même de se créer leur propre tir. Alors le jeu offensif stagne. Et les Celtics en profitent.

En poussant plus la balle, les joueurs de l’Ohio peuvent obtenir des positions complètement ouvertes. Quitte à manquer, peu importe. Ils doivent amener un peu de folie. Il leur manque peut-être un meneur d’élite pour le faire. Tyronn Lue attend plus de George Hill.

« On veut qu’il soit agressif et qu’il attaque les grands après les écrans. Plus de rythme, plus de vitesse. »

Hill est un vétéran de 32 piges. Il n’a pas les jambes d’un… Kyrie Irving, par exemple.