Comment éviter le sweep, épisode 2

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Les Cavs sont au bord de l'élimination et surtout d'une cuise défaite 4-0. Du coup, voici une petite réédition de nos conseils pour éviter l'humiliation.

Juste avant le game 3 de ces Finales NBA 2018, on sentait poindre la menace d'une défaite sèche en quatre matches pour les Cleveland Cavaliers. On avait donc tenté de prévenir LeBron James et sa bande de ce danger avec quelques "tips".

Parmi ceux-là, certains se sont avérés plutôt justes, comme celui donner sa chance à Rodney Hood ou de ne plus faire jouer Jordan Clarkson... Les Cavs ont livré une belle bataille et auraient sans doute remporté le match si Kevin Durant n'avait pas livré un match mémorable.

Puisqu'à 3-0 le danger n'a jamais été aussi fort pour la franchise de l'Ohio de partir en vacances avec un ego endommagé, penchons-nous sur ce que peuvent faire les Cavs pour éviter le premier coup de balai en Finales NBA depuis celui subi par... Cleveland en 2007 contre San Antonio.

Filer 35 ou 40 minutes à Rodney Hood

Tyronn Lue a mis du temps à s'en rendre compte, mais Rodney Hood est bien une vraie plus-value pour les Cavs dans ces Finales. L'heure n'est plus à l'à peu près. Plutôt que de le faire sortir du banc et de le faire jouer 20 minutes, autant jouer le coup à fond : Hood doit être dans le cinq avec un temps de jeu max (il n'a pas trop transpiré jusque-là...).

Peu importe si cela implique de faire jouer Kyle Korver cinq minutes et de laisser à nouveau Jordan Clarkson en DNP. Lue ne peut pas simplement faire plaisir à tout le monde. Il doit rechercher l'efficacité. Dans le game 3, Rodney Hood c'est 15 points, 6 rebonds et 2 contre à 7/11 en 25 minutes.

Mettre la pression sur les arbitres au sujet de Draymond Green

On conseillait déjà aux Cavs de continuer d'évoquer leur malaise face à l'arbitrage après le game 2. Pourquoi ne pas mieux cibler les griefs ? Draymond Green a de nouveau eu droit à la mansuétude des refs dans le game 2, là où beaucoup lui auraient donné une deuxième faute technique pour moitié moins. A la moindre sortie de route de l'intérieur All-Star, les arbitres seront attendus au tournant. La sortie humoristique de Channing Frye en dit long sur le fait que les adversaires des Warriors trouvent que Green bénéficie d'un traitement de faveur.

"J'ai hâte d'arriver au début de saison en gueulant comme un clochard drogu pour pouvoir arrivée en playoffs et que l'on dise : 'Oh, ce n'est que Channing'..."

Endormir les Warriors

Le job est pour l'instant bien rempli. Kevin Love et LeBron James ont félicité KD et Golden State en conf'de presse comme si le dernier match avait été joué... Du coup, juste après, Durant a évoqué son avenir en se projetant comme si la finale était déjà pliée. C'est sans doute le cas, mais si les Cavs veulent effectivement sauver l'honneur et ne pas laisser Golden State sabrer le champagne dans le vestiaires visiteurs de la Q Arena, pousser les Warriors au relâchement est une bonne tactique. C'est l'un de leurs péchés mignons cette saison...

Libérer le "Perken"

Kendrick Perkins n'a pas joué au basket depuis 1976. Cela dit, on peut compter sur lui pour déclencher les hostilités dans ce match et lui donner une tournure inattendue. Faire dégoupiller Durant, Curry ou Green est dans ses cordes...