CQFR : Castagne à Toronto, Vintage Dirk à Dallas

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Voici ce qu’il fallait retenir des quatre matches de la nuit.

- Il ne fallait pas être nostalgique au moment de brancher son League Pass sur la rencontre entre les Dallas Mavericks et le Orlando Magic cette nuit. Dirk Nowitzki nous a offert 24 minutes de souvenirs et de bonheur. Pendant ce laps de temps, l’Allemand a rappelé qu’il peut encore, à 39 ans, être le meilleur joueur de son équipe. Il a inscrit 20 points avec sa grâce légendaire à mi-distance. 20 pions qui ont mis les Texans sur les bons rails. Le groupe en avait bien besoin. En battant Orlando, Dallas a ainsi mis fin à une série de trois défaites consécutives. Old Dirk but good Dirk.

- En parlant de vieux, Vince Carter sera probablement encore en train de dunker à soixante ans. Quarante piges et le voilà encore en train de claquer des tomars féroces. Éternel.

- Dans le même match, saluons tout de même la performance de Lonzo Ball. Car pendant que tout le monde évoque les propos de son père, nous oublions à quel point il doit être délicat – émotionnellement – d’être actuellement dans la position du rookie des Los Angeles Lakers. Alors, OK, le meneur a encore été très maladroit (5 points à 2/10) mais avec ses 11 rebonds, 11 passes et 5 interceptions, il a fortement contribué au succès des siens contre les Sacramento Kings. De’Aaron Fox, son grand rival, a eu beau scorer (15 pts à 6/16), c’est donc Lonzo qui est sorti vainqueur du duel. Avec un +33 de différentiel sacrément parlant pour un match gagné de 13 points.

- Le prototype

- Le produit fini

- C.J. McCollum leur fait le coup du patron. Bombardé leader des Portland Trail Blazers en l’absence de Damian Lillard, blessé, l’autre star de la franchise assure. Un peu comme l’an dernier à la même époque d’ailleurs. L’arrière a inscrit 27 points et 7 passes pour mener son équipe à la victoire sur le parquet du Oklahoma City Thunder cette nuit. Une nouvelle très belle performance de McCollum qui compile 26 pts, 4 rbds et 6 pds sur les cinq derniers matches. Cinq rencontres disputées sans Lillard mais tout de même quatre victoires pour Portland.

- Alors comment expliquer ces résultats surprenants ? Il a sa petite théorie. Selon lui, les adversaires de Portland prennent les Blazers de haut maintenant qu’ils sont privés de leur seul All-Star. « Ils sont plus relâchés et se disent qu’ils sont censés gagner », confie McCollum. Au final, les joueurs de Terry Stotts en profitent pour surprendre tout le monde en exécutant à merveille les consignes du coach.

- C’était chaud dans le froid du grand nord. Le Heat a gelé un public de Toronto pas habitué à perdre. Les Floridiens l’ont donc emporté sur un rayon de soleil venu de Wayne Ellington. Le shooteur de Miami, gâchette la plus prolifique de son équipe, a eu le courage… d’attaquer le cercle sur la dernière possession. Une décision qui a surpris aussi bien son coach Erik Spoelstra que son coéquipier Goran Dragic.

- Si l’atmosphère était bouillante, c’est aussi parce que les acteurs ne sont pas passés loin d’en venir aux mains plusieurs fois. Serge Ibaka et James Johnson ont même échangé des droites avant d’être tous les deux éjectés.

- DeMar DeRozan et Goran Dragic ont failli se la coller aussi. Le All-Star a d'ailleurs failli mettre une baffe au Slovène.

Tous les scores

Heat@Raptors : 90-89
Magic@Mavericks : 99-114
Trail Blazers@Thunder : 117-106
Kings@Lakers : 86-99